L' AAPSGB - le suivi 2008 -
juin 2008 - L'ASSEMBLEE GENERALE de notre ASSOCIATION s'est tenue vendredi 27 juin. Nous étions une petite quinzaine ... Le compte-rendu vous sera proposé un peu plus tard. Tous ceux qui souhaitent renouveler leur adhésion peuvent contacter Guylain MOUTAMA ou Gérard MICHEL ou m'envoyer un mail.
Nous avons été interpelés sur plusieurs sujets qui concernent les aménagements du port. Nous ne manquerons pas de transmettre à M. MERLO vos préoccupations.
- L'éclairage de l'avant port est insuffisant.
- La cale de halage du CNB est dégradée.
- Les quais sont inaccessibles aux usagers lors de l'organisation de journées sportives.
- Il n'y a plus de poubelles sur les quais.
Certains s'en souviennent certainement: le 15 juin 2008 il y avait un triathlon sur le port. De nombreux usagers n'ont pas pu s'approcher de leur bateau à cause de l'encombrement et se sont plaints à Guylain ( président de l'AAPSGB ). Ce dernier a transmis vos remarques à Alain MERLO le directeur du Port de St Gilles. Voici les extraits de sa réponse qui nous parvient.

"Pièce jointe : Copie du courrier du 17/01/08
Objet : - Port de ST. Gilles les Bains

- Mécontentement des usagers portuaires suite à l'organisation du triathlon du 15 juin 2008 sur le parking des brisants - Avant-port

Monsieur le Président,
Nous accusons réception de votre courrier en date du 15 juin 2008, relatif à l'affaire visée en objet, et regrettons que de tels incidents puissent avoir lieu malgré les consignes émises par courrier, au comité organisateur.
En effet, par courrier en date du 17 janvier 2008, une autorisation de principe a été donnée pour l'organisation de la journée de triathlon du 15 juin 2008. Cette autorisation précisait les servitudes à respecter notamment 1e libre accès au quai et une partie du parking pour les amodiataires.
Un arrêté a par ailleurs été établi par la Mairie de St Paul, concernant cette manifestation.
Devant ce manquement en matière de responsabilité, un courrier sera adressé à la société RUN - TRIATHLON pour un rappel de toutes les consignes et recommandations, afin que de tels agissements ne se reproduisent plus.
Nous nous tenons à la disposition des membres de l'A. A .P. S. G .Q pour une discussion sur les mesures d'exploitation à prendre après la mise en service du portail automatique en avant-port (parking des brisants), afin de préserver l'intérêt des utilisateurs du port de St Gilles.
Dans cette attente, nous vous prions d'agréer. Monsieur le Président, l'expression de nos salutations distinguées."

Ci-dessous un extrait du courrier qui avait été adressé à Run Triathlon

"Objet : - Port de St Gilles les Bains - Journée de Triathlon du dimanche 15 juin 2006
Monsieur le Directeur,
Suite à votre courrier en date du 17 décembre 2007, nous avons le plaisir de vous
informer que nous vous transmettons notre accord pour l'organisation du 7 ° Triathlon Sprint, le dimanche 15 juin 2008.
Aussi, nous nous permettons de vous rappeler que vous devez respecter les consignes suivantes :
- Assurer l'ensemble de la sécurité liée à !a manifestation sur le parking, aux accès au port et sur 1e plan d'eau,
- Prendre les mesures nécessaires afin de ne pas gêner le trafic des bateaux entrant et sortant du port, durant cette manifestation en respectant scrupuleusement les horaires fixés,

- Laisser libre l'accès au quai et une partie du parking pour les amodiataires,"

Un commentaire, comme ça, à chaud : Tout le monde sait que la foule n'a que faire des règlements et courriers. Il faut un balisage clair et la présence d'un maître de port pour faire respecter le balisage. C'est une remarque qui vaut pour tous les jours de fréquentation importante.

ASSEMBLEE GENERALE DU 27.06.08 ( compte-rendu )
ASSOCIATION DES AMODIATAIRES DU PORT DE SAINT–GILLES LES BAINS- SALLE PAROISSIALE

     Le quorum étant atteint,le président ouvre la séance à 17h40.

          Le rapport moral est lu par le président Guylain MOUTAMA CHEDIAPIN, le rapport d’activité 2007 par le secrétaire Gérard MICHEL. L’adoption a lieu à l’unanimité.

          Le rapport financier 2007 n’a pu être présenté en l’absence du trésorier démissionnaire.
L’excédent de l’exercice sera repris dans la trésorerie 2008.

          L’AG reconduit le montant initial de la cotisation annuelle pour 2008 soit 20 euros. La mesure est votée à la majorité des présents.

          Suite à la démission du trésorier et au départ en métropole de Fernand DAUBIGNY présentent au CA leur candidature et sont retenus à l’unanimité :

Jean-Denis AYE
Olivier DEL VECCHIO
Alain LOUBET
Georget MIRANVILLE

          Alain LOUBET est choisi comme trésorier en remplacement de Vivien FONTAINE .

          Questions diverses :
          Un débat est ouvert sur le mode de convocation de l’AG. Il semble que l’utilisation d’internet et l’apposition d’affiches demeurent insuffisantes.
          A l’avenir, un envoi à domicile pour les adhérents dépourvus de mail paraît indispensable+recours à la presse.
De même pour les manifestations, il convient de recourir plus systématiquement aux médias souvent preneurs de ces évènements.
          Un débat s’ouvre sur le choix du représentant des plaisanciers au conseil portuaire. Mr MERLO souhaite que ce ne soit pas l’association mais les individus qui présentent leur candidature.
          Les statuts prévoient que le CA se réunit tous les 6 mois et fixe la périodicité des réunions du bureau.
La séance est close à 19h.


          Composition du nouveau bureau :
Président : Jean-Guylain MOUTAMA-CHEDIAPIN, 1°Vice-Président Alain POTTIER,2°Vice-Président Jacques SOULARD,3°Vice-Président Pascal ENILORAC
Secrétaire : Gérard MICHEL, Secrétaire –adjoint : Jannie SOLESSE
Trésorier : Alain LOUBET, Trésorier-Adjoint : Maurice DUCHEMANN

08/08/08 - Un mail de Maurice Barrière
NOUVEL ARRETE - N°1743 DU 15 JUILLET 2008 CONCERNANT LA PECHE DE LOISIRS
    

 http://www.reunion.pref.gouv.fr/intpref/raa/2008/juillet/arrete%201743.pdf

LE PRINCIPAL CHANGEMENT : DCP INTERDIT LA SEMAINE - ZONE INTERDITE DE UN MILLE AUTOUR D' UN DCP , alors que l'on a du mal à le voir à moins de 300 m !
DONC LE PLAISANCIER DOIT PAYER ET SE TAIRE !!! MAIS SURTOUT NE PAS ATTRAPER DE POISSON !!!!!!!!!!!!!!!!!!

Maurice BARRIERE           REUNION PECHE PASSION

12/08/08 - Echange de mails avec Gérard SERVAT

GS - Arrêté préfectoral - Mais çà risque encore de changer - Bonne semaine

AL - Merci beaucoup , c'est sympa de penser au site. C'était déjà placé ... mais c'est le geste qui compte. Bonne mer. Amitiés.

GS - Ce week end encore, se posait la question de la frequentation des DCP par les plaisanciers, (en semaine et les week-end) suite au relevé d'infraction de la brigade nautique. Donc comme tu es la vitrine de l'assos, outre les douze pages de l'arreté prefectoral que peu de personnes lisent, il faut faire un rappel "ciblé" sur ce qui les interresse au quotidien

AL - OK pour le rappel ciblé, dès que je le reçois, je le passe. Pas de problème !
S'il le faut on peut même aller enregistrer les points sur leurs GPS.
Bon je déconne un peu mais juste un peu ...
Avec Guylain on pense organiser une rencontre avec la brigade nautique afin que chacun pose ses questions ... Mais nous ne nous faisons pas beaucoup d'illusion, d'avance, sur la fréquentation. Ou alors c'est que je n'ai rien compris et que l'humanité est moins pire que je l'imagine.
Tu veux un indice ? On culmine à 41 adhérents, tu trouves ça normal par rapport au nombre de gueules ouvertes sur les quais ?
A bientôt.                   Alain LOUBET   

CONSEIL D'ADMINISTRATION DU 30 JUILLET 2008 - compte-rendu -
ASSOCIATION DES AMODIATAIRES DU PORT DE SAINT–GILLES LES BAINS- CAPITAINERIE

Présents : Jannie SOLESSE, Guylain MOUTAMA-CHEDIAPIN, Jean-Denis AYE, Alain LOUBET, Gérard MICHEL

          1°) Compte-rendu de l’AG du 27 juin 2008:
· Validation du compte-rendu.

          2°) Fonctionnement de l’ Association :
·     Le bureau se réunira le premier mercredi de chaque mois. Prochaine réunion le mercredi 3 septembre.
·     Adhésions 2008 : Il serait souhaitable que chaque membre du CA mais aussi chaque membre de l’association recrute autour de lui ( 32 adhérents seulement à jour de cotisation ). La question est posée d’élargir aux non-amodiataires . Nos statuts actuels ne le permettent pas. A débattre lors de la prochaine AG seule souveraine pour modifier les statuts.
·      Local à matériel : faire l’inventaire. 3 clés sont confiées au président, à Bernard CLAVET et à Bernard FONTAINE maître de port. Le local est loué par la CCI, ( à 1 euro par an, bail pour un an renouvelable.
·     Information des adhérents : en complément du site nous nous engageons à afficher les infos sur le panneau à notre disposition près de l’aire de carénage.
·     Projets dernier trimestre 2008 : en plus de la traditionnelle messe des pêcheurs pour laquelle la paroisse va organiser une réunion, sortie de pêche le samedi 8 novembre 2008 « met ensemb nout pêche ». Possibilité de griller le poisson le soir près du Grand Bleu.

          3°) Vie du Port : ( Les points suivants seront rapportés à M. MERLO, directeur du port pour information et intervention).
On nous a signalé les dysfonctionnements suivants :
    . Eclairage de l’avant-port inexistant, insuffisance des points d’eau, plus d’électricité au boîtier M34 et risque d’électrocution sur un boîtier situé devant Jet Quad Evasion , absence de poubelles sur les quais, .
    · Cale de halage devant le CNB dégradée, bateau en train de couler ( M28 – RUB 28419 ), bordage de bateau agressif qui dégrade le voisin ( M26 – RU692518 P ).
    · Gestion des toilettes : Il faudrait faire le point avec les commerçants chargés de la gestion.
    · Accès du port difficile lors de manifestations sportives : présence souhaitée d’un maître de Port pour faire respecter le cahier des charges.
    · Fonctionnement des bornes magnétiques : des bornes ne fonctionnent pas ou ont été bloquées volontairement !! Rappel des règles d’utilisation des badges et des nécessaires limitations de quantité de véhicules stationnés.
    · Information : le ponton A n’est pas noté sur les plans du Port . Les commerçants demandent la mise en place de 3 panneaux récapitulant les activités avec leur localisation à chaque accès du port…
    · Les loueurs de bateaux sont surpris d'être tantôt considérés comme des plaisanciers, tantôt comme des professionnels et contestent la taxation forfaitaire de 700 euros par an et par bateau , taxation qui n'est appliquée dans aucun autre port de la Réunion.

LE QUOTIDIEN: article publié le 13 septembre 2008 -

La réglementation maritime décryptée

          L’association des amodiataires du port de Saint Gilles les Bains organise cet après-midi une rencontre avec les affaires maritimes et la brigade nautique de la gendarmerie. Objectif ; faire le point sur la réglementation en vigueur, en particulier celle qui découle des arrêtés préfectoraux signés cet hiver, pour que chacun soit en mesure d’éviter un PV.
         Avec la création de la réserve marine et l’obligation de modifier les pratiques qu’elle entraîne, la plupart des usagers de la mer sont en demande d’explications. « Il y avait des zones protégées mais on ne les respectait pas » explique Popote, de Corail Plongée, vice président de l’association. Là, ils en ont fait une immense, mais on ne sait même pas où elle est. » « Il faut qu’on nous explique comment ça va fonctionner, continue Guylain MOUTAMA, le président. On n’a jamais été convié aux réunions avec la DIREN ( Direction Régionale de l’Environnement- NDLR). On veut pouvoir poser toutes les questions et on mettra les réponses sur notre site. »
          Au-delà de la réserve qui cristallise pas mal de passions, les explications sur les arrêtés du mois de juillet, sur la pêche professionnelle et de loisir sont également très attendues. Sur l’interdiction désormais faite aux plaisanciers d’aller sur les DCP en semaine , et sur l’interdiction de pêcher au treuil électrique. Sauf le week-end et à condition de faire une déclaration aux affaires maritimes.
          « Les DCP sont financés et mis en place par les professionnels, commente Eric BANEL, directeur adjoint des Affaires Maritimes. Il y avait des difficultés avec les plaisanciers et nous sommes intervenus à la demande du Comité des pêches. C’est peut-être une des ambiguïtés à lever mais la réunion d’information est plus large. Nous venons pour expliquer toute la réglementation.
          Si le sujet ne sera peut-être pas abordé aujourd’hui, les surfeurs seront sans doute heureux d’apprendre que l’arrêté sur les loisirs nautiques dans la réserve , qui interdit tout passage dans la passe de l’Hermitage mais la répertorie comme spot de surf, va être incessamment modifié. Pour permettre le passage des surfs dans la passe.

COMPTE-RENDU de la réunion:

Le 13 septembre 2008 la réunion d'information destinée à préciser les règlements auxquels sont soumis les plaisanciers et pêcheurs a bien eu lieu en présence de représentants des Affaires Maritimes et de la Brigade Nautique. Cette rencontre a donné lieu à :
         I. Une lecture/explication du dépliant "L'équipement de sécurité des navires de plaisance"
         II. Une présentation de l'arrêté préfectoral du 15 juillet 2008 concernant la pêche de loisirs.
         III. Un échange de questions/réponses entre les participants.
                                     (Les deux documents cités sont accessibles à partir de ce site)

I L'EQUIPEMENT DE SECURITE
Les questions suivantes ont été posées, les réponses sont celles des Affaires Maritimes et/ou de la Brigade Nautique:
( sous réserve d'oublis et/ou d'erreurs )

1. Contrôle des radeaux de survie ?
          La durée de validité est de 3 ans. Les contrôles intermédiaires sont assurés par le vendeur. Une rencontre devrait permettre une mise au point des procédures et responsabilités de chacun.

2.Un abri ?
          Il s'agit d'un port ou d'un abri portuaire. La Baie de Saint-Paul n'est pas un abri.

3. La météo ?
          Au delà de 6 milles on doit être équipé d'un dispositif permettant de recevoir la météo ( VHF, radio ou tél. portable). Il s'agit de savoir citer l'un de ces dispositifs lors d'un contrôle de gendarmerie.

4. Les engins flottants ?
          Ils ne sont plus obligatoires.

5. Dispositif de repérage d'une personne tombée à l'eau ?
          Soit le feu à retournement fixé à la bouée, soit un feu clignotant fixé à chaque gilet ( au choix )

6. Le futur débarcadère pourra être assimilé à un abri quand il sera terminé.

LE QUOTIDIEN: article publié le 13 septembre 2008 -

Débarcadère de Saint- Paul - Deux mois de retard.
Les travaux du débarcadère de Saint-Paul accusent un petit retard. La livraison de l'ouvrage est repoussée de deux mois et aura lieu finalement en novembre: Un retard inhérent aux travaux sous-marins si l'on en croit l'entreprise mandataire SGTPS. «A l'issue de la phase de battage des pieux en mer, on vérifie les hypothèses de calcul, or souvent on doit faire des réajustements pour être en correspondance avec la réalité du terrain », explique Alain Pany qui dirige les travaux.
En l'occurrence il a fallu revoir les calculs du tablier métallique qui doit recouvrir les pieux
en acier. «Le temps de refaire les calculs, de mettre en fabrication les élément modifiés et de les acheminer jusqu'à la Réunion, et vous avez deux mois de retard ».
Tout en sachant que les travaux de la place du débarcadère, objets d'un autre appel d'offres,
n'ont toujours pas démarré. Rappelons que le débarcadère, long de 124 mètres, a été conçu sur deux niveaux : une partie supérieure dédiée aux promeneurs et une étage inférieur, réservé à l’amarrage des bateaux. LB

7. Les "cartes mer" anciennes ?
         Chaque plaisancier doit clarifier sa situation personnelle auprès de la Brigade Nautique.

L'AAPSGB est chargée de recenser les personnes titulaires d'une carte de navigation "ancienne formule". Contactez Guylain pour vous faire connaître.
Selon les dernières infos recueillies auprès de la Brigade Nautique, les détenteurs de ce type de cartes de navigation seraient autorisés à naviguer de jour dans les mêmes limites de zone que les détenteurs du permis côtier. Il leur faut fournir la preuve qu'ils sont propriétaires de leur embarcation depuis plus de trois ans. La navigation de nuit leur est interdite. A vérifier ...

8. Dispositifs de lutte contre l'incendie ?
         Il s'agit d'extincteurs.

9. Fusées ?
          Pour éviter d'être démuni il appartient à chacun de les commander sans attendre la date de péremption et de demander au commerçant une attestation de cete commande.
Un commerçant de Saint-Pierre a demandé une autorisation de stockage qui devrait solutionner le problème d'approvisionnement.
          Les fusées périmées doivent être remises à l'Ecole d'Apprentissage de la Marine où elles serviront pour les exercices pratiques.

10. La bande des 300 m ?
         A Saint-Gilles elle est matérialisée devant le port par la dernière bouée blanche. Ailleurs, son appréciation est de la responsabilité de chacun car l'installation de bouées
tout autour de l'île est irréalisable. Le repérage s'établit à partir de la plage ou de la barrière de corail selon le lieu.

11. Vitesse élevée dans la bande des 300 m. en cas de houle ( retour au port )?
          La brigade Nautique est compétente pour apprécier les conditions exceptionnelles.

12. Moyen de repérage lumineux sur un jet ?
          Doit être porté par chaque personne ou fixé à chaque gilet.         
          Voir le document "Loisirs nautiques en mer "

Le représentant de la Brigade Nautique précise à plusieurs reprises que l'on ne doit pas douter qu''une application "intelligente" de la réglementation sera effectuée mais que les exigences s'appliqueront sans distinction, ni passe-droit à toutes les catégorie.

II L'ARRETE DU 15 JUILLET 2008
Les questions suivantes ont été posées: ( sous réserve d'oublis et/ou d'erreurs )

L'arrêté du 15 juillet 2008 est la refonte des divers arrêtés réglementant la pêche de loisirs, la pêche professionnelle et les navigation. Cette refonte a été rendue nécessaire par :
          - L'évolution des exigences de sécurité.
          - La création de la Réserve Marine.
          - La cohabitation des usagers. ( Plaisanciers, pêcheurs prof., baigneurs ... )

1. Treuil, vire-ligne, moulinet électrique ?
          Selon la réglementation nationale les treuils sont interdits. Chaque dispositif est désigné selon la notice de son constructeur lors de la déclaration obligatoire. Tous dispositif électrique inférieurs à 800 W quel que soit son nom est autorisé dans les limites de l'arrêté. Les engins précédemment déclarés gardent le bénéfice de cette déclaration.

          Pourquoi notre association n'a-t-elle jamais été associée aux travaux de mise en place de la Réserve Marine ?
                      Seuls l'IFREMER et le Comité des Pêches sont les organismes qui peuvent prendre des décisions. Les autres associations ne participent aux travaux qu'à titre consultatif. L'AAPSGB n'a pas, jusqu'à présent ,été identifiée comme interlocuteur.
                    
2. Les DCP ? 
                             Principales remarques exprimées:
            Comment savoir si on est dans la zone car les balises sont invisibles, les positions sont changeantes ?  La zone est-elle définie à partir d'une position théorique ou à partir des bouées ? L'extention de la zone à 1 mille conduit à une restriction effective de la zone de pêche des plaisanciers.
                    La liste des points GPS est en cours d'actualisation et sera rendue publique.

          Si une prise nous entraîne au voisinage d'un DCP ?
                    La Brigade Nautique affirme qu'elle est à même d'apprécier les explications du plaisancier contrôlé.

          Pourquoi les plaisanciers n'ont ils pas été associés à la mise en place des DCP et leur réglementation ?
          Les DCP sont financés par des fonds publics, pourquoi en sommes nous écartés ? Existe-t-il des possibilités de contester l'arrêté ou de participer aux prise de décision ?
                    
Actuellement l'IFREMER et le Comité des Pêches sont les deux seuls organismes porteurs des projets DCP. Ils dictent leur loi, mais il n'est pas inconcevable que dans l'avenir d'autres projets soient proposés ... par les plaisanciers par exemple.

Le 17 septembre 2008 Merci à Romain, qui connaît bien l'IFREMER pour les précisions qu'il nous apporte dans un mail que je publie ci-dessous intégralement.

Bonjour Alain,
... , je voulais juste te préciser que l'Ifremer ne gère plus les DCP depuis plusieurs années. L'Ifremer a été à l'initiative des DCP ancrés (dans les années 80-90, je sais plus exactement) à La Réunion mais le bébé revient uniquement au CRPMEM. J'ai travaillé de 2004 à 2008 à l'Ifremer, et certes nous avons travaillé sur les DCP mais seulement les dérivants bien plus au large. Je sais qu'actuellement, il y a un suivi de l'effort de pêche autour des DCP mais seulement dans un intérêt halieutique et non de gestionnaire comme le CRPMEM. Quand aux dires des affaires maritimes, sur le fait que rien n'empêche un autre organisme de gérer un nouveau parc : Ok, c'est bien de le dire pour calmer les esprits mais dans la réalité, il va être dur de l'effectuer. La question a été plusieurs fois soulevée lors de diverses réunions, non pour un nouveau parc mais seulement pour l'agrandir. Le hic, c'est que pour qu'un DCP soit efficace, il faut une certaine distance entre deux DCP. Je n'ai plus la distance en tête, mais du coup, peu de place sont disponibles sur des points stratégiques (mont sous marin, courant etc...). Ce que je sais pour ma part, c'est qu'il s'agit d'études datant déjà de plusieurs années, et qu'elles peuvent être controversées actuellement. Malgré ça, je pense qu'avant de se lancer dans la création d'un nouveau parc que je trouve tout à fait justifié de la part des plaisanciers, il ne faudra pas mettre de coté ce sujet au risque de voir des DCP non productifs. Quant à la question sur les chiens à bord, elle n'était pas vraiment personnelle mais je trouve bizarre que depuis le coup de théatre des chiens appats, aucune administration puisse me répondre affirmativement sur ce sujet, certains ne sont même pas au courant. Enfin, ce n'est pas vital, surtout que je ne pense pas emmener mon chien sur ma barque.
Sinon, félicitations pour toute l'organisation. Super site, super assoc, supers adhérents et dirigeants.

Cordialement

Des réactions ? des questions ?

CLICANOO.COM | Publié le 28 septembre 2008 -

L’avenir des DCP en question

                    Pêche. Il y a vingt ans, une véritable révolution pour la pêche côtière démarrait à La Réunion. Une trentaine de dispositifs de concentration de poissons (DCP) étaient installés autour de l’île. Aujourd’hui, la rénovation du parc est en cours, mais Bruxelles a coupé les fonds nécessaires à leur entretien. Explications.

                   En 1988, c’était une véritable révolution pour le monde de la pêche côtière réunionnaise. Autour de l’île les premières installations de dispositif de concentration de poissons (entre 3 et 12 milles des côtes) étaient posées. Elles ont rapidement atteint le nombre de 34. Au fil des ans, “ces engins ont permis de structurer et de professionnaliser le secteur”, souligne Sandra Hohmann, chargée de mission pêche artisanale au Comité régional des pêches. Elle poursuit : “On a découvert petit à petit que c’était rentable d’aller pêcher sur ces sites. La colonisation a été quasi immédiate. C’est aujourd’hui un outil indispensable pour cette filière”. En 2007, 70 % des débarquements de la petite pêche réunionnaise (environ 200 bateaux), composés notamment de thons, dorades et marlins, se font sous ces fameux DCP. Preuve que ça marche. En 2004, l’Union européenne décernait même le prix du meilleur projet Europe à cette innovation made in Réunion.
                                                               Quinze nouveaux DCP posés d’ici décembre
                 Oui mais voilà, la fabrication, la pose et l’entretien, assurés par le comité et les pêcheurs eux-mêmes, nécessitent entre 60 000 et 70 000 euros par an. Une somme versée par le Département jusqu’en 2005 puis la Région, mais surtout par Bruxelles via l’Ifop (Instrument financier d’orientation de la pêche). Or, le nouveau Fond européen pour la pêche (FEP), courant sur la période 2007-2013, ne finance plus ce type de projets. Or, en 2007, “les fortes houles de Gamede notamment ont causé d’énormes dégâts aux DCP, les deux tiers ont été emportés”, souligne Sandra Hohmann. Elle poursuit : “La durée de vie moyenne des DCP est de un an et demi. Les cordages pouvant atteindre jusqu’à 2000 m et les flotteurs coûtent cher”. Cette année, grâce à un reliquat de l’Ifop (60 000 euros), de nouvelles poses sont en cours. “Cinq nouveaux DCP ont été posés la semaine dernière dans l’Est et le Nord, un autre le mois dernier dans l’Ouest. Il nous reste une quinzaine à installer d’ici la fin de l’année”. Au total, d’ici décembre, le parc comptera 31 DCP. “Ça ne sert à rien d’en installer cinquante, cela dilue la concentration des poissons. Le nombre optimal est d’ailleurs évalué à entre 25 et 30”, précise la chargée de mission. Par ailleurs, une partie de ces DCP, deux ou trois, sera d’un type nouveau. “On veut les faire évoluer. Le cordage pourrait être remplacé par du câble. Certains auront peut-être deux têtes, comme aux Antilles. Ainsi, même si l’une des têtes est arrachée, ce n’est pas l’ensemble du DCP qui sera emporté. C’est donc un gage de moindre frais d’entretien ou de réparation”. Reste qu’à moyen terme, la décision de Bruxelles menace l’avenir de la pêche côtière locale, mais aussi dans les DOM voire en Méditerranée. Un autre projet du comité visant à installer des récifs artificiels (Corail Réunion) avance, mais “il est complémentaire des DCP”. “Les récifs artificiels, posés par 15 m de fond, ne remplaceront pas les DCP à court terme”, avance la chargée de mission. Eh oui, leur colonisation risque de ne pas se faire en un claquement de doigt. En attendant cette nouvelle révolution, il faut trouver de nouvelles sources de financement pour assurer la pérennité de ces dispositifs et leur gestion collective. Le comité régional a fait appel aux collectivités locales et les mairies, sans pour l’instant de réponses claires.       Bruno Graignic

3. Les calamars:
          Seuls les professionnels bénéficient pour l'instant d'une dérogation ...
          Les seules dérogations n'ont été accordées que dans le cadre de la prise en compte d'arguments liés à la "pêche traditionnelle" ...

La Brigade Nautique rappelle que la sécurité est liée au type de permis de l'usager mais aussi au type de bateau qu'il pilote ainsi qu'aux conditions de mer du moment.

CONCLUSION:
Une cinquantaine de plaisanciers ont participé à cette réunion. Bien que vif et volontaire le ton de chacun est resté dans les limites de la politesse. Nous pensons que cette rencontre aura fait accéder l'AAPSGB à un statut d'interlocuteur reconnu.
Certains plaisanciers / pêcheurs ont profité de la rencontre pour régler leur cotisation; très bonne idée !

L'idée de confier à un avocat la gestion de nos revendications a été entendue par le bureau de l'AAPSGB. Nous ne manquerons pas d'en reparler.

CLICANOO.COM Publié le 14 septembre 2008 - Un peu d'humour ...

Un petit tour de port et puis s’en

          VISITE MINISTÉRIELLE. Hervé Novelli a achevé, hier, sa visite sur l’île par une tournée de plusieurs sites touristiques.
          Un petit-déjeuner à Mafate, une escapade à Saint-Philippe, une visite du musée de Villèle avant de rejoindre le port de Saint-Gilles en milieu d’après-midi. Le secrétaire d’État a notamment rencontré plusieurs professionnels du secteur. L’occasion de constater que les dégâts du chik sont désormais dans le rétroviseur même si les commerçants n’affichent pas un optimisme démesuré. C’est en particulier le cas du syndicat professionnel des activités de loisirs de la Réunion qui s’est montré plus que présent en soumettant au représentant du gouvernement l’intégration de son secteur dans la zone franche. Hervé Novelli s’est ensuite rendu en mer sur le Grand Bleu pour une découverte des côtes de l’ouest, baleines en prime. À noter que l’arrivée du ministre avait déclenché un peu plus tôt un quiproquo dans le service de sécurité. Une réunion d’information des plaisanciers à proximité avait été interprétée comme un mouvement d’opposition à la réserve marine. Début d’affolement avant de constater que des gendarmes de la brigade nautique et les affaires maritimes étaient parmi les intervenants.        R. Lt.

LE BUREAU DE L'AAPSGB s'est réuni
le 03 septembre 2008 à17h 30 à la Capitainerie.
                                                                                          
Le compte-rendu

Présents: Guylain MOUTAMA, Georget MIRANVILLE, Alain LOUBET

        Nous savons que M. MERLO ( directeur du port de Saint-Gilles) a pris connaissance du compte-rendu de notre précédente réunion et a émis une opinion favorable quant à notre principe de fonctionnement. Toutefois, nous souhaiterions obtenir de sa part des réponses formelles que nous pourrions diffuser, sinon des engagements. Merci d'avance.

       Notre panneau d'information situé sur la cale de halage a été mis à jour. Il est destiné à ceux qui ne regardent pas le site. Faites circuler l'info. Nous serions reconnaissants à M. MERLO de faire repeindre le mur autour du panneau ( couleur gris foncé comme le mur environnant de préférence )

          Le compte courant postal au nom de l'AAPSGB est en cours d'ouverture à la Poste de Saint-Gilles. Vos chèques seront débités dans quelques jours.

         A l'initiative de notre président, Guylain MOUTAMA, le samedi 13 septembre 2008, aura lieu, à 14h00, à la salle de la cure une réunion d'information sur la nouvelle réglementation avec la participation des "Affaires Maritimes" et la brigade Nautique de la Gendarmerie. Venez nombreux poser vos questions. Vous pouvez transmettre vos interrogations par l'intermédiaire du site. Nous transmettrons les questions dont vous nous avez déjà fait part.

          A ce jour, le nombre des adhérents de l'AAPSGB s'élève à 42 alors que le nombre des amodiataires avoisine 400 ! Merci d'avance de relancer vos voisins de quai. Ceux qui ne sont pas à jour de leur cotisation annuelle sont priés de se rapprocher de Guylain.

          Pour rappel: - La Messe des Pêcheurs aura lieu au mois d'octobre.
                             - La rencontre " Mette nout pêche ensemb" aura lieu au mois de novembre.

Vos réactions, vos remarques ......   

Allez, c'est pour vous détendre un peu:

         Certains d’entre-vous ont dû se demander pourquoi leur chèque à l’AAPSGB n’avait pas encore été débité. La cotisation, vous vous souvenez ? Encore un trésorier foireux avez-vous pensé … Je vous explique les raisons de ce contretemps.
  J’ai d’abord décidé d’ouvrir un compte à ma banque personnelle sur Saint-Gilles pour simplifier mes déplacements. Je leur ai donc demandé de me préciser la liste des documents et formalités puis ai convenu d’un rendez-vous. Celui-ci a été déplacé une première fois …

          Quelques jours plus tard avec Guylain on se retrouve assis face à une jeune dame fort sympathique qui nous apprend qu’il nous en coûtera environ 90,00€ par an pour gérer notre compte car l’abonnement internet est obligatoire. Devant notre mine désolée, la sympathique personne nous conseille d’aller plutôt à la Banque P… « C’est gratuit » … Si on avait pu éviter de se déplacer pour rien …

          Je recommence la procédure à la Banque P… : renseignements, statuts, PV des AG, enregistrement en préfecture, inscription au JO , etc . Rendez-vous, et le jour dit, toujours en compagnie de Guylain, le président, nous effectuons en un temps record toutes les formalités. Sourire de rigueur, l’accueil de Madame R. a été très cordial et le dossier s’envole vers le service financier à Saint-Denis.

          Quelques jours plus tard, le dossier est de retour à Saint-Gilles : Madame R. m’informe que puisque L’AAPSGB est domiciliée chez le secrétaire, Gérard, celui-ci doit passer à la Banque P… pour se faire enregistrer comme secrétaire et authentifier son adresse. Pas de problème, le temps de prévenir Gérard, il atteste, signe et hop, le dossier repart à Saint Denis. Ils ont appris qu’il est retraité de la même maison, forcément ça a mis de l’huile. Cette fois-ci on tient le bon bout …

           Hé bien, non ! Un autre coup de fil de Mme R. m’apprend qu’il manque le « N° INSEE » .
- « C’est quoi le N° INSEE ? »
- « C’est obligatoire ! »
- « Ha, bon ! »

Comme j’ai une matinée de libre je fais le déplacement à la sous préfecture de Saint-Paul où je pense pouvoir me renseigner. Raté, le bureau qui s’occupe de l’enregistrement des associations ne reçoit pas le public ce jour-là. De toute façon c’était une fausse piste.

         Sur le net je trouve enfin tous les éclaircissements . Le N° INSEE est le N° d’enregistrement SIREN, comme les entreprises. Il est obligatoire si l’on veut embaucher du personnel, ce qui n’est pas notre cas, mais également obligatoire si on devait perception une subvention … On peut toujours rêver !

  Il ne me reste plus qu’à rassembler un dossier d’une bonne vingtaine de pages, que j’adresse à l’INSEE à Saint Denis par courrier. Vous n’allez pas le croire , quinze jours plus tard, sans nouvelle, j’apprends que le dossier n’est pas parvenu à l’INSEE St Denis ! Disparu, perdu ! On recommence.


          Cette fois-ci, la dame de l’INSEE, à qui je raconte mes aventures me prend en pitié et accepte que je lui envoie les pièces par mail.
- « Merci, madame » Deux jours plus tard, tout est ok, je peux même télécharger le justificatif sur le net .
- « re merci, madame » . C’est ce que je pense en courant à la Banque P… avec mon récépissé à la main.

          Moins d’une semaine après, le dossier est encore refusé par le service financier de la Banque P… au motif qu’ « il manque le paragraphe 16 dans les statuts de l’association ». Je perds patience et invective la pauvre employée qui n’y est pour rien. Tant pis, moi non plus je n’y suis pour rien.
- « Le paragraphe 16 ne manque pas, c’est seulement une erreur de numérotation » je lui hurle dans le téléphone.

          Je prends conseil auprès de Gérard qui ne voit aucun inconvénient à ce qu’on change le N° du dernier paragraphe. Au passage je lui demande comment il a pu bosser toute sa vie dans une f … administration de m… comme ça. Je sais qu’il a de l’humour, c’est ce qui a du le sauver. Hop, sur son ordinateur magique , XVII devient XVI et le tour est joué.
Une signature et le dossier repart.

          Je n’y crois plus, je suis certain qu’ils vont inventer encore autre chose. Le KGB, la STASI, la CIA, que sais-je, vont s’en mêler et compliquer encore la sauce.
Pas loupé ! C’est Mme R. au téléphone deux jours plus tard:
- « Je suis désolée, monsieur Loubet, vraiment, désolée de chez désolée … » Elle va pleurer si ça continue et je lui présente mes excuses pour l’avoir jurée la fois précédente. Bref, non, ça ne va encore pas : on n’a pas droit de modifier les statuts ; il faut seulement rajouter « article 16 : néant » à la fin et faire dater de ce jour et signer le président. En moins de trente secondes mon imprimante crache les statuts ancienne mode modifiés selon la nouvelle procédure conforme, qui va bien … Je fonce faire signer à Guylain qui rigole un bon coup et je remets mon papier au guichet de la Banque P...

          Le surlendemain, Guylain doit encore se déplacer pour signer je ne sais quoi … La dame doit avoir peur que je l’étrangle !

           Et ce matin, alleluia , Guylain m’apprend qu’on vient de recevoir les RIP … Putaing , c’est pas trop tôt ! Demain je vais peut-être pouvoir déposer les trente cinq chèques qui dorment depuis six mois. Je me demande si je n’ai pas sauté un ou deux épisodes …

CLICANOO.COM le 18 novembre 2008

Où va Saint-Gilles ?

          Fin de l’eldorado immobilier, baisse de la fréquentation touristique, port de plaisance à l’abandon. Rajoutez la disparition imminente du club nautique, l’inquiétude des commerçants et la saturation permanente du trafic. La vitrine du tourisme à la Réunion se fissure depuis des années dans l’indifférence générale. Le point à quelques semaines des vacances d’été.
"Le port
           L’un des dossiers les plus épineux pour la municipalité saint-pauloise. Les discussions avec l’actuel gestionnaire butent sur le déficit que la CCIR n’entend pas combler seule. Un retour en gestion communale pourrait être privilégié dans un premier temps avant de confier probablement la structure à une SEM. Tamarun semble sur les rangs. Quelle que soit la formule retenue, le port devra être revu et corrigé en profondeur, notamment en terme de répartition des commerces et d’animation. “Il faudra remettre de l’ordre et redynamiser” admet Jean-Claude Melin, adjoint saint-paulois et président de Tamarun. “C’est un outil majeur avec tous les ingrédients d’une réussite”. Sauf que la recette n’a pas pris pour le moment, résultat d’un total laisser-aller. La réorganisation pourrait passer par une priorité accordée aux bars, restaurants et commerces nocturnes en façade au détriment des commerces diurnes, déplacés sur l’arrière des bâtiments. L’élu souhaite également densifier l’axe de liaison “rue Général de Gaulle - port - plage des brisants”. D’importants travaux de rénovation devront par ailleurs être engagés sur les quais et les différents pontons."


  
     

En réponse à l'article paru le 18 novembre 2008 sur le JIR, Guylain MOUTAMA fait publier le courrier des lecteurs suivant:

Le Port de St Gilles tient son cap...

            Le journal de. l'île de la Réunion du mardi 18 novembre a publié un article intitulé "St Gilles fout le camp"
           Cet article précisait que le port de St Gilles est en ruine... touristes et investisseurs fuient la station balnéaire.
           En tant que Président de l'Association des Amodiataires du Port de St Gilles, je m'insurge contre ces affirmations qui à mon sens s'apparente à une polémique sur la gestion de la concession portuaire.
           L'auteur de cet article affirme que "le port est en ruine et qu'il existe une gestion calamiteuse" ceci est soit une information inexacte, soit formulée par certaines personnes mal intentionnées.
L'Association des Amodiataires du Port de St Gilles ne partage pas du tout cette analyse de la situation et constate au contraire une nette amélioration dans la gestion de l'exploitation du port de St Gilles depuis plusieurs années.
           Nous notons que le label "Pavillon Bleu" conformément aux critères de la distinction internationale a été encore attribuée cette année 2008/2009 au port de St Gilles, en récompense des efforts engagés sur le plan de la protection environnementale dans le cadre d'un développement durable (et ce pour la. 5ème année consécutive).
          En effet, nous remarquons des améliorations significatives des aménagements extérieurs (aménagements paysagers, amélioration de l'éclairage...) de la propreté des lieux (boxes poubelles, nettoyage des plans d'eau...), dans le respect environnemental.
L'objectif de permettre la circulation piétonne sur le port en toute sécurité a été atteint (gestion des accès pour un meilleur accueil du public), tout ceci en concertation étroite avec l'ensemble des amodiataires du port de St Gilles.
           Sur le plan de l'animation, la participation de l'Association des Amodiataires du Port de Saint-Gilles les Bains a également été active lors des événementiels (fête du nautisme, fête de la mer et de l'Océan, sans parler de l'organisation de la messe des gens disparus en mer et du
séminaire sur la sécurité en mer...).
          Ma réaction à cet article a donc pour but de rétablir l'image du port de St Gilles où tous les acteurs économiques du tourisme et les professionnels de la pêche et plaisanciers s'efforcent d'améliorer sans cesse les activités dans tous les domaines.
         A l'heure où la crise financière mondiale est d'actualité, il y aurait lieu d'unir nos compétences et nos efforts au lieu de s'adonner à des critiques stériles.

Le Président de l'Association des Amodiataire du port de St Gilles les Bains

  

LIQUIDATION DU CNB

  CLICANOO.COM | Publié le 9 décembre 2008 -
Et nous, les couillons qui payons sans délai nos emplacements, nos commerces, nos droits d'accès, nos loyers ... Nous, les idiots qui n'aggravons pas la dette et qui constatons la détérioration des aménagements d'année en année. Est-ce qu'on va avoir droit à une année gratuite ? Comment est-il possible d'effacer d'un coup de baguette magique une dette qui affecte un équipement collectif ? Pouvons-nous accepter celà ?

Le CNB liquidé aujourd’hui

         Le tribunal administratif doit prononcer ce matin la liquidation judiciaire du Club nautique de Bourbon. L’information n’était pas officielle hier soir bien que connue de tous les intervenants dans ce dossier. Le personnel a reçu consigne de rendre les clés des locaux et de récupérer ses effets personnels. Terminées donc, au moins provisoirement, des activités kayak et voile sur la plage des brisants. Une décision qui semble au final contenter tout le monde. Personne ne souhaitait véritablement poursuivre l’aventure et tenter de combler les 300 000 euros de dettes au total. Seule la CCIR peut être n’attendait pas une liquidation pure et simple qui signifie très probablement la perte définitive des 180 000 euros d’impayés de loyer. Les modalités de la procédure devraient être connues dès demain après la visite du liquidateur judiciaire. Les six salariés, en revanche, devront certainement patienter encore pour en savoir un peu plus sur leur avenir. Idem pour les licenciés du club qui ne pourront plus pratiquer en attendant l’éventuelle naissance d’une nouvelle structure. Des discussions sont en cours à la mairie de Saint-Paul

CLICANOO.COM | Publié le 10 décembre 2008

Reconstruire sur les ruines du CNB

          Après la liquidation judiciaire rendue officielle hier matin par le tribunal administratif, les membres du CNB et la mairie de Saint-Paul préparent l’avenir, partagés entre déception, soulagement et espoir.

            C’est désormais officiel, le CNB sombre avec ses 300 000 euros de dettes. Le tribunal administratif n’a pas jugé utile de placer la structure en redressement. “On aurait aimé sauver le club, estime le président Denis Magnat, mais c’était insolvable.” L’homme qui s’avoue déçu, mais tout de même soulagé “après de longs mois de galère”. Déception également chez les moniteurs du club. Arnaud Darbon se dit aujourd’hui “dégoûté après trois ans d’investissements” dans le club. “On morfle gratuitement, à cause d’une situation dont on est pas responsable.” Idem pour sa collègue, Camille Morin, embauchée il y a sept mois. “On me retire le gâteau qu’on m’avait mis sous le nez. C’est surtout dommage pour les enfants qui progressaient à vue d’oeil. D’autant que la demande augmentait chaque semaine.” Les six employés se retrouvent donc aujourd’hui licenciés et les pratiquants plongés dans l’inconnu. “Saint-Gilles ne peut pas se passer d’un club nautique mais il ne faut pas faire n’importe quoi”, explique Denis Magnat lorsqu’on interroge le “futur ancien” président sur l’avenir. S’il devrait en effet y avoir une nouvelle structure au plus tard en mars prochain, rien n’est encore décidé. Et les six employés devront en attendant trouver une solution, au moins provisoire. En mairie, on s’active déjà pour combler le vide que va laisser la mort du CNB sur la plage des brisants. Une réunion s’est tenue dès hier matin pour faire le point sur la situation. A son issue, Denis Magnat a obtenu un délai de 10 jours pour présenter un nouveau projet. Seule certitude : le contrôle de la mairie sera beaucoup plus serré sur la nouvelle version du club nautique. Confirmation de Jean-Claude Melin, adjoint aux sports : “Nous avons besoin d’une base nautique à Saint-Gilles et d’une association sur laquelle s’appuyer. Nous signerons avec elle un contrat d’objectif et de moyens. Mais cette fois, nous souhaitons que deux élus siègent au conseil d’aministration. Nous voulons avoir un regard sur l’utilisation des fonds publics”. Quant aux emplois, Jean-Claude Melin renvoie la balle aux futurs responsables : “L’association nous fera une demande de subvention avec un budget prévisionnel pour 2009. Et nous mettrons les fonds nécessaires. Après, est-ce que tout le personnel sera repris ? La décision leur appartient”. Les parents des jeunes voileux ou kayakistes, eux aussi déçus de voir le club disparaître, attendent d’en savoir plus sur la nouvelle structure. “C’était prévisible. Tout le monde a laissé pourrir la situation pendant des années. Maintenant, il faut rester confiant et repartir sur de bonnes bases”, témoigne Elisabeth Magnani. Quid en revanche des frais d’inscriptions, souvent payés de septembre à septembre ? “Là non, on ne remettra pas 350 euros dans la nouvelle association. Il faudra trouver une solution.” Une multitude de solutions même. A commencer par les négociations entre le personnel et le liquidateur judiciaire dans les prochains jours.
Romain Latournerie
                           

DEUX QUESTIONS

Suite à l'annonce de la mise en liquidation du CNB et de l'effacement de sa dette de 190 000 € de loyer à la CCI, comment pensez-vous que nous puissions réagir et faire connaître notre désapprobation ? C'est quand même un peu à cause de ces impayés que nos factures augmentent tous les ans ...
Pensez-vous qu'il serait souhaitable que notre association demande à faire partie du conseil d'administration de la structure qui ne manquera pas d'être créée pour gérer le prochain club nautique qui pourrait être installé ?
                                    lire au-dessous les articles de presse dans 'Les échos des quais"

Merci à Gérard et à Jeannie qui ont répondu:

Bonjour Alain,
Aux questions

Suite à l'annonce de la mise en liquidation du CNB et de l'effacement de sa dette de 190 000 € de loyer à la CCI, comment pensez-vous que nous puissions réagir et faire connaître notre désapprobation ? C'est quand même un peu à cause de ces impayés que nos factures augmentent tous les ans ...
OUI
Pensez-vous qu'il serait souhaitable que notre association demande à faire partie du conseil d'administration de la structure qui ne manquera pas d'être créée pour gérer le prochain club nautique qui pourrait être installé ?
Si je peux me permettre d'émettre un avis, le CNB est dans un local loué par la mairie pour héberger les associations nautiques de la ville de st Paul.
A ce jour, le CNB était noyauté par les "voileux" qui acceptait les kayaks.
Les autres activités nautiques associatives (loi 1901) étaient exclues: jet ski, pêche au gros, apnée, plongée ...
il fallait, si mes sources sont bonnes, prendre une licence (de voile et ça gonflait leur chiffre ) ce qui rebutait les adhérents éventuels pour une autre activité.
De plus ils avaient investi tous les locaux, ne laissant aucun espace pour une autre activité.
Si l' ASSOCIATION des AMODIATAIRES du PORT de SAINT-GILLES-LES-BAINS a bien pour définition juridique Une personne, société ou association qui paie une redevance pour utiliser un service ou une installation dépendant du port de Saint-Gilles.
Alors effectivement si une nouvelle association est créé, pour être dans le conseil d'administration, il faut être adhérent et pour y adhérer il faut d'accord avec les statuts et y être représenté
Cordialement,                                 SERVAT Gérard


Bonjour,
Suite à l'annonce de la mise en liquidation du CNB et de l'effacement de sa dette de 190 000 € de loyer à la CCI, comment pensez-vous que nous puissions réagir et faire connaître notre désapprobation ? C'est quand même un peu à cause de ces impayés que nos factures augmentent tous les ans ...
Je pense qu'on ne peut pas désapprouver une décision de mise en liquidation par contre il faut vraiment être vigilant par rapport à ce qui va se mettre en place. et c'est sur que la CCIR voudra récupérer ses sous ailleurs...

Pensez-vous qu'il serait souhaitable que notre association demande à faire partie du conseil d'administration de la structure qui ne manquera pas d'être créée pour gérer le prochain club nautique qui pourrait être installé ?
On ne peut pas demander à faire partie d'un CA comme ça , il faut d'abord être éligible, à savoir être déjà adhérent à la dite association, encore faut il savoir de quelle association il sagit , quel est son but et adhérer à ses statuts. Il faut être acteur et membre de l'association qui va se créer évidement, si on veut avoir son mot à dire.
moi je pense qu'il faut réunir tous les présidents d'associations qui ont une activité nautique et qui aimeraient bien être logés dans ce local. Soit proposer à la mairie que le local soit partager entre plusieurs associations qui paieront chacune son loyer de telle sorte que cela devienne vraiment un centre "d'activités nautiques" diverses et variées. Par exemple le Jet ski ( je suis bien placée pour en parler pour avoir essayé - il y a longtemps,certes- d'être logé dans ce bâtiment) la pêche, le canoë, le surf, la chasse sous marine, la plongée, l'association des amodiataires et la voile etc.... Il faudrait faire part de nos intentions à la mairie une fois fixés sur les désirât de chacun....Ce local est bien trop grand pour une seule activité alors que d'autres activités nautiques attendent sans succès à être logés depuis longtemps
Mais c'est sûr qu'il ne faut pas prendre les mêmes et recommencer les mêmes bêtises avec les mêmes conséquences..
Je suis disposée à en discuter plus longuement...              
Jannie Solesse       Bleu Indien    

Compte rendu Réunion de bureau du 03 décembre 2008
Association des Amodiataires du Port de Saint Gilles les Bains
(A.A.P.S.G.B)

Présents : Guylain MOUTAMA-CHEDIAPIN, Alain LOUBET, Gérard MICHEL

         Guylain nous informe que M. MERLO nous donnera la liste complète des amodiataires du port de Saint-Gilles. Cela nous permettra d’envoyer à tous un bulletin d’adhésion présentant l’association.

       Point sur la journée du 8 novembre « met nout pêche ensemb » journée très réussie grâce à l’implication forte des pêcheurs. Nous remercions Laurence et Olivier pour l’accueil formidable qu’ils nous ont réservés sur l’esplanade du Grand Bleu. Chapeau !!!!

         Une réponse a été faite par notre président à l’article du JIR du 18 novembre ( St Gilles fout le camp) . On ne peut pas laisser dire n’importe quoi et laisser discréditer notre port. L’association sera toujours là pour des critiques constructives…..mais jamais ne cautionnera des polémiques stériles et destructives.

         Notre ami Vivien Fontaine connaît actuellement de graves problèmes de santé qui entraînent hélas des difficultés financières. Nous avons décidé pour noël de faire un geste pour lui montrer qu’on ne l’oublie pas et pour le remercier de toutes les heures passées au service de l’association à confectionner samoussas et autres bonbons piment. Une boîte sera disponible chez Ralph Nautique . Le montant sera complété par une participation de l’association.

         La prochaine réunion se tiendra le premier mercredi de mars ( le 4 à 17h30) et concernera l’ensemble du Conseil d’ Administration.

Voici le courrier que nous adressons à M. MERLO, Directeur du port avec une copie à la Mairie de Saint-Paul,
à propos de la mise en liquidation du CNB.
Vos remarques sont toujours les bienvenues.
Vous trouverez les précédents éléments du dossier sur la page : "L'association suivi 2008"

Association des Amodiataires
Du port de Saint-Gilles-les-Bains
Appt 48
34 rue du Saint-Alexis
97434 Saint-Gilles-les-Bains
contact : alain.somniaque@orange.fr

                                                                                      à Monsieur MERLO Alain
                                                                                      Directeur du port de Saint-Gilles-les-Bains
                                                                                      Port de Saint-Gilles

                                                                              Saint-Gilles le 16 décembre 2008,

                       Monsieur,

                      Nous avons appris par le presse la récente mise en liquidation du CNB et l’éventualité de l’effacement pur et simple de la dette correspondant aux loyers impayés depuis plusieurs années.
                      Notre association a, jusqu’à présent, fait preuve de modération et d’objectivité dans ses prises de position. Nous refusons de nous associer au concert de ceux qui ne voient dans la gestion du port que les côtés négatifs. Nous préférons une attitude participative et constructive.
                     Vous savez également que notre association regroupe les amodiataires qui règlent leurs loyers sans délai et que nous subissons, chaque année, des augmentations importantes en partie dues au déséquilibre occasionné par un déficit chronique.
                     Voilà pourquoi nous sommes préoccupés par l’annulation pure et simple de la dette du CNB.
                     Nous nous demandons par quelle procédure ce manque à gagner ne va encore pas nous être répercuté sous forme d’une nouvelle augmentation.

                     Par ailleurs, nous pensons qu’il est légitime que nous nous intéressions à l’installation d’une nouvelle structure à la place de l’ancien club de voile.
                    Parmi toutes les hypothèses imaginables quelques thèmes se font jour comme :
                                  - Une nouvelle association sur le même type que le CNB peut-elle être envisagée ?
                                  - Comment parvenir à une gestion transparente pour que la collectivité soit informée en temps réel des situations délicates.
                                  - Quelle est la position de la Mairie de Saint-Paul et son implication ?
                                  - Les conditions de distribution des locaux et installations ne sont-elles pas à revoir ?
                                  - Une nouvelle répartition des surfaces serait-elle envisageable ?
                                  - Dans cette éventualité pourrait-on espérer la création d’un local destiné à un usage associatif ( d’autres associations qui seraient intéressées existent sur le port )

                    Nous espérons que ce courrier aura retenu votre attention et que vous ne manquerez pas de nous tenir informés. Nous vous confirmons que nous sommes prêts à vous rencontrer pour participer activement.
                   Veuillez agréer nos salutations distinguées.

                             Le président M. Guylain MOUTAMA-CHEDIAPIN

Copie à Mme Hugette BELLO Maire de Saint-Paul

retour en haut de la page