"Lu dans la presse en 2017"

Zinfos974.com - Samedi 14 Janvier 2017 - 09:57 - A la Une - Comité des pêches: Bertrand Baillif est le nouveau président

25 ans après une présidence sans partage de Jean-René Enilorac, un nouveau président a été élu hier lors des élections au conseil du Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins (CRPMEM). Bertrand Baillif, pêcheur artisan de 42 ans, a été élu sur la liste "Union des pêcheurs réunionnais pour le changement" conduite par le Sympa-CFDT, avec 66 voix contre 61.
L’alliance entre Bertrand Baillif, Laurent Virapoullé et Rémy Lannuzel a obtenu 14 sièges pour l’ensemble des collèges : huit dans le collège des équipages et salariés, trois dans celui des chefs d’entreprises embarqués et trois dans celui des chefs d’entreprises non embarqués. Jean-René Enilorac en a obtenu neuf.
Sur les 477 électeurs inscrits, 379 ont voté, soit un taux de participation de 79,5 %.



par www.ipreunion.com - le 13 janvier 2017 à 18:34 - La liste de Bertrand Baillif remporte les trois collèges

Suite aux opérations de vote par correspondance, puis à l’urne le jeudi 12 janvier 2017 de 9h à 16h30, la commission électorale a procédé au dépouillement du scrutin le vendredi 13 janvier 2017 de 8h30 à 14h ainsi qu’à la proclamation des résultats ce même jour à 15h. La liste de Bertrand Baillif remporte le scrutin face à celle du président sortant Jean-René Enilorac. Cia-près, le communiqué de la préfecture, relatant des résultats.
Sur les 477 électeurs régulièrement inscrits, 379 ont voté ce qui représente un taux de participation de 79,5 %. Ces derniers se répartissent entre le collège des équipages et salariés (223 votants) pour lequel 12 sièges sont à pourvoir au conseil, le collège des chefs d’entreprises/catégorie des chefs d’entreprise embarqués (133 votants) pour lequel 6 sièges sont à pourvoir et le collège des chefs d’entreprise/catégorie des chefs d’entreprise non embarqués (23 votants) pour lequel 5 sièges sont à pourvoir.
Les sièges à pourvoir, attribués à la proportionnelle au plus fort reste, se répartissent de la manière suivante :
- équipages et salariés : 4 sièges à la liste présentée par le syndicat national des marins pêcheurs CFTC qui a obtenu 62 voix et 8 sièges pour la liste présentée par l’union fédérale maritime CFDT qui a obtenu 145 voix ;
- chefs d’entreprise de pêches maritimes embarqués : 3 sièges pour la liste présentée par le syndicat national des artisans patrons-pêcheurs SNAPP-CFTC qui a obtenu 61 voix et 3 sièges pour la liste présentée par le syndicat maritime des pêcheurs artisans SYMPA-CFRDT qui a obtenu 66 voix ;
- chefs d’entreprise de pêches maritimes non embarqués : 2 sièges pour la liste présentée par le syndicat national des artisans patrons-pêcheurs SNAPP-CFTC qui a obtenu 10 voix et 3 sièges pour l’Union des armateurs à la pêche de France UAPF qui a obtenu 11 voix.
Trois autres membres du conseil doivent être désignés par le Préfet de La Réunion : 1 au titre de la coopération maritime et 2 au titre des entreprises de premier achat et de transformation des produits de la mer.
Il reviendra au nouveau conseil de désigner en son sein, à l’occasion de sa prochaine réunion, le président du CRPMEM, ses vice-présidents, les représentants au comité national des pêches ainsi que d’adopter un nouveau règlement intérieur.

Le Quotidien – 18/11/2016 - Tribunal administratif - Élections au comité des pêches - Des recours deux mois avant le scrutin.

Le rapporteur public du tribunal administratif le soulignait à l'audience: les contentieux post-électoraux sont fréquents, pas ceux deux mois avant le scrutin.
Hier, la juridiction devait pourtant se pencher sur six requêtes de professionnels de la pèche pour contester les listes électorales en vu de l'élection au comité des pèches fixée au 12 janvier. Au coeur d'enjeux politiques et économiques importants, la question du poids des votes et de leur nombre est en question. Quatre «petits pécheurs » déploraient de ne pas avoir été inscrits par la préfecture. Leurs avocats Me Bernard Cazin revendiquait «une égalité démocratique» face aux gros armateurs. À l'inverse, deux autres requérants, eux, se plaignaient de l'inscription de commerçants, tels que les huîtres Lebon dans le collège élevage. Le rapporteur public a conclu en faveur des premiers, pas
des seconds. Le tribunal rend sa décision aujourd'hui.  

Posté par IPR - 16/01/2017 - Accueil - Actus Reunion - L'Ermitage - Deux baigneurs secourus par un navire de plaisance ce samedi - La préfecture rappelle le danger des courants dans le lagon

Ce samedi 14 janvier 2017, deux baigneurs se sont retrouvés en difficulté au niveau de la passe de l'Ermitage. Alors que le soleil se couchait, ils ont été emportés par un courant sortant et ont dû s'agripper au filet de sécurité en surface en attendant les secours, indique la préfecture. C'est finalement le propriétaire d'un navire de pêche-plaisance qui a pu les raccompagner. L'occasion de rappeler que des courants permanents agitent le lagon et que leur force peut entraîner les baigneurs vers le large. Nous publions ci-dessous le communiqué préfectoral dans son intégralité.
Le 14 janvier 2017 vers 18h45, le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de La Réunion et le Centre opérationnel départemental d’incendie et de secours (CODIS) ont été informés par un témoin de la présence de deux nageurs en difficulté dans la passe de l’Ermitage sur la commune de Saint-Paul alors que le poste de secours armé par les maîtres nageurs sauveteurs (MNS) était fermé depuis 17H30. Ces baigneurs, emportés par un courant sortant, se sont agrippés au filet de sécurité en surface de la passe dans l’attente de secours. Le CODIS, assurant la coordination, a mis en œuvre immédiatement la brigade nautique de sapeurs-pompiers de Saint-Leu. Finalement, le propriétaire d’un navire de pêche-plaisance, situé à proximité de la passe, a pu accompagner et sécuriser les deux personnes qui ont pu rejoindre la plage à la nage.
Il est rappelé la présence de courants permanents dans le lagon dont la force peut entraîner à certains moments des baigneurs vers le large.
Le préfet de La Réunion renouvelle ses consignes de prudence envers tous les usagers de la mer et plus particulièrement auprès des baigneurs en leur conseillant de privilégier les zones lagonaires ou les espaces surveillés et aménagés durant les heures d’ouverture des postes de surveillance de la baignade.

par www.ipreunion.com - le 21 janvier 2017 à 17:15 - Sainte-Marie cherche des sauveteurs en mer

Dans une annonce publiée sur leur page Facebook, la station de sauvetage en mer de La Réunion a indiqué être à la recherche de volontaires du côté de Sainte-Marie. Les bénévoles motivés par les activités de secourisme et la navigation peuvent transmettre leurs candidatures.
Un appel au recrutement de volontaires a été lancé par la station de sauvetage en mer de Sainte-Marie. Pas de critères précis sur le profil des bénévoles, mais surtout une candidature "motivée par l’amour de la mer, les activités en groupe autour du secourisme, de la navigation côtière ou au large et l’aventure au sein d’une équipe existante soudée".
Bien sûr, les connaissances ou expertises dans ces différents domaines sont les bienvenues. Mais elles ne sont pas forcément nécessaires : des formations spécifiques seront dispensées tout au long de l’année.
Outre les candidats embarqués, d’autres profils sont également souhaités, avec des "compétences en organisation, secrétariat ou préparation de manifestations diverses".

par www.ipreunion.com - le 25 janvier 2017 à 09:59 - La Réserve marine fait un bilan, sept ans après sa première évaluation

La Réserve Naturelle Marine de La Réunion a publié, ce mardi 24 janvier 2016, une synthèse de l’étude de "l’Effet Réserve" sur les peuplements de poissons et de coraux, sept ans après la première évaluation. Ce travail de mesure et d’analysé a été mené en partenariat avec l’Université de le Réunion, l’IRD Réunion, le Museum National d’histoire Naturelle ainsi qu’avec d’autres experts locaux, indique la Réserve.
Concrètement, cette étude observe l’évolution des populations de poissons et de coraux sur le littoral de côte ouest, entre 2007 et 2014, grâce à des mesures réalisées selon différentes méthodes (voir encadré ci-dessous sur les méthodes de mesures employées pour l’étude).
                                     "Encourageant" mais pas "satisfaisant"
L’étude conclut que la réglementation des usages dans la Réserve marine après 7 ans "a un effet positif sur les poissons au niveau des zones de protection les plus fortes, c’est-à-dire les sanctuaires. Un résultat jugé “encourageant” mais “ces valeurs restent encore faibles pour des zones récifales et ne reflètent en aucun cas un état de santé satisfaisant", note ainsi l’étude.
Ainsi, les mesures ont permis d’établir que plus de 40 espèces supplémentaires ont été recensées, pour un total de 250 espèces recensées. De même, la biomasse totale des poissons a augmenté de 24 % en pente externe et de 3 % sur les platiers au cours des 7 dernières années. En revanche, si les poissons se portent bien dans les zones sanctuaires SA (+ 67% de biomasse), la biomasse a tendance à diminuer dans les zones de protection générale.
Pour montrer que les effets sont encore timides, l’étude s’appuie sur des comparatifs avec d’autres récifs du Sud-Ouest de l’océan Indien. “Ces valeurs sont supérieures à celles recensées à Maurice et au Kenya dans des zones pêchées, mais inférieures aux zones où la pêche est réglementée ou interdite comme aux Maldives. Dans les milieux coralliens de référence comme les Iles Eparses où il n’y a pas, ou très peu, de pression de pêche, la biomasse moyenne en poissons est 7 à 10 fois plus élevée qu’à La Réunion”, détaille ainsi l’étude.
                                    Pas d’apport supplémentaire de poissons "pour des prédateurs supérieurs", selon l’étude
Pour l’étude, cette situation montre avant tout que “les biomasses de poissons rencontrés dans la réserve sur les 3 récifs de St Gilles, La Saline et St Leu sont encore faibles y compris dans les sanctuaires, et témoigne de l’état de perturbation du milieu récifal du notamment à la surpêche. Dans un tel contexte, ces valeurs de biomasse ne peuvent pas être considérées comme étant à l’origine d’un " apport supplémentaire de poissons " pour des prédateurs supérieurs, mais au contraire témoigne encore d’une pauvreté des peuplements de poissons y compris dans les zones sanctuaires". Une manière pour la réserve d’évoquer, à mots couverts, les arguments l’accusant d’attirer les requins près des côtes réunionnaises.
                                    La situation des coraux préoccupante à La Saline et Saint-Leu
La situation est plus préoccupante en ce qui concerne les coraux de La Saline et de St Leu avec une perte importante de diversité au cours des dernières années, associée à une recrudescence importante des gazons algaux compétiteurs des formations coralliennes.
Cette diminution de la diversité sur les pentes externes est particulièrement marquée sur la zone sud du platier de Saint-Leu (zone dite des " kiosques "), qui a perdu jusqu’à 70 % de sa richesse spécifique au cours des 3 dernières années.
Mais les experts sont formels : "cet état de fait n’est pas lié à la stratégie de protection mise en œuvre dans la réserve, mais à une dégradation générale de l’environnement littoral de l’Ouest de La Réunion". En effet, ce sont l’érosion des bassins versants, l’urbanisation croissante ou encore l’augmentation de la pollution des nappes phréatiques, qui menacent les coraux selon l’étude.
"Seul, un secteur localisé sur le sanctuaire sud de la Saline montre des premiers signes d’une amélioration de la situation environnementale, ce qui est tout de même encourageant", nuance la réserve.
                            Les effets positifs seraient plus perceptibles dans les années à venir
Malgré toutes ces nuances, les scientifiques se veulent optimistes : "il est en effet communément admis que " l’effet réserve " est perceptible a minima après 8 à 10 années de mise en œuvre des mesures de protection de zones marines, d’autant plus à La Réunion où la pression humaine reste très forte sur le milieu", peut-on lire dans la synthèse.
“En l’état actuel, les zones sanctuaires semblent donc bien jouer leur rôle en permettant une restauration très progressive et attendue des peuplements de poissons, et en particulier des espèces ciblées par la pêche (...) Les zones de protection renforcées (ZPR) jouent également leur rôle de " tampon " avec les zones de périmètres général en permettant une dissémination progressive des espèces dans l’espace et dans le temps (cf. effet de débordement), même si cet effet est encore peu visible”, écrit encore l’étude
Même chose pour les coraux. Selon les scientifiques, les processus de régénération du milieu benthique sont longs (supérieurs à 10 ans) et résulteront en partie des mesures de gestion prises sur les bassins versants adjacents aux récifs coralliens.
                           Comment s’effectuent les mesures sur les 27 stations de Saint-Leu à Saint-Gilles Nord ?
Pour mesurer "l’effet réserve", une évaluation initiale des peuplements dans la Réserve marine a été réalisée en 2007 sur 22 stations réparties entre La Saline et Saint-Leu, dont 10 stations en pente externe et 10 stations en platier.
L’État 1 des peuplements a été réalisé en 2014, soit 7 ans après. Cinq stations supplémentaires ont été rajoutées lors de l’État 1 pour couvrir le secteur de St Gilles Nord (Roches Noires / Cap La Houssaye). Les 27 stations d’études sont réparties entre les différents niveaux de protection de la Réserve marine (sanctuaire SA, PR, PG).
Le plan d’échantillonnage des peuplements est inspiré de celui réalisé dans les îles Hawaii adapté au contexte récifal de La Réunion. Il consiste à déployer 4 rubans gradués (transects) de 50 x 5 mètres, (surfaces standardisées) positionnés parallèlement à la côte, de part et d’autre de la position centrale de la station. Une palanquée constituée de deux compteurs expérimentés parcourt simultanément le transect et effectue les comptages (nombre, taille et identification des poissons) lors de plusieurs parcours successifs ciblant en premier lieu les espèces fuyantes, puis les espèces sédentaires. Toutes les espèces de poissons présentes sur les 250 m2 de surface échantillonnée sont comptabilisées.
L’échantillonnage des peuplements benthiques (coraux et algues principalement) se fait à partir de photographies à haute résolution, qui sont ensuite analysées en laboratoire (interprétations, comptage, détermination des surfaces de coraux, d’algues, ...). Il est complété par des parcours aléatoires de 60 minutes réalisés sur, et autour de la station échantillonnée, pour appréhender la diversité totale des coraux constructeurs de récifs. Les photographies sont prises le long de 10 transects de 10 m sélectionnés après tirage au sort sur chaque station. Un cadre de 50 x 30 cm est fixé à l’appareil photo (voir photo de gauche ci-dessous) et permet de photographier le substrat à la verticale sur une surface délimitée. Les photographies sont ensuite analysées avec un logiciel d’analyse d’image (logiciel CPCe). ch/ 

Zinfos974.com - Mercredi 25 Janvier 2017 - 14:44 - Pêche illégale: Cinq pêcheurs interpellés, 32 kg de poissons saisis

Ce lundi, cinq personnes ont été interpellées en action de pêche illégale, lors d'une patrouille des gardes de La Réserve naturelle marine. Les contrevenants se trouvaient dans la zone de protection renforcée de l'Hermitage et de la Saline (au niveau de la pente externe).
Le matériel de pêche (fusils sous-marins), de plongée (palmes, masques et tubas), mais aussi 32 kg de poissons ont été saisis par les agents assermentés en lien avec la Direction Mer Sud Océan Indien (DMSOI).  

Posté par IPR le Jeudi 09 Mars 2017 à 16H59 - Lagon de la Saline - Les agents de la Réserve marine interpellent un pêcheur et 20kg de poisson

Ce jeudi 9 mars 2017, les gardes de la Réserve marine, lors d'une mission conjointe avec les agents de la Brigade nature de l'océan Indien, ont interpellé "une personne en action de pêche illégale au filet maillant" dans le lagon de la Saline les Bains (commune de Saint-Paul).
"En sa possession, deux filets d’une longueur totale de 50m et 33 poissons ("barbus"). Le matériel de pêche ainsi que 20 kg de poissons ont été appréhendés par les agents assermentés en lien avec la Direction Mer Sud Océan Indien (DMSOI)" termine la Réserve marine dans un communiqué.   

par www.ipreunion.com - le 22 mars 2017 à 15:09 - Grand Fond - 6 personnes interpellées pour avoir pêché illégalement dans le lagon

Ce mardi 21 mars 2017, en début d’après-midi, les gardes de la Réserve Marine ont interpellé 6 personnes en action de pêche illégale en zone de protection renforcée. L’information, ainsi que des photos du butin des pêcheurs, a été relayée sur la page Facebook de la Réserve.
"Les agents étaient déployés en deux équipes, une en mer et une sur le littoral. Trois personnes ont été interpellées pour une pratique de pêche au filet "tramail" dans le "lagon" de Grand Fond proche de la Pointe des Aigrettes et trois personnes en mer au niveau de la pente externe de la Saline les Bains en action de pêche sous-marine", précise la réserve marine.
Le matériel de pêche ainsi que 10 kg de poissons, soit plus de 80 poissons, ont été pris par les agents assermentés en lien avec la Direction Mer Sud Océan Indien (DMSOI).
Pour rappel, la pêche illégale dans la réserve marine est un délit pouvant faire l’objet d’amendes, pouvant atteindre 22 500 euros.

par www.ipreunion.com - le 29 avril 2017 à 12:27 - Un plaisancier toujours disparu en mer, les recherches suspendues

"Un important dispositif de recherche en mer a été déployé depuis jeudi soir afin de retrouver deux plaisanciers tombés à la mer suite à l’échouement de leur vedette de plaisance devant le port Ouest de la ville du Port. Un des pêcheurs plaisancier a été retrouvé hier dans l’après-midi dans la zone de recherche définie par le CROSS Réunion" apprend-t-on par la Préfecture de La Réunion dont nous publions le communiqué en intégralité ci-après.
Les recherches actives ont continué ce matin pour tenter de relocaliser le disparu, l’hélicoptère de la gendarmerie maritime a survolé une zone de recherche en vain.
En l’absence d’éléments nouveaux depuis la découverte du corps d’une des deux personnes disparues et au regard du dispositif déployé sur ses deux journées, il a été décidé de suspendre les recherches par moyen dirigé.
Des messages radios à l’attention des usagers de la mer seront conduits à intervalles réguliers afin qu’ils exercent une veille attentive et transmettent toute information utile au CROSS Réunion sur VHF canal 16 ou par téléphone au 196.
    


Zinfos974.com -Vendredi 28 Avril 2017 - 07:13 - Faits-divers - Le Port: le corps de l'un des deux pêcheurs portés disparus retrouvé

Le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) a déclenché une opération importante de recherche en mer en déployant l’hélicoptère de la section aérienne de la gendarmerie, la vedette CYMOTHOE de la brigade nautique côtière de la gendarmerie, le canot de la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM) de Saint-Gilles et d’importants moyens terrestres de recherche du Service Départemental Incendie et Secours 974 et du commissariat de police du Port.
Peu après 14H, le corps de l'un des pêcheurs disparus a été retrouvé. Il s'agirait du pêcheur âgé de 53 ans, selon des proches.
Deux pêcheurs sont portés disparus depuis hier après-midi. Alors que les conditions météorologiques étaient assez mauvaises, leur embarcation a été retrouvée échouée derrière les cuves de la SRPP. Sur les galets, des dizaines de débris de bateau sont dispersés.
Des papiers d'identité ont été retrouvés à bord du bateau de 7 mètres : il s'agit de deux Possessionnais d'une même famille, âgés de 26 et 53 ans.
Un premier témoin aurait vu l'embarcation échouée en fin de journée mais n'aurait pas prévenu les secours.
Les recherches entamées hier soir par le CROSS, avec la Marine nationale et l'hélicoptère de la section aérienne de gendarmerie, ainsi que la SNSM, bénévolement, n'ont pas permis de les retrouver. Interrompues dans la nuit, elles ont repris aujourd'hui.
Des plongeurs du SDIS sont également sur place. Une dizaine de pompiers sont mobilisés le long du littoral. Le drone du SDIS sera également déployé pour vérifier l'éventuelle présence de corps dans les tétrapodes qui longent la côte.

Zinfos974.com - Vendredi 26 Mai 2017 - 11:38 - Prévenons les risques d’incendie sur nos ports de plaisance

L’actualité récente avec l’incendie d’un bateau survenu mardi matin dans le port de Saint-Leu nous rappelle l’importance des mesures de sécurité à prendre pour prévenir les risques. ( lire ci-dessous)
Vous êtes plaisanciers installés sur le port de la ville du Port, de Saint-Gilles ou de Saint-Leu ?
Assurez bien votre bateau
La Régie des ports de plaisance du TCO vous invite tous à mettre à jour vos dossiers et à fournir vos attestations d’assurances auprès des gestionnaires du port. Vérifiez que vos assurances couvrent bien les sinistres d’origine "incendie".
Prévenez tout risque d’incendie en appliquant ces mesures de sécurité :
Évitez de fumer ou d’utiliser des appareils électriques à proximité des réservoirs d’essence (présence de vapeur d’essence)
Installez un extincteur adapté sur chacun de vos navires
Évitez de laisser les batteries "en charge" branchées sur le quai sans surveillance régulière (risque de court-circuit et donc d’incendie)
Pour toute information et pour la mise à jour de votre dossier, contactez la Régie des ports de plaisance du TCO : coordonnées et plan d’accès.


Zinfos974 - Mardi 23 Mai 2017 - 11:51 - 4 bateaux prennent feu dans le port de St-Leu -

Un bateau a pris feu ce mardi matin dans le port de Saint-Leu. Des explosions ont été entendues. Une épaisse fumée s'est dégagée de l'incendie. Les flammes se sont propagées à trois autres embarcations.
Alertés, les pompiers sont intervenus pour maîtriser le sinistre. "On a établi des lances à mousse pour éviter la propagation vers le ponton, où se trouvaient d'autres bateaux", indique le lieutenant Souprayenmestry. Une personne qui essayait d'éteindre le feu sur son bateau s'est blessée aux mains et aux jambes, de manière superficielle.
Au total, quatre engins incendie et deux ambulances ont été dépêchés sur place, soit 28 sapeurs-pompiers. La gendarmerie était également sur les lieux.
"Une équipe va venir pour installer un barrage anti-pollution pour éviter que la pollution due aux débris aille en haute mer", précise le lieutenant.
Par ailleurs, les enfants de l'école voisine ont été évacués plus loin, au niveau du stade, afin qu'ils ne soient pas incommodés par les fumées. Trois élèves présentant des maux de tête ont été examinés par les sapeurs-pompiers.

Zinfos974 - Dimanche 28 Mai 2017 - 15:11 - Boucan Canot : Un bateau échoué sur la plage

"Nous avons été contactés vers 9h30, l'incident était déjà clos et les personnes en sécurité", indique le Cross, qui n'a donc "pas effectué d'opération de sauvetage". Une mauvaise manipulation pourrait être à l'origine de cet incident.

par www.ipreunion.com - le 28 mai 2017 à 15:02 - Un bateau échoué sur la plage de Boucan Canot

Une embarcation s’est échouée sur le récif de Boucan-Canot ce dimanche 28 mai 2017, après avoir été mis en difficulté par la forte houle. Le bateau a été mis en sécurité sur la plage par ses occupants. Selon les informations de l’association Océan prévention réunion, il s’agirait de l’embarcation d’une équipe de maintenance de la cellule nautique. Le CROSS - Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage, contacté après l’incident n’a pas eu besoin d’intervenir.
Depuis hier, une forte houle est constatée dans les eaux de l’Ouest. Selon l’association Océan prévention Réunion, "l’hélice du bateau se serait emmêlée avec le filet".

Zinfos974 - Samedi 8 Juillet 2017 - 15:31 - La grande Une - Pêche dans la Réserve Marine: 2 pêcheurs interpellés, 51 kg de poissons saisis

Nouvelle pêche illégale observée par les gardes de la Réserve Marine. Deux pêcheurs sous-marins ont été interpellés du côté de la Saline ce vendredi. protection renforcée en pente externe du côté de la Saline.
51 kg de poissons ont été saisis ainsi que leur matériel de pêche par les agents assermentés en lien avec la Direction Mer Sud Océan Indien (DMSOI).
"La pêche illégale dans la réserve marine est un délit pouvant faire l'objet de fortes amendes pouvant aller jusqu'à 22 500 euros", rappelle l'institution.     

Zinfos974 - Jeudi 13 Juillet 2017 - 15:14 - A la Une .. - La SNSM porte secours à un blessé à bord d'un voilier au large de La Réunion

Le 12 juillet 2017 vers 20h, le CROSS Réunion reçoit par VHF l'appel d'un voilier en difficulté au large et au Nord de La Réunion avec un blessé à bord. Le voilier, dont la position n'est pas précise, n'arrive pas à entrer en communication avec le CROSS.
Plusieurs navires de commerce en transit dans la zone sont interrogés et l'un d'entre eux, le navire vracquier "Shinyo Brilliance " de 290 mètres sous pavillon libérien, est dérouté vers 21h15 afin de tenter une localisation du voilier. Vers 22H40, la vedette SNSM de Saint-Gilles "Vincent Bosse" est également engagée afin de participer aux recherches.
A 00H34, un échange téléphonique avec le voilier permet de le localiser à 27 kilomètres au Nord /Nord-Est de Sainte-Suzanne. Le skipper du voilier, blessé à la suite d'une chute a ressenti de fortes douleurs. Son équipier a assuré la conduite du voilier à vitesse très réduite vers les côtes réunionnaises.
Un autre marin secouru ces dernières 24 heures
Après une consultation médicale avec le SAMU de coordination médicale maritime 974, l'équipage de la SNS 459 procède à 02h10 à l'évacuation du plaisancier blessé. La conduite du voilier est confiée à un marin bénévole de la SNSM qui reste à bord. A 05H00, le skipper blessé est pris en charge à quai au port Ouest par un véhicule médicalisé du SAMU.
Après une relève d'équipage, la vedette SNSM repart à 05h25 vers le voilier qui est pris en remorque à 07h28 pour faire route vers le port Ouest.
En fin de matinée, la vedette "Vincent Bosse" a effectué une autre sortie en mer afin d'évacuer un marin malade, sur un porte-conteneur (337 m de long – pavillon du Liberia) et faisant route vers Colombo.
La SNSM est une association dont la principale mission est de secourir bénévolement et gratuitement les vies humaines en mer et sur les côtes. Son financement repose essentiellement sur la générosité du public et des partenaires privés. La SNSM a reçu du Premier ministre le label de grande cause nationale 2017. L'association fête également son cinquantenaire cette année.

retour en haut de la page