LE RISQUE REQUIN 2016

retour à risque requins 2013

Clicanoo.re - publié le 6 janvier 2016 - 14h44 - Deux requins tigre capturés dans la baie de Saint-Paul

Hier soir, dans le cadre du dispositif Caprequin, deux requins tigre femelles ont été prélevées dans la baie de Saint-Paul.
Il s’agit des premières captures de l’année. Le premier animal a été prélevé à 19h20, il mesure 4,20m. Deux heures plus tard, les équipes de Caprequin ont saisi un second requin de 3,50m.
Le programme Caprequin ne devait reprendre qu’à partir de la mi-janvier, mais suite aux captures et aux observations de la dernière semaine de décembre, les opérations de prélèvement ont été avancées.

par www.ipreunion.com - le 9 janvier 2016 à 06:01 - Roches Noires - La plage bientôt rendue aux baigneurs

Sécurisée par des filets anti requins, la plage de Roches Noires (Saint-Gilles) sera rendue aux baigneurs, surfeurs et autres usagers de la mer dans quelques jours, vraisemblablement dans la seconde quinzaine de janvier "si les conditions météo, la pluie et la houle notamment le permettent" indique la mairie de Saint-Paul ce vendredi 8 janvier. Les filets de même type que ceux sécurisant Boucan Canot couvriront une surface longue de 581 mètres et large de 200 mètres en moyenne
"Le gros des travaux est terminé" indique Thierry Martineau, adjoint au maire de Saint-Paul, chargé des sports. "La pose des filets aurait pu se faire plus rapidement, mais le houle et les fortes pluies de ces derniers jours ont ralenti les travaux" ajoute-t-il.
Les 581 mètres linéaires de filets s’étendront de la digue du port au spot Cachera, bien connu des surfeurs. Un chenal sera aménagé à l’entrée du port saint-gillois afin de permettre la libre circulation des bateaux.
Ces travaux de sécurisation ont coûté un peu plus de 750 000 euros (exactement 759 969 euros hors taxe) financé à 60% par l’Europe, 20% par le conseil régional et 20% par la commune saint-pauloise). Cette somme s’ajoute au 785 732 euros déjà payés - selon la même répartition entre les trois financeurs -, pour les filets anti requins de Boucan Canot.
Sur cette plage, la mise en place de ce dispositif de sécurité le vendredi 11 décembre dernier a pour effet de provoquer une arrivée massive de baigneurs privés de mer depuis plus de deux ans en raison du risque squale. L’engouement a été immense et plus de 10 000 personnes s’étaient ruées dans les flots lors du week-end du 18 et 19 décembre. Du jamais vu, même avant la crise requins.
Cette affluence avait bien sûr rendu le sourire aux restaurateurs et aux autres commerçants de Boucan Canot qui voyaient leur chiffre d’affaires s’étioler sans cesse depuis le début de la crise squales.
Les commerces de Roches Noires, à commencer par les hôtels et les restaurants mis à mal par la désertion des clients, espèrent maintenant que la pose des filets sera aussi synonyme pour eux d’aspirateur à consommateurs.

Zinfos974.com - Mardi 12 Janvier 2016 - 15:42 - Le maire de l'Etang-Salé interpelle les pêcheurs sur leur comportement

Le 31 décembre dernier, deux requins ont été observés à l'Etang-Salé. Le maire, Jean Claude Lacouture, interpelle les pêcheurs et plaisanciers sur le rejet à la mer "d'appâts ou autres abats". Cette pratique, interdite depuis un arrêté préfectoral de 2012, constitue "un comportement criminel", rappelle-t-il dans un courrier qui leur est adressé. Les services de sécurité "veilleront ainsi à la stricte application de cet arrêté et des poursuites seront engagées à l’encontre de tout contrevenant", prévient-il

MAIRIE de L'ETANG SALE
15 Rue du Four à Chaux
97427 L'ETANG-SALE
N.REF.: D D/G13/02
OBJET : RISQUE REQUINS
: ARRETE PREFECTORAL N° 1022 DU 18 JUILLET 2012
                                                                                                                     Messieurs les Pêcheurs et Plaisanciers Du Bassin Pirogue

Messieurs,
Comme vous le savez mieux que quiconque, la REUNION est confrontée depuis plusieurs années au risque requins avec la multiplication des attaques tragiques.
Les usagers de la mer que vous êtes sont particulièrement concernés par cette problématique et sont acteurs des politiques publiques de limitation du risque notamment au travers du dispositif « Cap Requin » piloté par le CRPMEME et financé par les communes.
En dépit des dispositions prises pour sécuriser les activités nautiques (pose de filets anti requins, régulation de la population de squales, actions de sensibilisation aux risques...) certains comportements individuels compromettent les effets de tous.
Ainsi, certains d'entre vous continuent à rejeter en mer ou sur le rivage appâts ou autres abats.
Outre les aspects environnementaux et sanitaires, ces rejets intempestifs ont pour effet d'attirer auprès de nos côtes des prédateurs dangereux et constituent un comportement criminel.
Ainsi, le 31 Décembre dernier, deux squales ont été observés, le premier côté plage et le second dans le bassin pirogue aux abords immédiat du ponton.
Ce type de comportements ne saurait être toléré, compte tenu des graves risques qu'ils font peser sur les usagers.
Je vous rappelle que, par Arrêté n° 1022 du 18 Juillet 2012, Monsieur le Préfet a interdit le rejet en mer de produits de la mer frais, surgelés ou congelés, entiers ou non, à l'intérieur des 2.5 miles nautiques (4.7 km) à partir de la laisse de basse mer.
Je vous informe que j'ai demandé aux services de la police municipale et à ceux de la gendarmerie de veiller à la stricte application de cet arrêté et d'engager les poursuites à l'encontre de tout contrevenant.
Je compte sur la responsabilité de chacun pour que cessent sans délais, ces pratiques préjudiciables à la sécurité de tous.
Je vous prie de croire, Messieurs, en l'assurance de ma considération distinguée.
                                                                     LE MAIRE,
                                                                      Jean Claude LACOUTURE.

par www.ipreunion.com - le 12 janvier 2016 à 09:57 - Requins : coup de gueule de la mairie de l’Etang Salé

La Mairie de l’Etang Salé rappelle dans un communiqué aux plaisanciers et aux pêcheurs qu’il est interdit depuis un arrêté préfectoral de 2012, de jeter de la nourriture dans l’eau afin de ne pas attirer davantage les requins. La municipalité estime que les usagers de la mer "sont acteurs des politiques publiques de limitation du risque".
"En dépit des dispositions prises pour sécuriser les activités nautiques (pose de filets anti requins, régulation de la population de squales, actions de sensibilisation aux risques...) certains comportements individuels compromettent les effets de tous", pointe la mairie de l’Etang Salé dans un communiqué transmis ce mardi 12 janvier 2016.
La cause de ce message incendiaire : malgré les tragédies des attaques de requins, certains plaisanciers ou pêcheurs continuent de rejeter en mer ou sur le rivage appâts ou abats. "Un comportement criminel", dénonce la mairie puisque "ces rejets intempestifs ont pour effet d’attirer auprès de nos côtes des prédateurs dangereux".
Pour limiter ces comportements "qui ne sauraient être tolérés", la municipalité annonce que la police municipale et la gendarmerie seront chargées de veiller au respect de l’arrêté publié par la Préfecture le 18 juillet 2012.

Clicanoo.re - publié le 13 janvier 2016 - 02h30 - Le drone aquatique probablement abandonné -

L’Etang-Salé avait beaucoup d’espoir de relancer les activités nautiques comme le surf sur son territoire en faisant venir un drone aquatique. Bardé de capteurs, de caméras et de sonars, ce drone issu de la technologie militaire devait détecter la présence de requins et avertir les maîtres nageurs sauveteurs en cas de danger. Loué 80 000 euros par an, l’engin avait les faveurs de la commune et de la Région. Mais pas vraiment des services de l’État qui préféraient étudier plus longuement le dispositif à travers le Centre de ressources et d’appui. Le projet n’est officiellement pas abandonné mais comme l’Étang-Salé n’a pas adhéré à ce centre, il est peu probable de voir un jour ce drone naviguer dans les eaux réunionnaises. À L’Étang-Salé, seul un filet a été posé en face du poste des MNS pour permettre la baignade.

Zinfos974.com - Mercredi 13 Janvier 2016 - 10:18 - Cap Requins : Deux requins-bouledogue prélevés à l'Etang-Salé

Ce sont deux mâles mesurant respectivement 1,90m et 2,00m, qui ont été pêchés dans le cadre du dispositif Cap Requins.
Le premier a été prélevé à 22h25, le second à 19h45.

Zinfos974.com - Mardi 19 Janvier 2016 - 08:23 - Un requin aperçu aux Brisants -

Selon le site info-requin, un requin, dont le type n’a pas été déterminé, a été aperçu hier en début de soirée, aux alentours de 18h30, dans le secteur de la plage des Brisants.

Zinfos974.com - Jeudi 21 Janvier 2016 - 16:19 - Laurence Gilibert - Des palangres détruites par un requin

Selon le CROSS (Centre Regional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage), suite à des opérations de palangre de fond au large du secteur de Trois Bassins, du matériel a été détérioré et sectionné ce matin. Ces dégradations sont "probablement l'oeuvre d'un assez gros requin". 
 

28/01/2016 - C4R 10 février 2016 - invitation - Jacques MICHEL - Chef du bureau du Cabinet - 0262 40 74 12 - 0692 86 38 29 - Préfecture de La Réunion - 1, rue de la messagerie, CS 51079 - 97404 Saint Denis cedex - jacques.michel@reunion.pref.gouv.fr

Bonjour, - Vous trouverez ci joint un courrier de M. le Préfet vous invitant à participer à la prochaine réunion du comité réunionnais de réduction du risque requin (C4R), qui se tiendra le: mercredi 10 février 2016 à 14 heures 30 - Amphithéâtre de l'Institut d'Administration des Entreprises (IAE) - 24 avenue de la Victoire - 97400 Saint-Denis
Je vous saurai gré de bien vouloir assister à cette réunion et de confirmer votre présence (ou celle de votre représentant) à l'adresse suivante : cabinet@reunion.pref.gouv.fr - Cordialement.
J. Michel

Zinfos974.com - Jeudi 28 Janvier 2016 - 20:07 - Quatre requins dont trois bouledogues pêchés

Quatre requins ont été pêchés ces dernières 48 heures. Trois sont de type bouledogue. Deux mâles de 2 mètres et 2,75 mètres puis une femelle de 2.95 m ont été pêchés entre le 27 et le 28 janvier dans le cadre du programme Cap Requins.
Mercredi 27, c’est un requin tigre femelle mesurant 3 mètres qui a été prélevé dans le cadre de Cap Requins 2.
 
Zinfos974.com - Vendredi 29 Janvier 2016 - 16:14 - Derniers réglages sur le filet anti-requins des Roches noires

La plage des Roches noires bénéficiera dans les prochains jours d'un filet de protection contre les intrusions de squales.
L'entreprise Seanergy procédait ce vendredi aux derniers ajustements sur les 581 mètres de linéaire que comptera le spot. Plus vaste que l'ancien filet, le nouveau périmètre englobe la zone de pratique des sports de glisse comme à Boucan canot où 626 mètres de filet ont été posés fin 2015.
Le système proposé par le prestataire de la commune de Saint-Paul se compose d'un filet fixe, composé de chaînes et de cordages souples. La ligne supérieure est constituée de flotteurs visibles depuis le bord.
En partie inférieure, pour faire face aux roches et au sol hétérogène particulièrement abrasifs, est installé un filet constitué par des chaînes verticales mises en tension par des flotteurs, ajustées en longueur de manière à créer un sol artificiel plat sur lequel le filet en textile, souple, est fixé. Le projet jusqu'à sa pose aura coûté 759.000 euros.

 
  Clicanoo.re - publié le 30 janvier 2016 - 06h50 - Quatre requins bouledogues et un tigre prélevés

PÊCHE. Cinq requins ont été pêchés en l’espace de quelques jours dans nos eaux indique Info Requin.re, le site de la préfecture.
Mercredi, le premier qui a été prélevé est un bouledogue de sexe féminin de 2,95 mètres. Le même jour, un mâle de la même espèce, mesurant 2,75 m, a été capturé. Un tigre femelle de 3 m a ensuite été pris. Trois prélèvements effectués dans le cadre du projet Cap Requins. Le site préfectoral ne fournit pas de précision quant au lieu de leur capture.
Jeudi, un bouledogue mâle de 2 mètres a été attrapé à Saint-Gilles. Hier, c’est un bouledogue mâle de 2,9m qui a été pêché dans la baie de Saint-Paul.
En deux jours, on parvient donc à un total de quatre bouledogues et un tigre. La plus grande prudence reste donc de mise.

  par www.ipreunion.com - le 2 février 2016 à 06:00 - Roches noires (Saint-Gilles) - Tous à l’eau, les filets anti requins sont là.

photo Thierry Peres

Les derniers pans des filets anti-requins ont été posés le week-end dernier à la plage des Roches Noires à Saint-Gilles. Déjà, baigneurs et surfeurs font leur retour pour profiter des vagues. L’inauguration du dispositif devrait avoir lieu dans quelques jours
Ce mardi matin, sur la plage des Roches Noires, les surfeurs sont venus très tôt profiter des vagues. Tout le monde a le sourire. Après Boucan Canot en décembre dernier, la plage des Roches Noires devrait à son tour faire peau neuve avec le retour des baigneurs, surfeurs et des autres usagers de la mer. "Pour ceux qui surfent depuis longtemps, c’est l’occasion de se revoir, il y a des personnes qu’on n’a pas vues depuis des années", s’enthousiasme une surfeuse, planche sous le bras. D’autres continuaient pourtant de venir, comme le raconte un second surfeur "même sans drapeau, meme sans filet, mais maintenant on se sent enfin en sécurité".
Au total, la sécurisation des deux plages aura coûté 1,5 million d’euros (dont près de 750 000 euros pour les Roches Noires). Avec un peu de retard, les filets anti-requins sont désormais opérationnels sur ce second spot de sports nautiques. Ils devaient être inaugurés à la mi-janvier. "On a vu ce qu’ils ont fait à Boucan Canot et c’est un super boulot", estime un surfeur.
De même type que ceux sécurisant Boucan Canot, plus solides que les précédent filets de Saint-Paul, ils couvriront une surface longue de 581 mètres, de la digue du port au spot Cachera, et large de 200 mètres en moyenne. Soit une surface de 3000m2 d’eau sécurisée. Un chenal, aménagé à l’entrée du port saint-gillois, permet la libre circulation des bateaux.
Cela faisait plus de deux ans que les activités nautiques étaient restreintes à Boucan Canot, comme sur l’ensemble des plages de l’île. Le premier arrêté préfectoral d’interdiction date du 26 juillet 2013. A la suite d’une série d’attaques mortelles de requins.
Les commerçants et restaurateurs de Roches Noires rêvent de l’engouement suscité par la pose des filets à Boucan Canot où 10 000 personnes s’étaient ruées dans les flots lors du week-end du 18 et 19 décembre. Du jamais vu, même avant la crise requins. Un commerçant est ravi : "ça fait plaisir de voir les Roches Noires reprendre vie, il était temps qu’ils installent ces filets quand même."

  Clicanoo.re - publié le 2 février 2016 - 06h36 - Feu vert pour Cap Requins 2 à Saint-Leu

ENVIRONNEMENT. Cap Requins 2 sera déployé cette semaine à Saint-Leu annonce le Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins de La Réunion (CRPMEM). Des opérations de palangres horizontales de fond et de palangres verticales avec alerte de capture vont se dérouler sur le littoral saint-leusien. Elles seront menées par des pêcheurs mandatés pour cette mission. Ce déploiement démarre avec plusieurs mois de retard suite à un ajustement juridique effectué par la mairie. La ville devient donc la cinquième commune après Saint-Paul, l’Étang-Salé, Saint-Pierre, et Trois-Bassins à bénéficier du programme expérimental de pêche ciblée de requins côtiers. Dans ces quatre autres villes, les captures ont recommencé depuis le 4 janvier dernier. De gros squales, notamment des bouledogues, ont été récemment prélevés. Le CRPMEM appelle donc les usagers de la mer à la plus grande prudence et au respect des interdictions d’activités nautiques.

Zinfos974.com - Vendredi 5 Février 2016 - 12:55 - Marine Abat - Roches Noires: Les filets anti-requins inaugurés ce vendredi -

L’inauguration de la plage des Roches Noires comme site maritime sécurisé a eu lieu ce vendredi matin.
Après Boucan-Canot, en décembre dernier, c’est désormais aux Roches Noires d’être sur le devant de la scène en tant que site maritime sécurisé.
L’inauguration des filets anti-requins s’est déroulée ce vendredi matin, en présence de l’adjoint de quartier Patrick Florès, le président de Région Didier Robert et la sous-préfète Chantal Ambroise. La championne de surf Johanne Defay était également présente pour l’occasion.
Pour ce site, ce sont 531 mètres de linéaires qui sont déployés, ce qui correspond à une surface sécurisée de 57 000 m². Avec Boucan, 141 000 m² sont ainsi sécurisés, l’équivalent de "112 piscines olympiques", précise Patrick Florès. La protection mise en place consiste en un système de filet fixe constitué de chaînes et de cordages souples, couvrant l’intégralité de la hauteur de l’eau.

                        Redorer l’image de l’île
Le dispositif, dont le coût total s’élève à 1 957 685 euros a été financé par l’Europe (au titre du Feder), la collectivité régionale (à hauteur de 142 461 euros sur ses fonds propres), l’Etat (au titre du CNDS) et la commune.
Tous espèrent par ce biais redorer l’image de l’île. "Ces dispositifs donnent une nouvelle image de la Réunion, celle d’une île qui a trouvé les solutions pour compenser le handicap du risque requin, celle d'un lieu où on déploie des solutions innovantes", estime la sous-préfète Chantal Ambroise, qui rappelle en même temps que les usagers doivent impérativement suivre les règles.
Patrick Florès note d’ailleurs le succès de Boucan depuis son ouverture et l’impact économique. "Le site connait un regain d’activité économique, avec la création notamment de 40 emplois directs. Nous pouvons espérer que ce succès dépassera le cadre régional pour atteindre la clientèle nationale et internationale", déclare-t-il, avant de souligner le facteur positif sur le plan sportif : "Nous espérons qu’on pourra rendre à la Réunion son statut de fournisseur des équipes de France".
Parallèlement à ces filets installés, la sécurisation se poursuit par le biais des autres dispositifs tels que les vigies-requins, les programmes Cap Requins, et les campagnes de sensibilisation. Didier Robert en profite pour réaffirmer l’engagement de la Région de soutenir financièrement les communes qui solliciteraient des subventions pour mettre en place des dispositifs de protection. "Toutes les propositions seront acceptées et validées", affirme-t-il après avoir évoqué une enveloppe dédiée. "Le budget est là, il peut être mobilisé à n’importe quel moment."

                      Un centre de ressources et d’appui
Outre ces solutions de gestion du risque requin, une nouvelle structure est en passe d’être créée : le centre de ressources et d’appui. Mis en place sous forme associative, il devrait voir le jour avant la fin du premier trimestre 2016. "Il s’agit de structurer ce qui existe déjà, de créer une entité qui regroupe les experts, explique la sous-préfète. C'est une forme d’assistance, mais au départ, l’impulsion doit venir des collectivités locales".
"Ce centre pourrait également permettre une mutualisation de la maintenance des dispositifs", précise l’adjoint Patrick Florès. Car la maintenance est un coût lourd à supporter pour la commune. Sur 4 ans, il s’élève à 2 millions d’euros. Pour assurer la sécurité, une cellule d’inspection des filets et de surveillance des activités nautiques (Cisan) a été créée. 11 MNS agents communaux et 3 scaphandriers sont en charge de ces actions, précise-t-il.

Pour finir, le président de l'IRT, Patrick Serveaux, a remis un diplôme d’ambassadrice d'honneur à la championne de surf Johanne Defay. La jeune sportive s’est montrée très heureuse et a tenu à remercier les différents acteurs pour leur "bataille quotidienne". Juste après, le drapeau autorisant la baignade a été levé.

par www.ipreunion.com - le 5 février 2016 à 11:20 - La flamme verte flotte de nouveau aux Roches Noires -

La Ville de Saint-Paul a annoncé la réouverture officielle de la plage des Roches Noires ce vendredi 5 février 2016, grâce à la mise en service des filets anti-requins. " Un soulagement ", pour Patrick Florès, adjoint au maire de Saint-Paul en charge de la station balnéaire et de la crise requin.

" 2 ans de combat se terminent", se réjouit Patrick Florès qui ne cache pas sa joie et son soulagement ce vendredi. En effet, après Boucan Canot il y a deux semaines, le drapeau vert flotte de nouveau sur la plage des Roches Noires, ce qui ne manquera pas de faire plaisir aux baigneurs et aux amateurs d’activités nautiques.
" Les plages de Saint-Paul revivent enfin. Ce ne peut être que positif pour les Réunionnais et pour le développement économique de la zone balnéaire", se félicite encore l’adjoint au maire de Saint-Paul qui rappelle que la réouverture de la plage de Boucan Canot a permis la création d’une quarantaine d’emplois. " Roches Noires devrait également bénéficier de cette dynamique ", précise-t-il.
Au total, l’investissement pour la pose des filets anti-requins de Roches Noires et Boucan Canot – l’équivalent de la longueur de 120 piscines olympiques dixit Patrick Florès - aura coûté 4 millions d’euros. " C’est un investissement important mais qui vaut la peine lorsqu’on observe les bénéfices à venir ", affirme l’élu.
Du côté des baigneurs, la nouvelle est très bien accueillie. Ils étaient déjà une trentaine ce vendredi matin sur le site pour profiter du soleil et de la mer. Une dizaine de surfeurs avaient également pris d’assaut les vagues. Parmi eux, Romain Laude ne cache pas son plaisir de retrouver "son spot favori". " C’est magique de pouvoir surfer de nouveau ici ", s’exclame celui qui a peu a peu arrêté de surfer au fur et à mesure que la crise requin s’accentuait. " Désormais, on se sent vraiment en sécurité ", poursuit-il. Johanne Defay, championne de surf, fait également part de son soulagement de voir les spots de Boucan et de Roches Noires de nouveau accessibles. "C’est important de pouvoir surfer en sécurité, à n’importe quelle heure, à n’importe quel moment de la journée ", explique la jeune femme qui est entrée dans le cercle des Ambassadeurs de La Réunion de l’IRT (Ile de La Réunion Tourisme).
La Ville de Saint-Paul compte poursuivre ses travaux de sécurisation avec une dernière tranche reliant Siant-Paul à Trois Bassins. " Nous travaillons avec le maire de Trois Bassins sur cette sécurisation. C’est en bonne voie ", annonce Patrick Florès.

Zinfos974.com - Lundi 8 Février 2016 - 07:54 - Un requin observé sur le spot de Trois Bassins

Samedi 6 février vers 16 h, un surfeur lors de sa mise à l'eau s'est retrouvé à moins d'une dizaine de mètres d'un aileron marron qui émergeait d'environ 40 cm. Il s'agit vraisemblablement d'un requin bouledogue de grande taille qui évoluait en zone peu profonde.
Le requin était statique. Il se trouvait dans la zone de la patate, que les habitués du site connaissent. D'après des pêcheurs à la gaulette et d'autres usagers du site, les observations de ce grand requin sont récurrentes depuis une dizaine de jours.

Zinfos974.com - Mercredi 10 Février 2016 - 09:30 - Un nombre record d'attaques de requins en 2015 dans le monde

98 attaques de squales ont été comptabilisées dans le monde l'an passé. Parmi ces attaques, six ont été mortelles, dont deux à la Réunion.
En 2015, le nombre d'attaques de requins a connu un record, avec un total de 98 dans le monde, révèlent les chiffres publiés ce lundi par le Musée d'histoire naturelle de la Floride. Le précédent record était de 88 attaques, en 2000.
Toutefois, le nombre de décès n’est pas plus élevé que d’ordinaire, et se situe même exactement dans la moyenne des dix dernières années, avec six personnes ayant succombé à des morsures de squales. Parmi ces six décès, deux sont survenus à la Réunion.
George Burgess, le directeur de l'Université de Floride, souligne que notre île comptabilise "7 décès dans 18 attaques de requins ces cinq dernières années", ce qui en fait l’endroit "le plus mortel du monde en matière d'attaques de requin" avec "un taux très, très élevé de mortalité".
Pour ce qui est des attaques non-mortelles, ce sont les Etats-Unis qui sont les plus concernés, avec 59 attaques au total dont 30 en Floride (seul un décès est à déplorer à Hawaï). Viennent ensuite l’Australie avec 18 attaques (dont une mortelle), et l’Afrique du Sud (8 attaques).
Selon George Burgess, ce nombre record peut s'expliquer par le changement climatique et la hausse des températures des océans. Il note également que la population humaine augmentant, de plus en plus de personnes se baignent dans les océans, ce qui contribue de fait à faire croître le risque d'attaques.

Mercredi 10 Février 2016 - 10:17 - Le retour des compétitions de surf à La Réunion

Patrick Florès, élu de la commune de Saint-Paul, annonce le retour des compétitions de surf sur l’île après 5 ans de traumatisme.
La première compétition devrait reprendre les 20 et 21 février. Cinq ans après l’attaque d’Éric Dargent, cette date est symbolique. "Cette compétition est adressée aux jeunes, mais aussi un tag team avec les tous les clubs de surf et les associations qui se sont battues pour le retour du surf et des activités nautiques", annonce Patrick Florès au site spécialisé e-adrenaline.
Boucan Canot ou les Roches Noires, les plages équipées de filets devraient accueillir les compétiteurs, en fonction des conditions de houle les deux jours de compétition.
À partir du mois de mars, la reprise des championnats locaux devrait elle aussi s’amorcer, relançant dans la foulée les compétitions nationales et internationales.

par www.ipreunion.com - le 11 février 2016 à 04:00 - Renforcer encore la sécurité des usagers de la mer contre les requins

Le Comité réunionnais de réduction du risque requin (C4R) s’est réuni ce mercredi 10 février pour évaluer le chemin parcouru depuis la dernière rencontre il y a tout juste un an. Depuis, deux plages de l’ouest, Boucan canot et Roches noires, sont équipés de filets anti squales. D’autres commues sont intéressées par cette expérience et par d’autres dispositifs de sécurisation envisagés pour 2016. Le C4R a ainsi confirmé la création d’un centre de ressources et d’appui (CRA) qui sera à la disposition de l’ensemble des partenaires de la sécurisation contre les requins.
“L’année dernière nous avons mis des mesures de sécurisation en place, en 2016 nous devons aller encore au-delà”. Face aux journalistes et entourés des élus chargés du dossier des villes concernées, le préfet, Dominique Sorain, a dressé mercredi 10 février le bilan de l’année écoulée, à la sortie de la réunion du Comité réunionnais de réduction du risque requin (C4R).
En 2015, des zones expérimentales ont été créées en plusieurs endroits de l’île afin de reprendre, de manière encadrée, des activités nautiques pour certaines interdites depuis juillet 2013 après une série d’attaques mortelles de requins. Afin de sécuriser davantage les côtes, des outils ont été pensés et mis en place : des systèmes de filets, des vigies immergées ou en surface, une pêche “très sélective” des requins. Dans les semaines qui ont suivi la réunion de février 2015, deux drames sont venus renforcer le sentiment de nécessité dans le développement de ces dispositifs.
Cette année, de nouveaux filets ont ainsi été posés sur la plage des Roches noires et celle de Boucan Canot. Saint-Leu et Saint-Pierre sont actuellement en train de réfléchir à un système de sécurisation de leurs plages, Trois Bassin et l’Etang Salé seraient également intéressés. Ces communes, les plus engagées dans le développement des dispositifs anti-requins, disposent d’un environnement géographique différent et devront tester et adapter un moyen de sécurisation spécifique.
Pour y parvenir, le Préfet a déclaré le lancement en 2016 du centre de ressources et d’appui (CRA) qui sera à disposition de l’ensemble des partenaires. Cet outil commun mobilisera l’ensemble des compétences locales pour animer et mettre en œuvre un plan d’actions pluriannuel couvrant la période 2015-2020. Il se penchera également sur le développement de dispositifs encore plus innovants.
A Boucan Canot et Roches Noires, 2016 sera l’année des premiers bilans. “Tous les ans, des études portant sur la diversité seront menées afin d’évaluer les impacts environnementaux des filets”, a souligné Patrick Flores, adjoint au maire de Saint-Paul. “Depuis deux ans que nous menons des observations dessus, nous n’avons constaté aucune raie ni tortue”.
A Saint-Leu, rien n’est acté pour le moment. Les réflexions et les études sont toujours en cours. Le député-maire de la ville, Thierry Robert tient avant tout à éclaircir la question de la responsabilité juridique. “La surveillance de surface par ballon d’hélium et drônes a été envisagée”, concède Christophe Mulquin délégué à la mer et aux activités nautiques à la mairie de Saint-Leu. Un dispositif jugé plus respectueux de l’environnement et qui a l’avantage d’être adaptable à la situation météorologique (en cas de tempête ou de forte houle par exemple, le dispositif ne serait pas enclenché).
En revanche, l’hypothèse de filets magnétiques devraient être écartée. “Il n’est pas question que Saint-Leu devienne une zone d’expérimentation pour un dispositif sur lequel nous n’avons pas suffisamment de retours", a lancé Christophe Mulquin.
Dans le Sud de l’île, la commune de Saint-Pierre participera avec le CRA à des phases de test et d’expérimentation de nouveaux dispositifs, d’autant que la ville a la particularité d’être exposée à la fois au vent et à la houle.

Zinfos974.com - Jeudi 11 Février 2016 - 10:59 - Risque requin: Création d'un centre pour coordonner les différentes actions

Après avoir dressé un bilan sur les mesures mises en place, le 5ème Comité réunionnais de réduction du risque requin a hier annoncé la création pour mars 2016, d'un Centre de ressources et d'appui sur le risque requin. Il sera chargé de coordonner les différentes actions menées en matière de sécurisation et de prévention.
Le Comité réunionnais de réduction du risque requin poursuit sa politique de sécurisation et de prévention du risque requin. 1 million d'euros sont engagés par an depuis 2015 et ce jusqu’en 2020. La réunion d’hier soir à l’IAE de Saint-Denis a été l’occasion de dresser un bilan sur la mise en place des vigies, filets et pêches ciblées sur les différentes communes.
La création d’un centre de ressources (CRA) regroupant les collectivités et les associations concernées a été annoncée par le comité qui prévoit le lancement de son plan d’actions pour mars 2016.
Le centre servira de structure référente avec pour missions principales: le soutien administratif, juridique et financier aux porteurs de projets; la coordination technique et scientifique; la mise en place d’action de prévention et de communication.
Le CRA fonctionnera grâce à des financements de l’État et des collectivités locales partenaires.
                          Des communes sont toujours à la recherche de solutions
En attendant, du côté de Saint-Leu, on réfléchit encore sur le dispositif le plus adapté. Il devra être complémentaire à la surveillance que mènera l’association Leu Tropical Surf Team engagée par la mairie en janvier 2016.
Saint-Pierre avait procédé en décembre 2015 à des tests de surveillance aérienne. La commune souhaite également tester un système d’ondes répulsives sur la Pointe du Diable.
Les différentes possibilités d’aménagements du site de Trois-Bassins sont toujours à l’étude. Un partenariat avec Saint-Paul est envisagé. La commune voisine assure la protection des usagers de la plage des Roches Noires et de Boucan Canot par des filets immergés, renforcée par une patrouille d’observation et d’alerte. Le prochain objectif est d’étendre la zone de protection sur les deux sites: 626 m de filets sur Boucan Canot et 531 m sur Roches Noires.

par www.ipreunion.com - le 11 février 2016 à 11:03 - Un requin bouledogue capturé à Saint-Pierre

Un requin-bouledogue a été prélevé à Saint-Pierre, à proximité du port, mardi 9 février 2016, à 23h45, dans le cadre du projet Cap requins 2. Il s’agit d’un mâle mesurant 2,15m.

Clicanoo.re - publié le 12 février 2016 - 05h20 - Roches-Noires : baignade et activités nautiques interdites

Alors que la plage de Roches-Noires vient récemment d’inaugurer l’installation des filets anti-requins, la commune de Saint-Paul indique par voie de communiqué que la baignade et les activités nautiques sont interdites sur le site.
"A la suite des dernières fortes pluies, les prélèvements réalisés lors du contrôle sanitaire du 9 février dernier indiquent que les eaux de baignade pour la plage des Roches Noires ne sont pas conformes aux normes en vigueur".
Par conséquent, ces pratiques sont interdites jusqu’à nouvel ordre.

Zinfos974.com - Dimanche 14 Février 2016 - 14:59 - Des palangres bientôt installées à Saint-Leu

Le programme Cap Requins 2 sera déployé cette semaine à Saint-Leu a annoncé le Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins de La Réunion (CRPMEM). Des palangres horizontales de fond et verticales avec alerte de capture seront installées le long du littoral. Jusqu’à présent, ce système a été déployé à Saint-Paul, l’Étang-Salé, Saint-Pierre, et Trois-Bassins.
Ces palangres servent à organiser une pêche ciblée des requins côtiers (bouledogues et tigres).

Zinfos974.com - Mercredi 24 Février 2016 - 15:44 - Deux requins-tigre prélevés ces dernières 24 heures

Deux requins-tigre ont été prélevés ces dernières 24 heures dans le cadre du projet Cap Requins 2.
Le premier a été pêché en baie de Saint-Paul, aux alentours de 20 h ce mardi. Il s’agit d’une femelle de 3,30 mètres.
Le second squale est une femelle également, de 3,80 mètres. Il a été prélevé sur le site de Trois Bassins-Grande Ravine, aux alentours de 0h45 ce mercredi.

Zinfos974.com - Vendredi 26 Février 2016 - 10:46 - Risque requin: Saint-Leu réagit à la "stupéfaction" exprimée par la Région

Affirmant avoir transmis une demande de financement à la collectivité régionale, la municipalité déclare ne pas comprendre la réaction exprimée ce jeudi soir par la Région.Alors que ce jeudi, la Région Réunion se disait "stupéfaite" par la décision de [Saint-Leu] "de s’en remettre aux partenaires privés" en matière de gestion du risque requin, la municipalité concernée a tenu à réagir en exprimant une même "stupéfaction", expliquant avoir transmis un courrier de demande d'aide régionale.
"La Région Réunion s'exprime par voie de presse ce soir après notre conseil municipal, alors que depuis ce [jeudi] matin un courrier demandant l'aide régionale pour la pose de filets avec portique à Saint-Leu a été transmis au Président de Région par coursier", déclare la commune.
"Ce courrier […] fait suite à l'annonce publique du Président de Région, [lequel] avait invité l'ensemble des communes du littoral […] à présenter des projets de sécurisation de zones d'activités nautiques ou de baignade", précise la municipalité.
La pose de ces filets avec portique est estimée à trois millions d'euros en travaux et 2.5 millions d'euros en fonctionnement. Expliquant qu’elle ne dispose pas "d'une enveloppe financière suffisante", la Ville de Saint-Leu demande ainsi au Président de Région "d'inscrire dès à présent l'intégralité de ces montants" au budget 2016 de la collectivité régionale.

Clicanoo.re - publié le 26 février 2016 - 05h00 - Risque requin : la Région déplore le choix de Saint-Leu

La municipalité de Saint-Leu aurait fait le choix de ne pas souscrire aux dispositifs de gestion du risque requin financés par la Région, pour se tourner vers des partenaires privés.
Un choix déploré par la collectivité régionale qui selon elle "tranche avec l’action volontariste de la Région qui a déjà mobilisé une enveloppe globale de 1 million d’euros dans cette crise". La commune de Saint-Paul et l’Etang-Salé ont récemment bénéficié de ces dispositifs de sécurisation.
La réponse de la mairie de Saint-Leu ne s’est pas faite attendre. La commune se dit stupéfaite et assure avoir fait appel au soutien de La Région par courrier mercredi 24 février pour financer la pose de filets sur une partie du littoral saint-leusien. "Ce projet d’un coût approximatif de 3 millions d’euros en travaux et 2.5 millions d’euros en fonctionnement devrait rapidement se concrétiser", assure la municipalité. Ne disposant pas d’une telle enveloppe, la Ville avait demandé d’inscrire l’intégralité des ces montant dans le budget 2016 de la Région.
Un débat qui intervient alors que le lancement d’une centre de ressources et d’appui sur le risque requin est prévue pour fin mars 2016. Cette structure a notamment pour but de regrouper les divers acteurs (collectivités, Etat et associations) afin de mutualiser les expériences et assurer une meilleure gestion et prévention du risque requin.

Zinfos974.com - Jeudi 25 Février 2016 - 18:18 - Risque requin: la Région "stupéfaite" par St-Leu

La commune de Saint-Leu choisit de se décharger sur les acteurs privés. La Région se dit "stupéfaite" de l'attitude de la commune de Saint-Leu:
"C’est avec stupéfaction que la Région apprend la décision de la commune de Saint-Leu de ne pas souscrire à la réalisation d’infrastructures innovantes qui permettraient d’assurer la sécurité des Saint-Leusiens pour finalement s’en remettre à des partenaires privés.
Des dispositifs de sécurisation financés par la collectivité régionale ont déjà été mis en place sur la commune de Saint-Paul (Roches Noires et Boucan Canot) et sur l’Etang-Salé (zone de baignadesurveillée Le Banc).
Une prise de position qui tranche avec l’action volontariste de la Région qui a déjà mobilisé une enveloppe globale de 1 million d’euros dans cette crise : pour soutenir la recherche scientifique, sécuriser les zones de baignade, les activités de loisirs, accompagner la Ligue réunionnaise de surf et notamment, maintenir le dispositif vigies requins renforcées. Une enveloppe de 10 millions d’euros a également été programmée pour la réalisation des infrastructures lourdes des communes côtières impactées par cette crise sans précédent.
La Région reste attentive aux sollicitations des communes, y compris Saint-Leu, dans l’intérêt des Réunionnais, afin que chaque usager puisse se réapproprier le littoral réunionnais."

Zinfos974.com - Dimanche 28 Février 2016 - 14:36 - Pourquoi le préfet a-t-il autorisé la pêche aux requins dans les zones de protection renforcées ?

Cet arrêté délimite des secteurs au sein des zones de protection renforcée au niveau de La Ravine de Trois Bassins, de Boucan Canot et du Cap La Houssaye, où pourront être pêchés des requins bouledogues et tigres par les prestataires désignés par le Comité Régional des Pêches dans le cadre du programme Caprequins2 (Programme expérimental de gestion du risque par la capture ciblée de requins côtiers).
Il est étonnant de voir comment il est facile au représentant de l’état de remettre en cause l’intégrité de la réserve naturelle marine alors qu’aucun argument objectif ne justifie une telle décision.
                     Pourquoi vouloir absolument pêcher des requins dans la réserve marine ?
Si le programme Caprequins2 souhaite déployer tout le long de la côte des palangres verticales et horizontales pour diminuer la densité des populations de requins tigres et bouledogues, rien ne l’empêche de le faire à l’extérieur de la Réserve Marine. L’argument utilisé par l’arrêté lui-même vaut dans un sens comme dans l’autre : "considérant la mobilité des espèces de requins"….
Par ailleurs, on peut s’étonner qu’une telle décision ne s’entoure d’aucune précaution voire de compensation. Aucune annexe, aucune obligation ne figure pour encadrer ces pêches au sein d’une aire marine protégée comme la présence d’observateurs embarqués pour contrôler les prises accessoires ou le type d’appât utilisé. Remarquons également que c’était là un engagement de CRPMEM (Comité Régional des Pêches Maritimes et des Élevages Marins).
Sur un autre plan, comment expliquer qu’il existe un arrêté préfectoral obligeant les pêcheurs professionnels à relâcher leurs abats de poissons au large pour ne pas attirer les requins bouledogues et tigres à la côte et qu'il en existe un autre autorisant que des appâts soient placés sur plusieurs sites à proximité immédiate du littoral, sur des zones d’activité plusieurs nuits par semaine ?
                    Mais au final, cette pêche aux requins a-t-elle encore un sens ?
Toute activité de baignade et de surf sont interdites dans les zones non autorisées : quels que soient le nombre de requins pêchés et l’efficacité des palangres qu’elles soient verticales et intelligentes ou horizontales, il y a fort à parier que cela restera ainsi. Qui prendra la responsabilité de dire que les populations de requins sont telles que le risque n’existe plus ?
Pour certains, il semble que le moment où l’on ne pêchera plus que les juvéniles signifiera l’absence d’adultes reproducteurs. Mais pour combien de temps ? Et que se passera-t-il quand en l’absence de la concurrence des adultes, de plus nombreux juvéniles arriveront à maturité quelques années plus tard ?
Seule la pose de filet de protection à ce jour constitue une mesure de protection efficace ayant permis le retour des activités balnéaires. Si leur généralisation est impossible matériellement, la réflexion engagée par les communes va dans le sens de la sécurisation de plans d’eau par des moyens étroits de surveillance et de prévention.
                    Un patrimoine corallien toujours menacé et que l’on peine à préserver
De l’analyse même faite par Cap requins, une des causes probables d’une présence potentiellement accrue serait l’augmentation des apports d’eau douce sur la côte ouest. Les zones de dessalure constituent des habitats recherchés par les femelles pour mettre bas et des nurseries pour les jeunes L’urbanisation littorale, l’imperméabilisation des sols ainsi que le basculement des eaux d’est en ouest a conduit à une augmentation des rejets en mer.
Ces mêmes apports d’eau douce, chargés en nutriments, en polluants divers, ont un impact négatif fort sur les récifs : ils entraînent la prolifération d’algues et de bactéries au détriment des coraux dont ils menacent la pérennité. Pérennité dont dépendent nombre d’installations côtières des communes littorales et de leurs habitants notamment dans le contexte du changement climatique et de la remontée du niveau de la mer.
Par ailleurs, il est également souligné que les déséquilibres introduits par la pêche des requins associés aux récifs et leur quasi disparition serait une autre cause de la présence accrue des requins bouledogue et tigre. C’est bien dans ce sens qu’un arrêté préfectoral a été pris sous l‘impulsion du CRPMEM pour interdire la pêche de 5 espèces de requins de récifs.
C’est en restaurant les équilibres écologiques naturels au sein des récifs coralliens que l’on sera le mieux à même de résoudre durablement la crise requin.
La réserve marine est l’outil qui a été mis en place pour atteindre cet objectif aussi c’est en renforçant ses actions, en l’appuyant dans ses missions que l’on doit agir !
Dans le décret de la Réserve Marine, il est dit : "Art. 3. - Dans l’intérêt de la réserve, le préfet peut prendre toute mesure nécessaire en vue d’assurer la connaissance, la conservation ou la restauration des zones récifales, de leur faune et de leur flore…"
Qu’en est-il de la réalité de cet objectif inscrit dans le décret ? À quand une gestion de la zone côtière s’intéressant aux problèmes fondamentaux de façon effective, efficace et sincère ?   Vie Océane

Clicanoo.re - publié le 3 mars 2016 - 07h12 - Un requin bouledogue pêché à Saint-Louis

Un requin bouledogue femelle mesurant 2,96 m a été pêché le 29 février au niveau de l’Etang du Gol à Saint-Louis. Une information qui a pris, le temps d’un court instant, une tournure atypique, certains de nos confrères annonçant cette prise dans l’Etang du Gol. Une probabilité très faible qu’un tel événement se produise. Il faudrait en effet combiner le fait que le niveau de l’eau soit assez élevé pour qu’un requin puisse passer et que cela se fasse dans le laps de temps de l’ouverture du cordon dunaire. Une coïncidence et concordance d’éléments peu probables. Néanmoins et pour estomper tous les doutes, un requin ne pourrait pas survivre longtemps en eau douce.

Clicanoo.re - publié le 4 mars 2016 - 05h10 - Cap-requin 2 : un requin bouledogue prélevé à Saint-Pierre

Un requin bouledogue mâle a été pêché à Saint-Pierre, a niveau du Pic du Diable mardi soir à 22h30. C’est le site de la préfecture info-requin.re qui relaie l’information. Le squale de 3 mètres de long a été prélevé dans le cadre du projet Cap Requins 2. Un dispositif qui regroupe des pêcheurs mandatés pour sillonner les communes littorales.
Le dernier prélèvement remonte à quelques jours. Le 29 février dernier, un requin bouledogue femelle de 2,96 mètres a été pêché à Saint-Louis au large de l’étang du Gol.

Zinfos974.com - Samedi 12 Mars 2016 - 11:01 - Prévention Requin Réunion met en garde contre un "faux sentiment de sécurité"

L'association PRR (Prévention Requin Réunion), ayant pour but la réduction des risques inhérents à la pratique des activités maritimes et littorales, principalement le risque d'attaques de requins appelle à la prudence à travers un message de prévention:
"Suite aux nombreux prélèvements de gros spécimens sur l’ensemble du littoral St Paul/St Pierre ces dernières semaines, nous vous rappelons que seuls les spots de Boucan et Roches Noires sont sécurisés par des filets. Nos MSP patrouillent régulièrement pour vous apporter un maximum d’informations sur les conditions des spots sans filets de cette commune (aigrettes, l’ermitage etc…). Merci de prendre leurs recommandations en considération, ils sont là pour vous tous et pour votre sécurité avant tout.
En cette période de vacances, de fortes pluies et sans doute celle du rapprochement des gros bouledogues accompagnés de leurs juvéniles sur nos côtes, nous vous recommandons la plus grande prudence sur les autres zones pas encore autorisées à la pratique d’activités nautiques (St-Leu, Trois Bassins, St-Pierre, les Aigrettes, Etang Salé etc).
Nous ne sommes qu’au début du travail de CAPREQUIN (lignes de pêches appâtées UNIQUEMENT en semaine) et l’enthousiasme autour des filets et des derniers prélèvements peuvent laisser croire à un faux sentiment de sécurité."

par www.ipreunion.com - le 15 mars 2016 à 10:42 - Un requin bouledogue de 2,80m prélevé

Un requin bouledogue a été capturé au large de Saint-Leu à 19h ce lundi 14 mars dans le cadre du projet Cap requins 2, indique le site info-requin.re. Il s’agit d’un mâle mesurant 2,80m.

par www.ipreunion.com - le 16 mars 2016 à 14:31 - Un requin bouledogue de 3 mètres prélevé

Un requin bouledogue a été capturé au large de Saint-Pierre ce mardi 15 mars 2016, à 19h50. La femelle de 3 mètres de longueur a été prélevée dans le cadre du projet Cap requins 2.

Clicanoo.re - publié le 21 mars 2016 - 05h33 - Baignade et activités nautiques interdites à Boucan et aux Roches Noires

Selon les prévisions de météo France, un train de houle de plus de 4 mètres est annoncé pour ce mercredi 23 mars et devrait probablement durer jusqu’au vendredi 25 mars.
Par mesure de sécurité, les filets de protection anti requins installés à Boucan Canot et aux Roches Noires seront abaissés. L’opération sera menée par la société Seenergy et s’étalera sur deux jours à partir de ce lundi 21 mars.
De fait, la baignade et toutes les activités nautiques sont interdites à compter du lundi 21 mars, et jusqu’à nouvel ordre, dans le périmètre des zones d’expérimentation opérationnelle (ZONEX) délimité par les filets anti requins à Boucan Canot et aux Roches Noires.

Jeudi 24 Mars 2016 - 08:28 - Saint-Louis: Trois requins bouledogues pêchés au large de l'Etang du Gol

Le programme "Cap requins 2" se poursuit au large de l’Etang du Gol à Saint-Louis.
Le lundi 21 mars à 21h30 trois requins bouledogues ont été prélevés indique le site info-requin.
Il s’agit de trois mâles : un de 2m90 et deux autres d’1m20.

Clicanoo.re - publié le 1er avril 2016 - 12h07 - Grand requin blanc pêché dans la baie de Saint-Paul : un collectif porte plainte

Le collectif des associations Aspas, Fondation Brigitte Bardot, Longitude 181, Tendua, Requin Intégration, Sauvegarde des requins, Sea Shepherd, Vagues a décidé de porter plainte contre le Comité des pêche qu’il accuse d’avoir "mis à mort un grand requin blanc en violation des règlements européens".
Le 15 octobre dernier, dans la baie de saint-Paul, le Comité des pêches de la Réunion (CRPMEM) annonce avoir pêché un grand requin blanc dans la baie de Saint-Paul. "Aux alentours de 5 heures et demi, un grand requin blanc de 3 mètres 90 pesant environ 350 kg a été prélevé à la palangre verticale avec alerte de capture dans la baie de Saint-Paul. Cette capture s’est opérée sur un engin de pêche du programme expérimental de pêche ciblée de requins côtiers (Cap Requins 2), situé à 300 mètres du littoral et par 16 mètres de profondeur".
Une capture pour le moins exceptionnelle. "C’est d’ailleurs la première fois que cette espèce est formellement identifiée localement. Néanmoins, la présence de requins blancs aux abords des côtes de La Réunion avait déjà été relatée, cette espèce étant connue pour sa faculté à se déplacer sur de très grandes distances en océan Indien, comme l’ont montré les suivis d’individus marqués entre l’Afrique du Sud et l’Australie, via les Mascareignes" indiquait le comité des pêches.
Le collectif des associations Aspas, Fondation Brigitte Bardot, Longitude 181, Tendua, Requin Intégration, Sauvegarde des requins, Sea Shepherd, Vagues a bien évidemment réagi, rappelant que "le requin blanc est classe´ vulne´rable par l’UICN,inscrit en annexes II CITES et en annexe 1 de la convention de Bonn. Il est prote´ge´ me^me en Afrique du Sud et Australie?".
Et de poursuivre sur le même ton : "l’Etat et certaines communes se moquent ouvertement du re`glement europe´en", avant d’annoncer leur intention de porter plainte pour violation des règlements européens.

Clicanoo.re - publié le 6 avril 2016 - 10h12 - Baignade et activités nautiques interdites à Boucan Canot et aux Roches Noires

A compter de ce mercredi 6 avril, la mairie de Saint-Paul a interdit la baignade ainsi que les activités nautiques sur les plages de Boucan Canot et des Roches Noires.
La raison ? En prévision des fortes houles qui sont annoncées dès le samedi 9 avril, les filets de protection anti-requins doivent être mis en sûreté. Celui des Roches Noires sera abaissé ce mercredi, et celui de Boucan Canot demain jeudi.
En l’absence de ces équipements de sécurisation des usagers, baignade et activités nautiques sont donc interdites dès aujourd’hui, et ce jusqu’à nouvel ordre, dans le périmètre des zones d’expérimentation opérationnelle (ZONEX) délimité par les filets anti-requins à Boucan Canot et aux Roches Noires.

par www.ipreunion.com - le 6 avril 2016 à 11:13 - Le centre de ressources et d’appui (Cra) dédié à la gestion du risque requin voit officiellement le jour

Un guichet unique pour mutualiser les moyens et mieux gérer le risque requin. C’est l’objectif affiché par les membres du Centre de ressources et d’appui (CRA) pour la gestion du risque requin, qui étaient réunis en assemblée générale à la Préfecture, ce mercredi 6 avril 2016. Cette nouvelle structure, portée par une association," disposera d’un budget total de 700 000 euros", chiffre le préfet Dominique Sorain, et devrait "recruter huit personnes d’ici la fin de l’année", estime Nicolas le Bianic, chargé de mission pour le préfet sur la prévention du risque requin.
Les membres fondateurs, à savoir l’Etat, la Région, quatre communes de l’ouest ( Trois Bassins, Saint-Paul, Saint-Pierre et Saint-Leu) et l’Université ont posé les statuts de cette nouvelle association et se réuniront ensuite pour élire le bureau de l’association.
Dix-sept associations compteront parmi les membres actifs du Cra. La nouvelle instance devrait s’occuper en priorité de la gestion du risque requin sur la commune de Trois Bassins. La mise en place de filets, sur le modèle de ceux installés à Boucan Canot et Roches Noires, a été évoquée, "une solution étant envisagée d’ici fin 2016, début 2017", selon Nicolas le Bianic.

Zinfos974.com - Mercredi 6 Avril 2016 - 12:23 - Shark shield présente un nouveau modèle adapté au surf

Le dispositif repoussant les requins par l'émission d'ondes électromagnétiques serait efficace dans 9 cas sur 10.
Shark shield présente un nouveau modèle adapté au surf
Des ondes électromagnétiques pour éloigner les squales. C'est le principe sur lequel repose le dispositif "Shark Shield". Fixé sur la planche, l'appareil émet un champ électromagnétique provoquant des spasmes insupportables pour les requins, contraints de prendre de la distance.
Alors que le premier modèle comprenait une antenne de deux mètres qui traînait dans l'eau, la marque présente désormais un modèle vanté comme étant parfaitement adapté à la pratique du surf. Son nom : Freedom + Surf.
Fruit d'une collaboration avec Ocean & Earth et le double Champion du Monde de Surf Tom Carroll, ce nouveau dispositif est plus léger que les précédents, ne pesant que 230 grammes. Il fonctionne avec un autocollant de 600 microns d'épaisseur, censé ne pas perturber les performances sportives.
Selon des études universitaires indépendantes, ce système serait efficace dans 9 cas sur 10, rapporte le Daily Mail. Le risque n'est donc pas totalement écarté puisque dans 1 cas sur 10, il s'avèrerait insuffisant.
Pour tester ce dispositif présenté comme un "bouclier anti-requin", il faudra débourser 599 dollars (527 euros).

Lire notre article La protection Shark Shield, solution contre les attaques de requins ?

Zinfos974.com - Mercredi 6 Avril 2016 - 13:14 - Requin : Le spot de Saint-Leu évacué

La police municipale de Saint-Leu vient de procéder à l'évacuation du spot de surf.
Un pêcheur venait de faire part aux autorités de son observation inquiétante d'un requin qui longeait le littoral saint-leusien, d'environ 3 mètres selon son observation. Le requin a été vu à proximité du chenal d'accès au port de Saint-Leu.
Sur le spot, la police municipale confirme avoir fait évacuer "une dizaine" de surfeurs de l'eau.

par www.ipreunion.com - 8 avril 2016 - 12h09 - Trois requins capturés en une journée

Trois requins ont été prélevés dans le cadre du projet Cap requins 2 mercredi 6 avril. Un requin tigre a été sorti de l’eau à 21h25 au niveau de la Pointe au Sel, sur le secteur de Saint-Leu, il s’agit d’une femelle de 3,50m. Une autre femelle, de type requin bouledogue, a été prélevée sur le site de Saint-Leu un peu plus tôt, vers 21h05. Elle mesure 2,85m. Enfin, un requin bouledogue de sexe masculin et de 2,60m a été capturé à Saint-Pierre au niveau de la Pointe de la Ravine blanche à 5h du matin ce mercredi.

Zinfos974.com - Samedi 16 Avril 2016 - 11:08 _ Les filets anti requins abaissés à Boucan-Canot et aux Roches-Noires

La ville de Saint-Paul informe les usagers des plages qu’en raison d’un nouveau train de houle annoncé pour le début de semaine prochaine, conjugué à la présence du météore « Fantala » dans la zone, que les filets de protection anti requins des zones d’expérimentation opérationnelles de Boucan Canot et des Roches Noires demeureront abaissés jusqu’à nouvel ordre.
Le Maire rappelle à l’ensemble des usagers que la baignade et les activités nautiques sont interdites dans ces zones.

Zinfos974.com - Samedi 23 Avril 2016 - 17:04 - Deux requins tigres prélevés dans l'Ouest

Deux requins tigres ont été prélevés le mercredi 20 avril 2016 dans le cadre du projet Cap Requins 2. Une femelle de 4 mètres a été pêchée au large de Saint-Leu au travers de la ravine de La Chaloupe à 20h00.
L’autre squale un mâle de 2m80 a été prélevé à 3h40 en baie de Saint-Paul à 500 mètres au large de l’embouchure de l’Etang.

Clicanoo.re - publié le 28 avril 2016 - 05h23 - Les caméras sous-marines pour surveiller les requins bientôt sur tous les spots

La Commission permanente de la Région s’est réunie hier mardi 26 avril sous la présidence de Didier Robert. Au programme du jour, 15 rapports déjà pré-examinés en commissions sectorielles, et qui ont ensuite été discutés à la Région hier. Parmi les dossiers étudiés, celui des Vigies Requins Renforcées, qui continueront d’être financées sur décision de la Commission permanente.
La Ligue réunionnaise de surf a en effet déposé une demande de subvention afin d’étendre le dispositif sous-marin d’observation et de détection de requins - qui entre dans le cadre des Vigies requins renforcées - sur de nouveaux spots de l’ouest de l’île.
Le rapport a été examiné par les élus de la Commission Aménagement, Développement durable et Energie, qui ont approuvé le financement du projet présenté par la Ligue. Une décision approuvée par la Commission permanente, qui a donc reconduit le financement du dispositif porté la Ligue réunionnaise de surf et l’intervention de la Région sur le projet à hauteur de 199 999 euros, dont 133 333 sur le fonctionnement et 66 666 sur l’investissement, conformément aux montants fixés au budget transitoire 2016.
En 2016, la Région souhaite poursuivre ces actions de sécurisation et de gestion de la crise requin, par le biais de plusieurs projets. Dont l’étude portée par l’Institut régional de développement sur la "Connaissance de l’écologie et de l’habitat de deux espèces de requins côtiers sur la côte ouest de La Réunion". Mais aussi le projet Cap Requins qui se poursuit, avec pour objectif la sécurisation des côtes par la pêche (drumlines et palangres de fond). Enfin, les vigies requins renforcées, dispositif porté par la Ligue réunionnaise de surf, reconduit lors de cette commission permanente, qui vise à l’observation sous-marine des requins grâce à un rideau vidéo assisté d’un logiciel de reconnaissance des squales.
Un dispositif d’observation et de surveillance unique au monde selon la Région, "vitrine de l’excellence des moyens humains et technologiques, en phase d’extension à l’ensemble des spots de La Réunion".
Au-delà du dispositif d’observation sous-marine, la sécurisation des sites de baignades du territoire de Saint-Paul pour permettre la relance des activités nautiques, était passée par la pose de filets anti-requins à Boucan-Canot et aux Roches Noire. Une mesure soutenue par la Réunion, avec un financement européen du FEDER.

Clicanoo.re - publié le 29 avril 2016 - 04h31 - Société - La baignade devrait être autorisée à Boucan dès demain

Les filets anti-requins avait été abaissés le 7 avril dernier sur le sites de Boucan Canot et des Roches Noires lors de la période des fortes houles. Par la suite, la présence de Fantala dans la zone Océan Indien avait incité les autorités à ne pas les remonter.
Les conditions météorologiques sont désormais plus clémentes et les travaux de remise de filets ont démarré en début de semaine. Selon la municipalité de Saint-Paul la baignade et les activités nautiques devraient de nouveau être autorisées à Boucan Canot dès demain, mais elles restent interdites aux Roches-Noires. Le site demeure en effet sous la menace d’une forte houle ce week-end.

Clicanoo.re - publié le 30 avril 2016 - 14h36 - Pêche aux requins : l’affaire réexaminée dans dix jours

TRIBUNAL ADMINISTRATIF. Le juge des référés devait, hier, rendre sa décision s’agissant du recours en référé des associations contestant le dernier arrêté préfectoral autorisant la pêche aux requins dans la réserve marine dans le cadre du programme Cap Requin 2 (notre édition de jeudi). Mais le magistrat du tribunal administratif de Saint-Denis a finalement préféré convoquer les différentes parties à une nouvelle audience le 9 mai. À l’issue des débats qui ont eu lieu mercredi, le magistrat avait demandé à ce que lui soit transmis l’avis défavorable émis par le comité scientifique afin d’éclairer les débats. On imagine qu’il sera grandement question de son contenu lors des prochains débats. Cet avis a, depuis le début, été ignoré par la préfecture, déplore le groupement d’associations.

par www.ipreunion.com - le 4 mai 2016 à 05:00 - La préfecture rappelle que le risque requin est toujours présent

Les vacances scolaires débutent ce jeudi 5 mai 2016 à La Réunion, et dans ce cadre, la préfecture appelle à la prudence et rappelle la réglementation applicable pour la baignade et certaines activités nautiques. L’arrêté préfectoral n°170 du 12 février 2016, qui réglemente la baignade et certaines activités nautiques, est toujours en vigueur et reste applicable jusqu’au 15 février 2017.
Pour les services de l’Etat, "les dernières opérations de capture ciblée de requins tigre et bouledogue démontrent la persistance de leur présence aux abords des zones d’activités nautiques de La Réunion".
Pour rappel, l’arrêté restreint, dans la bande des 300 mètres du littoral du département de La Réunion, sauf dans le lagon et, en dehors du lagon, dans les espaces aménagés et les zones surveillées définies par arrêté municipal, les activités les plus exposées au risque requin, à savoir la baignade, y compris lorsqu’elle s’effectue à l’aide d’un équipement de type palmes, masque et tuba ; les activités nautiques utilisant la force motrice des vagues (surf, bodyboard, bodysurf, longboard, paddleboard).

Baignade interdite en dehors du lagon et des plages équipées de filets
La baignade est également possible sur les plages de Boucan-Canot et des Roches-Noires (commune de Saint-Paul) au sein de zones expérimentales opérationnelles (ZONEX) équipées de filets anti-requins. Il faut néanmoins se tenir informé de l’état des filets. Ainsi, ces derniers ont été remontés depuis le 29 avril à Boucan Canot, après avoir été abaissés le 7 avril dernier pour cause d’intempéries.
Les autres activités nautiques, notamment la plongée et la pêche sous-marine, demeurent possibles dans le cadre de la réglementation, aux risques et périls de leurs usagers.
Par ailleurs, il est demandé de rapporter toute observation de requin auprès d’un poste de surveillance ou du CROSS Réunion : 02 62 43 43 43
Toutes les informations relatives aux démarches de réduction du risque requin à La Réunion, dans l’ensemble des domaines, sont disponibles sur le site Internet dédié : www.info-requin.re

Clicanoo.re - publié le 5 mai 2016 - 05h46 - En l’absence de filets, baignade toujours interdite à Boucan et Roches Noires

Suite aux fortes houles, les filets anti-requins avaient été abaissés depuis le 7 avril dernier sur les sites de Boucan-Canot et des Roches Noires. Depuis, ils sont toujours abaissés, la mairie de Saint-Paul expliquant que "la disponibilité des filets ne peut pas être assurée de façon permanente en raison des conditions météorologiques de l’hiver australe notamment en raison de niveaux élevés de la houle".
Ainsi, alors que les vacances scolaires ont désormais commencé, la mairie rappelle que la baignade et les activités nautiques sont toujours interdites sur le site des Roches Noires, jusqu’à nouvel ordre.
Quant au site de Boucan Canot, des travaux de remise en service sont toujours réalisés sur son filet, et il n’est donc pas encore opérationnel. "La société en charge de la maintenance et des réparations de l’équipement est en cours d’intervention", précise-t-elle. Poursuivant que lorsque les filets seront à nouveau en place, dans les meilleurs délais et en fonction de l’avancement des travaux, l’opérationnalité sera indiquée sur les sites par la signalétique des flammes.
Dans le prolongement de l’appel à la prudence communiqué par la préfecture plus tôt cette semaine, la mairie de Saint-Paul rappelle elle aussi "l’impérieuse nécessité de respecter la réglementation en vigueur", dans le cadre du risque requin. Des mesures à appliquer plus particulièrement sur les plages de Boucan Canot et des Roches Noires, qui sont soumises à une réglementation et une signalétique spécifiques, affichés sur les sites.
Il est important de rappeler que la baignade et les activités nautiques y sont "dangereuses et formellement interdites lorsque les filets sont abaissés", mais également lorsque les flammes sont rouges. De même en l’absence de flamme sur la plage, comme en dehors des heures de surveillance, soit avant 10h du matin et après 17h30.

par www.ipreunion.com - le 16 mai 2016 à 12:00 - Une pêche "non sélective" et des "méthodes opaques" selon l’association

L’association Sea Shepherd France a réagi à la suspension de l’arrêté préfectoral autorisant la pêche au coeur de la réserve marine. Bien qu’aucun requin n’ait été prélevé dans cette zone, l’association interroge sur le "fondement scientifique" de ce programme. Nous publions-ci dessous leur communiqué.

"Massacre des requins à la Réunion : les associations obtiennent la suspension de la pêche dans la réserve.
Dans le cadre du programme Cap Requins 2, l’État autorisait la pêche d’un nombre illimité de requins tigres et bouledogues dans l’une des zones les plus protégées de la Réserve naturelle marine de la Réunion, jusqu’au 31 décembre 2016. Saisi par les associations AS­ PAS, Longitude 181, One Voice et Sea Shepherd (1), le Tribunal administratif de Saint-Denis a suspendu cet arrêté et mis fin à cette pêche !
Le juge a considéré que les consultations nécessaires à l’adoption de cet arrêté n’avaient pas été correc­ tement réalisées, ce qui fragilise le fondement scientifique de ces pêches (cf ordonnance). En effet, le pré­fet n’avait soumis sa décision à aucun conseil scientifique digne de ce nom, de sorte qu’aucun protocole n’encadrait méthodiquement cette pêche.
Une décision anti-scientifique
À travers les médias,les scientifiques de la Réserve ont eu l’occasion d’exprimer leur opposition à cette pêche au milieu d’un espace naturel riche toujours en reconstruction et donc particulièrement fragile. De toute évidence,une telle pêche dans un espace protégé va à l’encontre des intérêts écologiques de la réserve qui a pour mission officielle la préserva­tion optimale de toutes les espèces, tant les inter­ relations sont fortes entre faune piscicole et coraux constructeurs. Le Comité des pêches est la structure chargée de mener le programme Cap Requins 2. Or ces spécialistes des techniques de pêche, qui ne sont pas des scientifiques, conçoivent le programme, le mettent en oeuvre, et le contrôlent. Les conclusions qu’ils tirent de leurs propres analyses ne présentent aucune impartialité ni crédibilité scientifique. C’est pourtant sur la base de ces conclusions que le pré­fet avait autorisé la capture de requins au cœur d’un espace marin protégé, lui-même précieux pour l’économie et le tourisme.
Une pêche non sélective et des méthodes opaques
Rappelons que de nombreuses espèces de re­quins, espèces clés dans l’écosystème et les chaînes alimentaires des océans, sont considé­rées comme menacées par l’UICN (2). Les captu­res sans plus d’étude quant à leur population, leurs mouvements et leurs comportements engendre nécessairement des conséquences néfastes pour l’ensemble de l’équilibre de l’océan, et plus parti­culièrement pour l’espace côtier réunionnais déjà bien fragilisé.
Les méthodes de pêches utilisées sont des pa­langres verticales (drum line) où sont accrochés des appâts qui n’attirent pas uniquement les es­pèces ciblées. Deux tiers des prises réalisées dans le cadre du programme seraient des prises acces­soires. Difficile de savoir ce qu’il en est fait, étant donné qu’aucun observateur assermenté et indé­pendant n’est accepté sur les bateaux de pêche (les propres rapports du Conseil Technique du Comité des pêches avouent certaines difficultés à recueillir les informations). De nombreux animaux comme ce Grand Requin Blanc, es­pèce protégée,tué en octobre dernier,faute d’une véritable formation des acteurs du programme et de la présence de personnes compétentes indé­pendantes à bord.
Une pêche dangereuse, mais lucrative
Selon une logique totalement absurde, le préfet souhaite donc sécuriser les zones d’activités nau­ tiques en attirant des requins près de ces zones ! Cette pêche présente le risque d’attirer des ani­ maux dans un espace qu’ils n’auraient autrement peut-être pas occupé.
Loin de décroître, ce système où argent public et patrimoine naturel sont sacrifiés sur l’autel de l’obs­curantisme vient d’être institutionnalisé au sein de l’AC RAR (3), une nouvelle association qui, sur la base des anciennes méthodes, permet aux princi­ paux maîtres d’œuvre de ce système absurde de se tailler une belle part du lion. Ceci explique sans doute cela...
Ce coup d’arrêt porté à la pêche dans la réserve ne doit cependant pas nous faire perdre perdre de vue que le combat contre le massacre des requins à la Réunions est loin d’être gagné. Il y aura sans doute d’autres arrêtés inacceptables, d’autres acharnements sur les requins tigres et bouledogues sur les cotes réunionnaises dans le cadre du Programme CAP REQUINS 2. Cependant, a chaque fois Sea Shepherd et le collectif d’associations mettra tout en œuvre pour faire stopper ces massacres."

(1) Soutenues par Tendua, Sauvegarde des requins, Vagues, Requin lntegration et Fondation Brigitte Bardot.
(2) Union internationale pour la conservation de la nature
(3) Association pour le Centre de ressources et d’appui sur le risque requin

Zinfos974.com - Vendredi 13 Mai 2016 - 18:17 - Suspension de la pêche aux requins: Le préfet "prend acte"

Dominique Sorain réagit à la décision du tribunal administratif qui a décidé de suspendre l’arrêté préfectoral du 16 février 2016 relatif au déploiement du programme expérimental Caprequins 2 au sein de certains secteurs de la zone de protection renforcée de la réserve marine de La Réunion. Le communiqué du préfet :

"Par ordonnance du 13 mai 2016, le juge des référés du Tribunal administratif de Saint-Denis a suspendu l’exécution de l’arrêté préfectoral du 16 février 2016 réglementant le déploiement du programme expérimental de pêche ciblée des requins bouledogue et tigre « Caprequins 2 » au sein de trois secteurs compris à l’intérieur de la zone de protection renforcée de la réserve naturelle marine de La Réunion. Le préfet prend acte de la décision du juge, en rappelant qu’en pratique il n’y avait eu aucun début d’exécution de la mesure contestée.
Le conseil scientifique avait été consulté antérieurement à la prise de l’arrêté contesté sur une demande d’autorisation d’occupation temporaire du domaine public maritime pour la pose d’engins de pêche en zone de protection renforcée.
Le juge a suspendu l’arrêté préfectoral du 16 février 2016 en considérant que les instances de la réserve naturelle marine (conseil scientifique et comité consultatif) auraient du être consultées spécifiquement lors de la procédure d’instruction de cet arrêté.
Sur le fond, la mesure préfectorale poursuivait l’objectif de réduction du risque requin sur le littoral réunionnais, par l’expérimentation d’un ensemble de mesures présentant un bénéfice potentiel en ce domaine. A ce titre, la motivation principale de ce déploiement complémentaire tenait à la survenance de plusieurs attaques sur les secteurs concernés depuis 2011. Le déploiement complémentaire envisagé s’inscrivait dans les limites prévues par l’article 20 du décret du 21 février 2007 portant création de la réserve naturelle marine et portait sur une superficie de 2,97 hectares, soit 0,08 % de la superficie totale de la réserve naturelle qui est de 3500 hectares. La durée de l’expérimentation était limitée à une période n’excédant pas le 31 décembre 2016.
Le programme « Caprequins 2 » est un des éléments de la stratégie globale de réduction du risque requin qui comprend une mesure de réglementation des activités les plus exposées au risque requin, des mesures d’aménagement et de surveillance de certaines zones d’activités nautiques à l’intérieur de zones d’expérimentation opérationnelle (ZONEX), ainsi que des actions d’amélioration des connaissances scientifiques.
L’action engagée par les pouvoirs publics s’inscrit dans une démarche de prévention du risque requin, notamment justifiée par le principe fondamental du respect au droit à la vie dont le caractère prioritaire a été rappelé par le Conseil d’Etat. C’est dans ce contexte que prend place le programme expérimental « Caprequins 2 », programme de pêche raisonnée et ciblée, utilisant des engins très sélectifs et visant à capturer des requins potentiellement dangereux (bouledogues et tigres) proches de la côte, qui se poursuivra à l’extérieur du périmètre de la zone de protection renforcée de la réserve naturelle marine."

Zinfos974.com - Vendredi 13 Mai 2016 - 17:14 - Pêche aux requins dans la réserve: L'Etat sommé de revoir sa copie

Un collectif d’associations vient d’obtenir du tribunal administratif la suspension de la pêche aux requins en cœur de réserve marine telle qu’elle était menée dans le cadre du programme Cap Requins 2.
Le Tribunal administratif de Saint-Denis suspend l’arrêté autorisant la pêche d’un nombre illimité de requins tigre et bouledogue dans l’une des zones les plus protégées de la Réserve naturelle marine de la Réunion, jusqu’au 31 décembre 2016.
Le recours contre la décision de l’Etat était porté par les associations ASPAS, Longitude 181, One Voice et Sea Shepherd,
"Le juge a considéré que les consultations nécessaires à l’adoption de cet arrêté n’avaient pas été correctement réalisées, ce qui fragilise le fondement scientifique de ces pêches, détaille le collectif des associations", qui s’en félicite dans un communiqué. "Le préfet n’avait soumis sa décision à aucun conseil scientifique digne de ce nom, de sorte qu’aucun protocole n’encadrait méthodiquement cette pêche."
Le collectif poursuit : "le Comité des pêches est la structure chargée de mener le programme Cap Requins 2. Or ces spécialistes des techniques de pêche, qui ne sont pas des scientifiques, conçoivent le programme, le mettent en œuvre, et le contrôlent. Les conclusions qu’ils tirent de leurs propres analyses ne présentent aucune impartialité ni crédibilité scientifique. C’est pourtant sur la base de ces conclusions que le préfet avait autorisé la capture de requins au cœur d’un espace marin protégé."

par www.ipreunion.com - le 13 mai 2016 à 15:30 - Le tribunal administratif suspend la pêche en coeur de réserve

Vendredi 13 mai 2016, le juge des référés du tribunal administratif a ordonné la suspension des deux arrêtés préfectoraux autorisant la pêche aux requins tigre et bouledogue dans les zones de protection renforcée (ZPR) de la réserve marine. Cette décision fait suite aux requêtes de plusieurs associations de protection de la nature, qui étaient examinées depuis hier par le tribunal administratif.
Le 27 avril dernier, le juge des référés avait prononcé un report de l’audience afin de pouvoir consulter l’avis rendu par le conseil scientifique de la réserve.
Pour rappel, Cap Requin associe de nombreux acteurs locaux (Ligue de Surf, association Prévention Requins Réunion), et bénéficie de l’expertise du KwaZuluNatal Shark Board. Il est soutenu par la commune de Saint-Paul, le Conseil régional de La Réunion et l’Etat.
63 requins capturés depuis le milieu de l’année 2015
Entré en phase opérationnelle le 14 janvier 2014, le projet expériemente plusieurs techniques de pêche, dont des drumlines et palangre horizontale de fond. Depuis de début de Cap Requin 2, mi 2015, 63 requins ont été capturés, dont 40 bouledogue et 23 tigre. Aucun requin n’a été pêché dans les zones de protection renforcée (ZPR) de la réserve marine.
Ce n’est pas la première fois que Cap Requin est attaqué. Le comité régional des pêches maritimes et des élevages marins (CRPMEM) avait déjà suspendu temporairement une partie du programme de pêche Cap Requins 2 en juillet 2015.

Zinfos974.com - Mardi 17 Mai 2016 - 17:28 - Attaque de requin: La requête de Fabien Bujon rejetée

Attaqué par un requin-bouledogue sur le spot de surf de Saint-Leu le 5 août 2012, Fabien Bujon avait saisi le tribunal administratif, estimant que l’État avait sa part de responsabilité.
Le tribunal administratif a rendu sa décision par le rejet de la requête de Fabien Bujon. Le surfeur estimait les mesures de signalisation insuffisantes et avait demandé la condamnation de l’État.
Le tribunal administratif n’a donc pas estimé que la responsabilité du Préfet était engagée dans cette affaire. Fabien Bujon soutenait que la signalisation précise du risque requin n’était pas claire sur les panneaux du spot.
La baignade était interdite ce jour-là et il était précisé que les activités se faisaient aux risques et périls des usagers. Deux arrêtés préfectoraux avaient été édictés depuis 2011 dans ce sens.
Le surfeur s’était mis à l’eau aux alentours de 16h30 le jour de l’attaque. Il a alors été mordu par un requin bouledogue à la main et au pied. Il est sorti de cette attaque vivant mais amputé des deux membres.

par www.ipreunion.com - le 9 juin 2016 à 12:16 - La houle arrive, les files anti requins descendent, la baignade et les activités nautiques interdites

En prévision d’une forte houle attendue pour ce lundi 13 juin 2016, "les filets du plan d’eau des Roches Noires sont descendus aujourd’hui et ceux de Boucan Canot à compter de demain. Ils seront intégralement arisés (couchés) d’ici la fin de la semaine" informe la mairie de Saint-Paul dans un communiqué publié ce jeudi matin 9 juin 2016. Les activités nautiques et la baignade seront donc interdites jusqu’à nouvel ordre.
"Un train de houle de plus de 8 mètres est en effet attendu à partir du lundi 13 juin alors que les dispositifs peuvent supporter des vagues de 4 mètres maximum. Le train de houle évacué, les filets seront relevés dès que les conditions climatiques le permettront." indique la mairie de Saint-Paul.

par www.ipreunion.com - le 13 juin 2016 à 13:56 - Deux requins observés ce week-end - Les filets abaissés à cause de la houle

Deux requins ont été observés, le premier le vendredi 10 juin aux Roches Noires et le second dimanche 12 juin à la pointe des Aigrettes. L’hiver austral est généralement une période où le risque requin est accru selon la préfecture. La baignade est actuellement interdite à Boucan Canot et aux Roches Noires, les filets anti-requins étant abaissés à cause de la houle.
Ce vendredi 10 juin, c’est sur la page Facebook "Observation Requin 974", un groupe qui compte environ 650 membres, qu’un internaute a signalé la présence d’un squale sur la plage des Roches Noires, indiquait Francetvinfo. "En pleine journée à 13h30 un gros requin à été observé par un particulier au niveau du mouillage de la drumline en face des Roches Noires à St Gilles", précisait un internaute, ajoutant que "d’après la couleur ca pourrait être un bouledogue".
Deux jours plus tard, c’est une observation plus "officielle" qui a été faite à la pointe des Aigrettes, et qui a été relayées sur le site Info Requin. Ainsi, le dimanche 12 juin 2016, un squale de deux mètres et de "type indéterminé" a été observé aux alentours de 10h20 par les maîtres-nageurs-sauveteurs. Le requin semblait se déplacer vers le large, sur le spot de surf des Aigrettes.
                        Vigilence accrue pendant l’hiver austral
Pour rappel, l’hiver austral est traditionnellement une période où le risque requin est accru. "Les rapports intermédiaires de l’étude CHARC (Connaissance de l’habitat des requins côtiers de La Réunion) soulignent que la présence côtière de requins potentiellement dangereux pour l’homme augmente significativement en période d’hiver austral", précise la préfecture de la Réunion.
                        Les filets abaissés à Roches Noires et Boucan Canot
A Roches Noires les filets sont descendus à cause de la houle, depuis jeudi 9 juin. Sur ce site les activités nautiques et la baignade seront interdites jusqu’à nouvel ordre. À Boucan, c’est à partir de ce lundi 13 juin que les filets seront abaissés. "Suite à l’inspection des filets par la cellule nautique et compte tenu de la houle rentrante et de la faible visibilité, le secteur de Boucan-Canot sera interdit à la baignade et aux activités nautiques à compter de ce jour, lundi 13 juin 2016", précise la mairie de Saint-Paul.

Zinfos974.com - Dimanche 3 Juillet 2016 - 08:56 - Le risque requin est toujours présent
Société
La Préfecture tient à rappeller la persistance de la présence de requins aux abords des zones d'activités nautiques. À l'approche des vacances scolaires, le représentant de l'État appelle à la prudence.
De nombreux signalements et captures de requins potentiellement dangereux ont été enregistrés récemment sur le littoral Ouest de La Réunion, sur différents secteurs, tant au large qu'en bordure côtière.
Cette situation démontre la persistance de la présence de requins aux abords des zones d'activités nautiques, la saison hivernale désormais bien engagée constituant une période particulièrement sensible ainsi que cela a pu être mis en évidence par l'étude scientifique CHARC portant sur le comportement des requins côtiers de La Réunion.
Ainsi, à l'approche des vacances scolaires, la plus grande vigilance s'impose à l'ensemble des usagers de la mer et plus particulièrement aux pratiquants des activités les plus exposées au risque requin, qui font l’objet d’une réglementation spécifique.
                               Rappel de la réglementation en vigueur
L’arrêté préfectoral du 12 février 2016, portant réglementation temporaire de la baignade et de certaines activités nautiques restreint, dans la bande des 300 mètres du littoral du département de La Réunion, sauf dans le lagon et, en dehors du lagon, dans les espaces aménagés et les zones surveillées définies par arrêté municipal, les activités les plus exposées au risque requin, à savoir :
la baignade, y compris lorsqu’elle s’effectue à l’aide d’un équipement de type palmes, masque et tuba ;
les activités nautiques utilisant la force motrice des vagues (surf, bodyboard, bodysurf, longboard, paddleboard).
Les filets de baignade de la plage de l'Etang-Salé, ainsi que la récente installation de filets sur les plages de Boucan-Canot et des Roches Noires (commune de Saint-Paul) au sein de zones d'expérimentation opérationnelle (ZONEX), ouvrent des espaces de pratique surveillée hors lagon.
Il est rappelé que la pratique de la baignade et des activités nautiques au sein de ces zones aménagées n'est possible que dans les conditions et aux créneaux horaires portés à la connaissance des usagers par les services municipaux sur site.
En effet, la disponibilité des filets, qui ne peut être assurée de façon permanente en raison des conditions météorologiques de l'hiver austral (houle), conditionne notamment l'ouverture effective de ces ZONEX. En dehors des conditions et créneaux horaires précisés par les services municipaux, notamment à l'aide de la signalétique sur zone (drapeaux, fanions, panneaux...), la pratique des activités nautiques est dangereuse et formellement interdite.
Les autres activités nautiques, notamment la plongée et la pêche sous-marine, demeurent possibles dans le cadre de la réglementation, aux risques et périls de leurs usagers.
Rappel des dispositifs de prévention et de surveillance en vigueur
D’une manière générale, la signalisation utilisée pour la baignade sur les plages surveillées est la suivante :
un drapeau rouge vif signifiant « interdiction de se baigner » ;
un drapeau jaune orange signifiant « baignade dangereuse mais surveillée » ;
un drapeau vert signifiant « baignade surveillée et absence de danger particulier ».
Sur certaines plages, ce dispositif est complété par une signalétique spécifique relative au risque requins :
la flamme rouge représentant un requin indique que la présence d’un requin a été récemment signalée ou observée dans la zone ou à ses abords ;
la flamme orange représentant un requin indique que les conditions sur zone sont propices à la présence de requins (météo, signalements récents...).
Il est rappelé que l'absence de mise en place de la signalétique signifie que la pratique des activités nautiques concernées par la réglementation préfectorale et communale est interdite.
                        Conseils de sécurité et de prudence
                        Avant de se mettre à l’eau
vérifier la couleur du drapeau hissé et consulter les panneaux d’informations ;
recueillir les informations utiles relatives aux mesures d’interdiction auprès des services compétents, les municipalités ou le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de La Réunion ;
se renseigner auprès des maîtres nageurs sauveteurs du poste de surveillance de la plage sur les dangers éventuels : courants, conditions météorologiques (forte houle, orage, intempéries), qualité de l’eau (eaux troubles, pollution) ;
ne jamais se mettre à l’eau dans une zone interdite ou signalée dangereuse.
                      Une fois à l’eau
ne pas relâcher sa vigilance : le risque « zéro » n’existe pas, y compris lorsque l’on pratique une activité nautique dans un espace aménagé et surveillé .
ne pas se baigner en cas de blessure ;
privilégier la pratique collective des activités nautiques, sous l’encadrement et la responsabilité des professionnels de la mer ;
en cas de pêche sous marine, ne pas conserver ses prises sur soi : les déposer le plus rapidement possible sur sa bouée ou dans son bateau.
Il est demandé de rapporter toute observation de requin auprès d’un poste de surveillance ou du CROSS Réunion : 02 62 43 43 43.

Zinfos974.com -Vendredi 8 Juillet 2016 - 17:02 - Un requin pointe blanche marqué dans le secteur du Cap La Houssaye

Un requin pointe blanche a été marqué ce mercredi à 8h45 dans le secteur du Cap La Houssaye. Il s’agit d’une femelle de 2m80 marquée dans le cade du projet "Cap Requin 2". Un marquage acoustique V16P a été apposé sur l’animal, indique le site info requin.

par www.ipreunion.com - le 29 juillet 2016 à 11:18 - Quatre requins prélevés en trois jours

Durant ces trois derniers jours, quatre requins ont été prélevés dans les eaux réunionnaises. C’est sur les secteurs de Saint-Pierre et de Saint-Leu que les animaux ont été capturés dans le cadre du Cap Requins 2 les 26, 27 et 28 juillet 2016.
Il s’agit de 4 femelles. Deux d’entre elles sont des requins tigres : elles ont été capturées à Saint-Pierre, au large de la pointe du Diable et à Saint-Leu. Mesurant 2,70 mètres et 3 mètres, les animaux ont été prélevés le 26 et le 27 juillet.
Ce 28 juillet, il s’agissait de deux requins bouledogues. Prélevées au large de la pointe du Diable, à Saint-Pierre, elles mesuraient respectivement 2,70 mètres et 1,10 mètres.

Zinfos974.com - Jeudi 4 Août 2016 - 11:20 - Société - Un requin-bouledogue prélevé

Un requin-bouledogue a été prélevé le 3 mercredi août à 23h20 dans le cadre du projet Cap Requins 2.
Il s'agit d'un requin-bouledogue femelle, mesurant 3m10. Il a été prélevé d'ans l'Ouest, dans la baie de Saint-Paul au niveau du Tunnel de la Marianne.

Zinfos974.com - Jeudi 4 Août 2016 - 22:39 - Société - Le requin baptisé "Fanny" capturé

Deux requins-bouledogue ont été prélevés au cours des trois derniers jours. Le premier, un spécimen femelle mesurant 3,10 mètres, a été capturé en baie de Saint-Paul dans la soirée du 2 août. Le second mesurant 2,91 mètres a été prélevé dans la nuit de mercredi à jeudi, toujours en baie de Saint-Paul, au niveau du tunnel de la Marianne.
L'une de ces captures marque un tournant dans le dossier "crise requin" à La Réunion. Selon Prévention requin Réunion, le requin mesurant 3,10 mètres n'est autre que le N°3453, plus connu sous le nom de "Fanny".
Avec "Estelle", autre bouledogue identifié comme potentiellement dangereux baptisé par les scientifiques de CHARC, "Fanny" avait été détectée par les balises à proximité de plusieurs lieux d'attaque.
"Marquée d’une balise acoustique lors du programme CHARC en 2012, elle avait été détectée dans le rayon de 400 m des récepteurs lors de 3 attaques dont 2 fatales et 1 mutilante. A chaque fois les scientifiques avaient annoncé qu’il n’y avait aucune preuve qu’elle puisse être responsable. Position normale de leur part car il est important pour eux de protéger leur objet d’étude", rappelle PRR.
                                 Une capture 4 ans et demi après le marquage
Si aujourd'hui, la balise du requin n'émet plus, son numéro de marquage est quant à lui toujours présent. Quatre ans et demi après son marquage, "Fanny" a donc été sortie de l'eau. "Pour nombre d’entre nous, aux vues de sa présence répétée sur 3 attaques, nous n’avions pas de doute sur son implication directe ou indirecte à ces différentes attaques", commente Prévention requin Réunion.
Pas de trace en revanche d' "Estelle". Pour PRR, cette prise "reste tout de même une très bonne nouvelle dans la mesure où l'on re-capture des requins marqués il y a plusieurs années."

par www.ipreunion.com - le 10 août 2016 à 11:28 - La photo d’un requin tué à La Réunion fait le tour du Web

Ce mardi 9 août 2016, une plongeuse suivie par près de 198 000 abonnés sur les réseaux sociaux a partagé un cliché de La Réunion...mais pas pour ses plages et sa belle faune marine. La photo partagée est celle d’un requin tué et ficelé sur le rivage. Elle est accompagnée d’un petit texte virulent, écrit en anglais, et s’insurgeant contre le "French Government" (gouvernement français) qui financerait le "meurtre de requins". La publication a été "likée" plus de 4000 fois et un hashtag #StopTheKillingOfSharksInReunionIsland a été lancé (Photo : capture d’écran du compte twitter de la plongeuse)
"Horrible ! What is wrong w these people" ("Horrible ! Qu’est ce qui ne va pas chez ces gens"), "So sad. Stop killing sharks !" ("Tellement triste. Arrêtez de tuer les requins !"), "thanks for sharing this. There are definitely better solutions for Reunion Island" ("Merci de partager ça. Il y a sûrement de meilleurs solutions pour l’île de La Réunion") : Les commentaires affluent sous la publication d’une plongeuse connue sur les réseaux sociaux. La jeune femme, passionnée de biologie sous-marine, a partagé avec ses 198 000 abonnés le cliché d’un requin, tué à La Réunion et ficelé sur le rivage. Le petit texte l’accompagnant est accusateur.
"In #ReunionIsland the government is funding the killing of sharks because a couple people decided to go surf in closed areas where they were warned multiple times in multiple ways not to go because the sharks there were known to be territorial and then no surprise, they got bit (...) There are so many better ways to approach an unfortunate situation." (A l’île de La Réunion, le gouvernement finance le meurtre des requins à cause d’une poignée de personnes ayant décidé de surfer dans des zones fermées où il a été maintes fois répété de ne pas y aller, car les requins sont connus pour être territoriaux. Et, pas de surprise, ils ont été mordus. (...) Il y a tellement de meilleures façons de résoudre cette malheureuse situation.")
En une dizaine d’heures, la photo est rapidement devenue virale. Likée plus de 4000 fois, elle a aussi été repartagée. La plongeuse a également lancé un hashtag #StopTheKillingOfSharksInReunionIsland. Et les centaines de commentaires abondent dans ce sens.
L’un d’entre eux tempère néanmoins la situation : "Years ago. They started feeding sharks and it became a "gold fever"...money machine. The attacks came soon, even in places with no attacks registered, the sharks became a real danger. What you call "a couple of people’s" is more than 25 attacks in early years including the killing of a 13 year-old boy and other people" ("Ca remonte à plusieurs années. Ils ont commencé à nourrir les animaux et c’est devenu une "machine à fric". Les attaques sont rapidement arrivées, même aux endroits où il n’y en a jamais eu, et les requins sont devenus un réel danger. Ce que tu appelles "une poignée de personnes" désigne en réalité plus de 25 attaques en quelques années, incluant la mort d’un garçon de 13 ans et d’autres encore.")
La plongeuse suggère aussi à ses abonnés de signer des pétitions dénonçant de telles pratiques. En 2011, la présidente de Sea Shepherd France s’était déjà élevée contre "la stigmatisation des requins par une partie des surfeurs de La Réunion". Cette réaction faisait suite à la mort du bodyboarder Mathieu Schiller, victime d’un squale à Boucan Canot.Autorisée en 2012, la pêche aux squales avait déjà suscité un tollé auprès des collectifs citoyens.
En l’espace de 4 ans, de 2011 à 2015, 17 attaques de requins sont survenues dans les eaux réunionnaises. 7 ont été mortelles. Le dernier drame en date est celui du petit Elio Canestri. Alors que le jeune surfeur prometteur s’adonnait à son sport sur le spot des aigrettes, il a été mortellement mordu par un requin. Depuis, les dispositifs post-attaques sont légion et des squales sont régulièrement prélevés sur les spots réunionnais. Au début du mois, deux requins bouledogues ont été capturé dans la baie de Saint-Paul. L’association "Prevention requin Réunion" souprçonnait ces femelles d’être impliqués de façon "directe ou indirecte" à différentes attaques.

Zinfos974.COM - Mercredi 10 Août 2016 - 12:11 - Société - Saint-Leu: Un requin tigre prélevé

Un requin tigre a été prélevé à Saint-Leu ce mercredi à 1h45 du matin dans le cadre du projet Cap Requins 2. La femelle mesurait 2,5 mètres.

par www.ipreunion.com - le 12 août 2016 à 09:51 - La préfecture met de nouveau en garde contre les requins

De nouvelles captures de requins potentiellement dangereux ont été enregistrés récemment sur le littoral Ouest de La Réunion. Cette situation démontre la persistance de la présence de requins aux abords des zones d’activités nautiques, la saison hivernale constituant une période particulièrement sensible" écrit ce vendredi 12 août 2016 la préfecture dans un communiqué que nous publions ci-après :
"La plus grande vigilance s’impose à l’ensemble des usagers de la mer et plus particulièrement aux pratiquants des activités les plus exposées au risque requin, qui font l’objet d’une réglementation spécifique.
Pour rappel, l’arrêté préfectoral du 12 février 2016, réglementant la baignade et certaines activités nautiques dans la bande des 300 mètres du littoral. En dehors du lagon et des zones aménagées (plages d’Etang-Salé, de Boucan-Canot et des Roches noires) sont interdits la baignade, y compris lorsqu’elle s’effectue à l’aide d’un équipement de type palmes, masque et tuba ainsi que les activités nautiques utilisant la force motrice des vagues (surf, bodyboard, bodysurf, longboard, paddleboard…).
La pratique de la baignade et des activités nautiques au sein des zones aménagées est possible dans les conditions et aux créneaux horaires portés à la connaissance des usagers par les services municipaux sur site. Les autres activités nautiques, notamment la plongée et la pêche sous-marine, demeurent possibles dans le cadre de la réglementation, aux risques et périls de leurs usagers.

Rappel des dispositifs de prévention et de surveillance en vigueur
La signalisation utilisée pour la baignade sur les plages surveillées est la suivante :
• un drapeau rouge vif signifiant " interdiction de se baigner " ;
• un drapeau jaune orange signifiant " baignade dangereuse mais surveillée " ;
• un drapeau vert signifiant " baignade surveillée et absence de danger particulier ".

Sur certaines plages, ce dispositif est complété par une signalétique spécifique relative au risque requin :
• la flamme rouge représentant un requin indique que la présence d’un requin a été récemment signalée ou observée dans la zone ou à ses abords ;
• la flamme orange représentant un requin indique que les conditions sur zone sont propices à la présence de requins.

L’absence de mise en place de la signalétique signifie que la pratique des activités nautiques concernées par la réglementation préfectorale et communale est interdite.

Les conseils avant de se mettre à l’eau
• vérifier la couleur du drapeau hissé ;
• recueillir les informations utiles relatives aux mesures d’interdiction ;
• se renseigner auprès des maîtres nageurs sauveteurs"

Pour toute information complémentaire : centre de ressources et d’appui sur le risque requin - 02 62 40 25 51

par www.ipreunion.com - le 24 août 2016 à 11:11 - Les filets anti-requins abaissés aux Roches Noires -

Ce mercredi 24 août 2016, la mairie de Saint-Paul a décidé l’abaissement des filets anti-requins aux Roches Noires en raison de la forte houle annoncée ce week-end. La baignade et les activités nautiques sont interdites dès aujourd’hui. (Photo : Thierry Peres)
Cette décision fait suite aux prévisions météorologiques annonçant l’arrivée d’un train de forte houle Sud/Sud Ouest pour le week-end du 27 et 28 août prochains. La procédure d’arisage des filets sur le site des Roches Noires est en cours afin d’éviter qu’ils soient abîmés. Les vagues pourraient atteindre une moyenne de six mètres.
En l’absence de filets de protection, la baignade et les activités nautiques sont interdites dès aujourd’hui, indique la mairie de Saint-Paul. Il faudra attendre de meilleures conditions climatiques pour que les filets soient remis en place.

www.ipreunion.com - Attaque de squale - 28/08/2016 - (actualisé à 9h10) - [AUDIO - VIDEO] Boucan Canot - Le jeune homme attaqué par un requin est toujours entre la vie et la mort

Laurent Chardard, le jeune homme de 21 ans attaqué par un requin à Boucan Canot ce samedi 27 août 2016 vers 17 heures est toujours entre la vie et la mort. Alors qu'il surfait avec un groupe d'une dizaine d'autere surfers, le squale lui a arraché le bras droit et l'a sévèrement mordu à la cheville droite. Le drame s'est produit alors que le drapeau rouge interdisant la baignade et les activités nautiques était hissé. Les maîtres nageurs sauveteurs (MNS) avaient pris cette décision le matin même après avoir constaté que le filet anti requin avait été troué par la forte houle.

Dans la matinée de ce dimanche, l'ambiance est lourde sur la plage de Boucan Canot. A 9h00 ce matin, une dizaine de personnes dont quelques surfeurs se sont recueillis, en silence, au lendemain du drame. Les drapeaux rouges sont toujours hissés, tandis que des panneaux de signalisation ont été installés sur la plage, indiquant que la baignade et les activités nautiques restent interdites et les filets anti-requin, non opérationnels.

Si le petit groupe était quasiment seul sur la plage, les gendarmes sont tout de même intervenus ce matin pour faire sortir de l'eau une dame qui se baignait dans la piscine naturelle.

Pour ce plagiste, présent hier au moment des faits, il ne fallait pas se mettre à l'eau, puisque le drapeau rouge était hissé, en raison de la houle et des filets endommagés. Encore ému, il témoigne de ce qu'il a vu.
Pour rappel, le squale a happé le jeune homme alors qu'il était avec d'autres surfeurs. Les MNS ont déclenché les secours mais ont eu beaucoup de mal à intervenir en raison de la forte houle. Un sauveteur de 43 ans s'est d'ailleurs blessé au pied.

Le jeune homme a été ramené sur la plage à bord d'un jet ski piloté par un MNS. La victime a été médicalisée sur la plage pendant plus d'une heure avant d'être transportée en hélicoptère au CHU de Saint-Denis.
Selon la mairie de Saint-Paul, les MNS avaient demandé à plusieurs reprises à des surfeurs de ne pas se mettre à l'eau puisque le drapeau rouge était hissé.
La procédure post-attaque telle que prévue dans le dispositif réunionnais de gestion du risque requins a été activée par le Préfet de La Réunion, Dominique Sorain. "Ce dispositif prévoit la réalisation d’opérations de pêche ciblées aux alentours immédiats du lieu de l’attaque" indique la préfecture dans un communiqué publié en début de soirée. "Ce dispositif prévoit la réalisation d’opérations de pêche ciblées aux alentours immédiats du lieu de l’attaque. Comme précédemment le comité régional des pêches, en charge de sa mise en œuvre, mobilise actuellement des navires de pêche professionnelle, afin de mettre en place des dispositifs de capture, puis se relayer sur le secteur" dit encore la préfecture.
Il n'y avait plus eu d'attaques de squales depuis juillet 2015. L'attaque de ce samedi 27 août est la 19ème depuis 2011. Sept de ces attaques ont été mortelles. Plus de la moitié concernent des surfeurs ou des bodyboardeurs.

Posté par IPR il y a 43 minutes - 27/08/2016 - 17h 25 - Risque squale - Boucan Canot : un homme attaqué par un requin. Il est grièvement blessé

Un homme a été attaqué par un requin aux alentours de 17h00 ce samedi 27 aout 2016. Le malheureux a eu un membre sectionné indique le Sdis (service d'incendie et de secours). Sévèrement mordu à un bras et à une jambe, la victime est sortie de l'eau. Cinq véhicules de pompiers et les gendarmes sont sur les lieux. L'hélicoptère de la gendarmerie est également sur les lieux. Selon Radio Freedom, La palge Boucan Canot et l'esplanade de Roches Noires sont en cours d'évacuation.
"Je lui ai posé uu garrot sur le bras, c'était horrible" a témoigné en larmes une jeune femme sur les ondes de Radio Freedom. "J'ai entendu crier et de gens se mettre à courir. J'ai vu du sang dans la vague et j'ai compris" raconte un témoin sur les ondes de Radio Freedom. "Les gens ont fait des grands gestes pour demander à tout le monde de sortir de l'eau" ajoute le témoin visiblement sous le choc.
La victime a été prise en charge par les secours. Elle a été médicalisée sur la plage avant d'être évacuée par hélicoptère vers le CHU de Saint-Denis
19 attaques depuis 2011

L'attaque de requin dont a été victime un homme à Boucan Canot ce samedi 27 août est la 19ème depuis 2011. Sept de ces attaques ont été mortelles. Plus de la moitié concernent des surfeurs ou des bodyboardeurs.

• Mercredi 22 juillet 2015 : un homme est attaqué à Saint-Leu. Grièvement mordu au bras droit, il sera ensuite amputé.

• Lundi 1er juin 2015 : un surfeur confirmé de 47 ans, Eddy Chaussalet, est sévèrement attaqué alors qu'il s'apprêtait à entrer à l'eau, au niveau du Port. Il a été grièvement mordu au bras gauche.

• Dimanche 12 avril 2015 : un adolescent de 13 ans, Élio Canestri, est mortellement attaqué alors qu'il pratiquait son sport sur le spot des Aigrettes (Saint-Gilles) en compagnie de 6 autres jeunes surfeurs du pôle espoir. Sa mort provoquera une grande vague d'émotion et de colère

• Samedi 14 février 2015 : une jeune baigneuse de 22 ans est happée par un requin alors qu'elle est très près du rivage à Pont Mulla (Etang-Salé). Gravement mordue à une jambe, elle décède à l'hôpital

• Mardi 22 juillet 2014 : à Saint-Leu, Vincent, un surfeur de 51 ans est sévèrement mordu au mollet et au poignet droits. Il est secouru à temps.

• Samedi 26 octobre 2013 : Tanguy, 23 ans, est attaqué par un squale alors qu'il se trouve non loin du bord au lieu-dit le Tournant dans le secteur de Pont Mula à l'Etang-Salé. Il a eu la jambe droite sectionnée au niveau de la cuisse. Il a survécu

• Lundi 15 juillet 2013 : une jeune fille de 15 ans est tuée par un requin au niveau du cimetière marin en baie de Saint-Paul alors qu'elle se trouvait avec sa sœur à 5 mètres du bord. Pour la première fois, c'est une baigneuse qui est attaquée

• Mercredi 8 mai 2013 : Stéphane Berhamel, un touriste métropolitain de 36 ans en voyage de noces est attaqué et tué alors qu'il pratique du bodyboard sur le spot des Brisants (Saint-Gilles)

• 23 avril 2013 : un jeune surfeur de 20 ans est chargé par un squale sur le spot de la jetée à Saint-Pierre. Il n'est pas été blessé.

• Dimanche 5 août 2012 : le surfeur Fabien Bujon était attaqué par un squale sur le spot de Saint-Leu. Il a survécu, mais l'animal est parvenu à lui arracher la main et le pied droits.

• Lundi 23 juillet 2012 : Alexandre Rassiga, 21 ans, est tué par un squale alors qu'il surfe sur le spot de Trois Bassins.

• Lundi 5 mai 2012 : Gérard Itéma, un bodyboarder de 31 ans, est attaqué aux abords du Port de la marine de Saint-Benoît vers 14 heures 30. Sa planche est mordue à deux reprises. L'homme n'est pas été blessé

• Vendredi 11 novembre 2011 : un pêcheur apnéiste avait été surpris par un requin au large de l'anse des Cascades à Sainte-Rose. Alors qu'il s'apprêtait à rejoindre son embarcation, l'homme, un Saint-Joséphois de 42 ans, a été blessé au pied gauche.

• Mercredi 5 octobre 2011 : un kayakiste avait été attaqué par un requin au large du Cap la Houssaye (Saint-Paul). Il n'avait pas été blessé.

• Lundi 19 septembre 2011 : Mathieu Schiller, ancien champion de La Réunion de bodyboard était tué par l'attaque d'un squale alors qu'il surfait à quelques mètres du rivage de la plage de Boucan Canot.

• Mercredi 6 juillet 2011 : c'est un jeune surfeur qui avait été attaqué à Saint-Gilles-les-Bains. Il s'en sortait sain et sauf avec une partie de sa planche arrachée.

• Mercredi 15 juin 2011 : un bodyboarder, Eddy Auber, avait été tué au large de Ti Boucan.

• 19 février 2011 : un touriste, arrivé le jour même à La Réunion, avait été attaqué par un squale au large de Grand Fond. Le vacancier a eu la vie sauve mais la jambe sectionnée.

Zinfos974.com - Samedi 27 Août 2016 - 17:20 - Faits-divers - Attaque de requin à Boucan canot

Attaque de requin à Boucan canot vers 17h. Au moins une personne blessée (information commandement de la gendarmerie)
Un bodyboarder a été mordu à une jambe et à un bras.

Zinfos974.com - Dimanche 28 Août 2016 - 08:51 - Faits-divers - Attaque de requin: La Préfecture appelle à la responsabilité
Peu après l'attaque de requin survenue à Boucan Canot, le Préfet a tenu à faire le point sur les circonstances entourant cet évènement. Il a tenu à appeller les usagers de la mer à la plus grande vigilance.
Ce samedi 27 août 2016, peu après 17h00, sur le secteur de Boucan-Canot dans la commune de Saint-Paul, un jeune homme âgé de 21 ans a été victime d'une attaque de requin alors qu'il surfait. Conscient, mais touché gravement à un membre inférieurs et un membre supérieur, son pronostic vital est engagé. Il a été évacué vers le CHU Félix Guyon à Saint-Denis.
Un maître nageur sauveteur de 43 ans participant portant assistance à la victime s'est blessé lors de l'intervention.
L'accident est intervenu alors que les activités nautiques et de baignade étaient interdites.
En effet, suite à l'inspection effectuée ce matin, la commune avait décidé que les filets de protection étaient non-opérationnels en raison d'une détérioration dûe à la houle survenue durant la nuit ; la flamme rouge est hissée sur le secteur, les activités nautiques sont interdites.
La procédure post-attaque telle que prévue dans le dispositif réunionnais de gestion du risque requins est activée par le Préfet de la Réunion.
Ce dispositif prévoit la réalisation d’opérations de pêche ciblées aux alentours immédiats du lieu de l’attaque. Comme précédemment le comité régional des pêches, en charge de sa mise en œuvre, mobilise actuellement des navires de pêche professionnelle, afin de mettre en place des dispositifs de capture, puis se relayer sur le secteur.
Pour rappel, l’arrêté préfectoral du 12 février 2016, portant réglementation temporaire de la baignade et de certaines activités nautiques restreint, dans la bande des 300 mètres du littoral du département de La Réunion, sauf dans le lagon et, en dehors du lagon, dans les espaces aménagés et les zones surveillées définies par arrêté municipal, les activités les plus exposées au risque requin.
Les filets sur les plages de Boucan-Canot et des Roches Noires (commune de Saint-Paul) au sein de zones d'expérimentation opérationnelle (ZONEX), ouvrent des espaces de pratique surveillée hors lagon.
Cependant, la pratique de la baignade et des activités nautiques au sein de ces zones aménagées n'est possible que dans les conditions et aux créneaux horaires portés à la connaissance des usagers par les services municipaux sur site.
En effet, la disponibilité des filets, qui ne peut être assurée de façon permanente en raison des conditions météorologiques de l'hiver austral (houle), conditionne notamment l'ouverture effective de ces ZONEX. En dehors des conditions et créneaux horaires précisés par les services municipaux, notamment à l'aide de la signalétique sur zone (drapeaux, fanions, panneaux...), la pratique des activités nautiques est dangereuse et formellement interdite.
Suite à ce drame, le Préfet de La Réunion en appelle à la responsabilité de tous et rappelle qu'il est plus que jamais impératif de respecter les interdictions en vigueur.

Zinfos974.com - Dimanche 28 Août 2016 - 15:48Faits-divers Attaque de Boucan : Patrick Florès qui met en cause des requins "mutants"

Patrick Florès est un ancien champion de surf, père de Jérémy Florès lui aussi champion de niveau international, mais aussi et surtout élu à la mairie de Saint-Paul en charge du dossier "requin".
Il a publié un long commentaire sur les réseaux sociaux que nous publions ci-dessous :
Merci pour tous les messages. Je suis triste , très triste pour ce jeune passionné et qui plus est, super brillant, bac très jeune, ingénieur depuis peu. Triste pour sa maman et pour sa sœur qui n'ont pas été épargné depuis quelques années.
Oui, le "protocole" a été respecté, un trou, mes gars de la CISAN qui, je vous rappelle sont des gars la "kour" pour la plupart, ont fait leur job et ont passé le message ce matin : trou de 2m dans le filet (qui s'est sûrement agrandi dans la journée), drapeaux rouges ! Cela a été fait, les MNS ont passé la journée a faire de la prévention, les panneaux ont été installés, les 3 drapeaux ont été mis au rouge.
Ce qui me désole encore plus, c'est qu'on n'écoute pas mes MNS qui ont déjà vécu tous les morts de Eddy et Mathieu.
Mais oui, je n'arrive pas a en vouloir à ce jeune. Dans le monde entier les filets sont en quinconce, pas en surface, pas au fond, ce qui veut dire que les requins passent et sont souvent relevés a l'intérieur de ces filets car se sont des filets maillant, qui tuent, et il n'y a pas une attaque... Et nous, dans un enclos de plus de 700m, non maillant, avec un trou de 2 m, le requin rentre et attaque dans un groupe de surfers ?
Mais qu'a t'on fait pour créer des requins de ce genre ? Pourquoi nous avoir empêché de pêcher devant Boucan Canot, sachant la dangerosité de nos requins bouledogues "mutants" qui ont déjà fait leurs preuves depuis 2011 et qui plus est ne sont pas sensés être des requins vivant sur les barrières coralliennes? De plus ils déstabilisent notre écosystème marin et pire, s'attaquent a nos requins de récif qui, je vous le rappelle, sont les régulateurs des juvéniles envahissants et dangereux pour notre faune sous marine endémiques ?
Ces requins bouledogues sont présents en Australie, en Afrique du Sud, ils n'attaquent plus là où les plages sont protégées avec les filets cités plus hauts.
Nous avons eu une étude qui a coûté une fortune, faite par des non-spécialistes des requins et nous a rien appris.
Nous avons les vigies requins de la ligue réunionnaise de surf qui bossent depuis plusieurs années et qui prouvent que quand on occupe la colonne d'eau devant les plages, le requin n'approche pas.
Le filet, quand il est opérationnel, vient de prouver que quand des dizaines de milliers de personnes sont à l'eau, nageurs, PMT, surfeurs (surfeurs qui représentent mème pas 5% des utilisateurs des filets) depuis le mois de décembre, il n'y a aucun problème.
Deux mètres de trou, là ou ailleurs, ce sont des centaines de mètres qui permettent aux requins de passer au travers des filets australiens et sud-africains, devraient nous amener a réfléchir sur le choix que nous avons a faire. On arrête tout, on ferme définitivement l’océan à la Réunion ou l’on continue ?….
Mais si on continue, il va falloir se poser les bonnes questions. Les filets ont montré l’attachement des Réunionnais a l’accès à l’océan. Je ne parlerais pas ce soir des créations d’emplois et de l’image positive qu’on a donnée au monde entier ces derniers mois, je parlerai d’abord des moyens que l’on veut mettre ou pas dans la sécurisation.
A vous de voir.
Pour l’instant, je ne pense qu’a ce p’tit marmaille brillant, je veux qu’il vive quelque soit son handicap, pour sa maman et sa soeur…

par www.ipreunion.com - le 28 août 2016 à 16:46 - Attaque de requin à Boucan Canot : "les MNS ont à maintes reprises rappelé l’interdiction aux surfeurs en infraction"

Dans un communiqué, la marie de Saint-Paul rappelle que lors de l’attaque de requin survenue ce samedi 27 août 2016 qui a blessé grièvement un surfeur, tous les éléments du protocole de sécurité ont été respectés par les maîtres nageurs sauveteurs (MNS). La commune rappelle également que la zone dans laquelle la victime a été attaquée était fermée au public. Nous publions ci-après l’intégralité du communiqué.
"Suite à l’attaque de requin survenue hier à Boucan Canot, le Maire de Saint-Paul Joseph Sinimalé rappelle, aux usagers des plages que les zones sécurisées par les filets anti requins répondent à un protocole de mise en service et de sécurité stricte accompagné d’une signalisation spécifique.
Ainsi, lorsqu’à l’issue de l’inspection des filets, réalisée chaque matin, il est détecté des conditions non propices à une ouverture du périmètre de baignade et des activités nautiques, la zone est déclarée non opérationnelle et il est strictement interdit de se mettre à l’eau.
Les filets sont en permanence soumis à la houle et au courant. C’est la raison pour laquelle une inspection est effectuée chaque matin préalablement à l’ouverture de la zone aux baigneurs et aux pratiquants des activités nautiques pour en vérifier la bonne tenue.
Ce samedi 27 août 2016, la décision a été prise dès le matin de ne pas ouvrir la zone et celle-ci déclarée non opérationnelle. Les flammes rouges d’interdiction ont été hissées et les panneaux de signalisation indiquant que les filets n’étaient pas opérationnels ont été installés sur tout le linéaire de la plage.
Les MNS ont à maintes reprises rappelé l’interdiction aux surfeurs en infraction directement sur le plan d’eau et à l’aide des portes voix. Le maire de Saint-Paul salue d’ailleurs le travail effectué par l’ensemble des secouristes et particulière l’acte héroïque accompli par deux d’entre eux pour aller porter secours à la victime en dépit des conditions de mer extrêmes.
Il souhaite un prompt rétablissement au MNS gravement blessé lors de l’intervention et réitère son soutien à toute l’équipe des MNS chargés chaque jour de la surveillance des plages".

Zinfos974.com - Dimanche 28 Août 2016 - 17:39 - Blog de Pierrot - Drame de Boucan : Deux responsables, les surfeurs... et le préfet

J'ai volontairement pris du temps. Je n'ai pas voulu réagir à chaud hier soir, sous le coup de l'émotion de ce nouveau bodyboardeur attaqué par un requin à Boucan Canot.
Vingt-quatre heures plus tard, une fois le délai de décence passé afin de ne pas venir rajouter à la peine d'une famille durement touchée, ma colère est la même.
J'ai été un des premiers, et des seuls, journalistes à avoir osé prendre position en faveur des surfeurs et bodyboardeurs lors des premières attaques de requins. Mon soutien n'a pas faibli par la suite, à chaque nouvelle attaque. J'ai même osé me prononcer pour la pêche des requins, ce qui m'a valu une volée de bois vert dans les commentaires.
Mais là, je dis "stop" !
Nous ne sommes plus dans la même situation que lors des premières attaques.
1) L'effet de surprise ne joue plus. Nous ne pouvons plus dire : "nous ne savions pas". Tous les morts et mutilés de ces dernières années sont là -ou devraient l'être- pour nous rappeler que la mer est dangereuse et qu'on ne peut jouer à la roulette russe avec elle. Car, en l'espèce, on est sûr de perdre à chaque fois.
2) Les surfeurs ne peuvent plus dire qu'on ne fait rien pour eux. Les différentes collectivités (région, mairies) ont fait des investissements importants en dispositifs de protection. Les filets installés aux Roches Noires et à Boucan Canot ont fait la démonstration de leur efficacité. Et en ce qui concerne l'accident d'hier, le protocole mis en place par la mairie de Saint-Paul a fonctionné et les maîtres nageurs ont interdit la baignade dès que le trou a été détecté dans le filet, tôt le matin, avant que les premiers baigneurs n'entrent dans l'eau.
Non, l'"accident" d'hier n'a un principal responsable : les surfeurs !
Il faut arrêter, comme Patrick Florès, de mettre en cause des "requins mutants".
On n'est pas non plus dans le cas d'un baigneur qui se fait mordre par surprise à quelques mètres de la plage.
Non ! Un trou avait été repéré dans le filet, le drapeau rouge avait été hissé, les maitres nageurs ont fait leur travail en demandant aux surfeurs et autres bodyboardeurs à de multiples reprises de sortir de l'eau. Sans résultats.
Ces jeunes irresponsables ont envoyé paître les maitres nageurs et sont restés dans l'eau... jusqu'à 17h ! Alors que l'on sait que les requins attaquent plutôt à la tombée de la nuit...
Tout cela ne serait donc pas arrivé si les gendarmes étaient intervenus pour obliger les contrevenants à sortir de l'eau et leur avaient dressé une forte contravention pour mise en danger de la vie d'autrui (celle des MNS obligés de prendre des risques pour aller les sauver). Avec confiscation des planches à la clé.
Et c'est l'occasion pour moi de répéter ce que j'ai déjà écrit ici à au moins une reprise. Monsieur le Préfet, vous portez aussi une part de responsabilité. Il ne suffit pas de pondre des arrêtés uniquement pour ouvrir le parapluie au dessus de votre tête et pouvoir éviter une condamnation à l'Etat devant le tribunal administratif en cas de procès. Quand on publie un arrêté, il faut se donner les moyens de le faire appliquer.
Il est inadmissible que vos gendarmes et policiers usent de ruses de sioux pour attraper le pauvre automobiliste surpris en train de téléphoner au volant (ce qui est certes dangereux, mais bien moins que ce qui s'est passé hier) et qu'ils passent avec indifférence devant ces jeunes surfeurs qui jouent dans les vagues sous leurs yeux, dans des endroits interdits, sans aucun risque de verbalisation.
J'espère que vous avez bien dormi hier soir, Monsieur le Préfet.
Et j'espère aussi qu'enfin, vous allez passer les consignes à vos pandores pour qu'ils interviennent SYSTEMATIQUEMENT dès qu'un surfeur ou qu'un bodyboardeur se met à l'eau dans une zone interdite. Et qu'ils le verbalisent fortement et lui confisquent sa planche. C'est le SEUL moyen pour régler le problème rapidement et définitivement.
Je suis d'autant plus en colère qu'à cause d'une poignée de jeunes irresponsables, c'est l'économie de toute l'ile qui va encore être impactée, avec la disparition de dizaines, de centaines d'emplois.
Le temps des communiqués de presse qui répètent la même chose à chaque drame et des paroles lénifiantes à la télé est terminé. Il est temps d'agir, Monsieur le Préfet. La balle est dans votre camp !

Clicanoo.re - publié le 29 août 2016 - 05h53 - Pronostic vital levé pour le surfeur attaqué par un requin bouledogue

Opéré samedi soir, le surfeur de 21 ans blessé lors de l’attaque de samedi a dû être amputé au niveau du bras droit et de la jambe droite. Hier soir, son état était stabilisé alors qu’il restait plongé dans un coma artificiel, mais son pronostic vital n’était plus engagé selon le parquet de Saint-Denis.
Par ailleurs, le dispositif post-attaque déclenché par la préfecture dans les heures suivant l’attaque n’a pas permis de capture de requin dans la zone de Boucan-Canot. Le comité régional des pêches, chargé du dispositif, a procédé à l’installation de deux drum-lines au large de la plage, derrière les filets de protection.
Il était toutefois impossible de savoir si le requin impliqué dans l’attaque se trouvait toujours à l’intérieur de la zone barrée par les filets ou s’il avait repris le large.Selon les témoignages des surfeurs présents aux côtés de la victime lors de l’attaque, il s’agissait d’un requin bouledogue. L’attaque s’est déroulée en deux temps, le squale ayant mordu à deux reprises, arrachant une partie du bras droit et blessant à la jambe droite le surfeur attaqué
Une enquête a été ouverte par la brigade des recherches de la gendarmerie de Saint-Paul, saisie par le parquet de Saint-Denis afin d’établir les circonstances de l’accident. Samedi vers 17 heures, un bodyboarder de 21 ans qui était à l’eau sur le peak gauche de Boucan était attaqué par un squale malgré l’interdiction de baignade prise le matin en raison d’un trou de 2 mètres sur 3 constaté lors de l’inspection du filet de protection. Laurent Chardard, originaire de l’Étang-Salé, était en vacances à la Réunion alors qu’il poursuit des études en métropole.     S. G.

Clicanoo.re - publié le 29 août 2016- 05h53 - Thierry Robert accompagne le sous-préfet sur le littoral

Alors que le nouveau sous-préfet de Saint-Paul, Frédéric Carre, effectuait hier matin une visite des sites d’activité nautique de la côte avec le commandant de la compagnie de gendarmerie de Saint-Paul pour s’assurer du respect des interdictions de baignade, il a été rejoint par le député-maire de Saint-Leu, Thierry Robert. "Nous avons fait un point d’étape sur les différents sites à sécuriser", a indiqué ce dernier dans un communiqué après avoir adressé ses pensées "à la jeune victime et sa famille."
Sur le spot de Saint-Leu, le maire a souligné "l’ampleur de la tâche pour la commune", alors que "la sécurisation du spot de la gauche nécessite quatre fois plus de moyens que celui de Roches Noires." Il rappelle également "les moyens importants mis en œuvre pour combattre le risque requin", saluant la réactivité des services de l’État ainsi que "le grand professionnalisme des services de secours" et des MNS "en première ligne de ces attaques" qui "ont usé de tous les moyens de prévention et d’alerte pour empêcher le drame."
                          "SENSIBILISATION ET INNOVATION"
Considérant que "du chemin a été fait" pour améliorer la sécurité depuis les premières attaques en 2011, Thierry Robert souligne néanmoins qu’il s’agit surtout "de dispositifs en expérimentation qui ne suffisent pas pour le moment à garantir de façon permanente le risque zéro, risque zéro qui n’existe pas à mon sens."
"Le drame survenu, hier, samedi, sur la plage de Boucan Canot nous rappelle de façon tragique tout le travail de sensibilisation, d’investissements et d’innovation qu’il nous reste à réaliser. Il nous alerte également sur l’exigence de responsabilité collective et individuelle", ajoute le député de l’Ouest. Avant de rappeler ses propres propositions : "prélèvement ciblé et redéfinition du périmètre de la réserve marine qui, actuellement, se juxtapose avec les zones de loisirs."
Concluant sur "la crise inédite que traverse le département depuis plusieurs années", Thierry Robert fait appel à "la participation de tous pour envisager des solutions viables et durables."

Zinfos974.com - Lundi 29 Août 2016 - 09:37 - Société - Attaque de requin: Les associations "pro-requins" mettent en cause Cap Requins

Attaque de requin: Les associations "pro-requins" mettent en cause Cap Requins
Les associations environnementales et pour le droit des animaux ont réagi suite à l’attaque de requin qui s’est produite samedi après-midi à Boucan Canot. Selon elles, c’est le programme de prélèvement de requins, Cap Requins, qui "met les Réunionnais en danger pour de sordides intérêts financiers".
Il s’agit pour Jean Bernard Galvès, porte-parole du collectif des associations Sauvegarde des requins, Sea Shepherd, Aspas, Fondation Brigitte Bardot, Longitude 181, Tendua, Requin Integration et Vague, d’un "programme d’appâtage intense mené au frais du contribuable dans ce secteur depuis deux ans par le Comité des Pêches et l’État". "Cet appâtage ne fait que rapprocher davantage les requins des côtes, ajoute-t-il, des dizaines de tonnes d’appâts sont maintenant déversés à proximité des plages en prétendant ainsi les sécuriser".
Cette pêche du requin serait donc inutile car "dans aucune zone au monde le requin n’a été autant pêché qu’au voisinage de Boucan depuis deux ans et un accident se produit à peine le filet abaissé", expliquent les associations.
Elles demandent donc la suspension de "cet appâtage criminel" et une évaluation du programme Cap Requins, un "programme d’apprentis-sorciers", par un organisme extérieur au Comité des pêches "qui est concepteur, observateur, évaluateur et bénéficie financièrement d’un programme dangereux qu’il n’a pas la compétence juridique et scientifique de mener".

par www.ipreunion.com - le 29 août 2016 à 10:12 - Boucan-Canot - Le dispositif post-attaque en marche

Ce samedi 27 août 2016, un bodyboardeur d’une vingtaine d’années a été attaqué par un requin à Boucan-Canot. Le dispositif post-attaque a été déclenché une heure après le drame. Ce lundi, le bateau sillonnait toujours les lieux : son champ d’action va du Cap La Houssaye jusqu’à la plage des Roches Noires. Aucun squale n’a été prélevé pour le moment.
Face à une plage vide et silencieuse, le bateau du dispositif post-attaque sillonne les lieux de l’attaque de ce samedi. Alors qu’il était à l’eau en compagnie de quelques amis, un bodyboardeur s’est fait happer par un requin. Le squale lui a sectionné le bras gauche et le pied droit. Son pronostic vital n’est aujourd’hui plus engagé.
Le dispositif post-attaque a été déclenché immédiatement. La préfecture a autorisé une opération ciblée de prélèvement de requins dans un rayon de 1852 mètres autour du lieu où s’est produite l’attque. Entre le Cap La Houssaye au nord et la plage des Roches Noires au sud, le dispositif vise des requins bouledogue ou tigre. L’opération, qui a pris effet à partir de 18 heures ce samedi, devrait prendre fin ce mardi soir. Actuellement, aucun squale n’a encore été prélevé.
Au moment du drame, le drapeau rouge interdisant la baignade et les activités nautiques était hissé. Une décision prise par les maîtres nageurs sauveteurs (MNS) le matin même, en raison d’un trou dans le filet anti-requin.
C’est la première attaque survenue sur l’île depuis plus d’un an. La dernière a eu lieu en juillet 2015 sur Saint-Leu. Le dispositif post-attaque avait alors donné lieu à la capture d’un requin bouledogue de 2 mètres.

clicanoo - Lundi 29 août 2016 - 10:45 - courrier - "Le Natal Shark Board a-t-il vraiment apporté sa caution au programme Cap Requin ?"

"Un tragique accident vient une fois de plus de se produire dans la zone minuscule la plus intensément appâtée et pêchée au monde, où des dizaines et des dizaines de requins ont été systématiquement tués dans un prétendu programme de sécurisation.
Pour justifier de cette pêche, on nous donne sans cesse l’exemple de l’Afrique du Sud qui n’aurait pas d’accident grâce au drum lines et filets maillants et on nous dit qu’il faut tuer et tuer encore du requin.
Qu’on nous explique alors comment le Kwazulu Natal Shark Board parviendrait à sécuriser 450 kms de côte en tuant moins de 10 requins bouledogues en moyenne par an sur ces 450 kms et en relâchant systématiquement tout requin pris vivant, quelle que soit sa taille et son espèce et en voulant à terme ne plus tuer du tout de requins ?
Pourtant le Comité des Pêches soulignait la coopération avec cet organisme pour le programme Cap requin et le logo du Natal Shark Board a figure sur de nombreux documents officiels de Cap requins.
Nous avons donc demandé la communication de documents relatifs à cette coopération avec le Natal Shark board. Malgré l’avis favorable de la Cada ceux-ci ne nous ont jamais été fournis. Et pour cause... le Natal Shark Board nous a confirmé que le préfet avait effectué une simple visite et qu’aucune coopération officielle n’avait été établie.
Monsieur Jeremy Cliff, l’expert du Kwazulu Natal Shark Board, nous a écrit ne pas se souvenir d’un échange de données, bien que son nom apparaisse en justification dans les comptes rendus de Cap requin.
Cette prétendue caution du Natal Shark Board au programme du Comité des Pêches ne repose que sur une cynique mise en scène : la venue tous frais payés de Monsieur Jeremy Cliff à La Réunion, qui s’est contenté de réponses polies et au conditionnel à ses hôtes bienveillants.
Cette manoeuvre a trompé l’Etat, les collectivités, les Réunionnais et contribué à la mise en place d’un programme dangereux.
Une telle manoeuvre pourrait probablement trouver une qualification juridique, mais le plus grave est l’énorme augmentation du risque requin pour les surfers et baigneurs que fait courir ce programme insensé d’appâtage près des plages.
Où le Kwazulu Natal utilise une simple ligne avec un seul hameçon appâté d’un petit poisson maigre qui n’est pas remplacé avant 48h qu’il ait été consommé ou pas, on a appâté à tout va, utilisé des palangres de fond de trois kilomètres de long, porteuses chacune de 25 hameçons, chargés d’appâts gras de plus d’un kilo. On n’a fait ainsi qu’attirer encore plus de requins dangereux vers les plages.
On a autorisé les pêcheurs à conserver les prises accessoires et appauvri ainsi encore plus le secteur des proies naturelles des requins.
On a convaincu les surfers que cette pêche insensée allait assurer leur sécurité : comment s’étonner de la transgression de l’interdit après autant de pêche et la prise de" Fanny" ?
Après deux ans de pêche intensive et irresponsable sur une zone minuscule, au lieu de sécuriser, on a attiré tellement de requins qu’il suffit d’un trou dans un filet de protection pour qu’un accident dramatique se produise.
il faut maintenant travailler sur des systèmes barrières efficaces, communiquer sur le danger de l’océan, milieu naturel, respecter et faire respecter les interdits.
Et il faut immédiatement arrêter cet appâtage insensé, criminel, mené sans contrôle ni caution, dont l’impact et la responsabilité dans les accidents doivent être évalués par une commission extérieure.
Il faut aussi comprendre comment un programme aussi dangereux et irresponsable a pu être mis en place et que les responsables éventuels s’en expliquent."           Collectif des associations Sauvegarde des Requins, Longitude 181, Sea Shepherd, Aspas, Vague, Tendua, Fondation Brigitte Bardot, Requin Intégration

par www.ipreunion.com - le 29 août 2016 à 16:57 - Le dispositif post-attaque est passé par la zone de baignade

Ce samedi 27 août 2016, une attaque de squale s’est produite à Boucan-Canot. Le dispositif post-attaque a immédiatement été déclenché. Il est passé par la zone de baignade ce lundi. Le filet anti-requin était endommagé par un trou depuis ce samedi matin, ce qui avait entraîné la mise en place du drapeau rouge.
A bord d’un jet-ski de maître nageur sauveteur (MNS), le pêcheur dépose des appâts dans la zone de baignade de Boucan-Canot. C’est vers 16 heures que le dispositif post-attaque est passé par ce secteur, à l’intérieur des filets anti-requins.
L’opération a duré environ une quinzaine de minutes. Inscrit dans le programme Cap Requins, le dispositif de pêche se poursuit et devrait se conclure ce mardi soir. Il couvre la zone des Roches Noires jusqu’au Cap La Houssaye. Aucun squale n’a pour le moment été prélevé.

Zinfos974.com - Lundi 29 Août 2016 - 17:09 - Courrier des lecteurs - La crise requin n'existe pas !

N'existe qu'une hystérie collective, alimentée par les politiciens qui croient tout maîtriser, hystérie relayée par les journalistes et autres médias qui tentent de nous faire croire que La Réunion reste une terre de surfeurs alors qu'ils assistent impuissants, sauf à nous déverser un déluge de mots vides, de vraies ou fausses responsabilités et autres remèdes débiles, aux décès et autres mutilations.... condoléances bien sûr aux familles et bons rétablissements aux blessés !
Il existe une crise de conscience à tous les niveaux, politiciens et usagers de la mer, qui exige un virage à 180 degrés ! Dans les années 70 - dixit un ami qui avait un bateau à l'époque - "Je pouvais déposer mes enfants en baie de Saint-Paul et ils revenaient à la nage jusqu'àu port de Saint-Gilles" ! Ce temps-là est révolu et tous ceux qui tentent de faire croire le contraire, pour préserver leurs intérêts, sont des coupables en puissance des prochains drames, parce qu'il y en aura d'autres si nous continuons ainsi !
http://www.leparisien.fr/environnement/nature/en-images-observer-les-requins-un-tourisme-pour-la-biodiversite-24-11-2015-5304373.php
http://australie-a-la-carte.com/voyage/south-australia/excursion/plongee-en-cage-avec-les-requins-blancs/480040193
Et...
Puisque PERSONNE ne pourra rétablir la situation d'avant, je dis bien PERSONNE.... si nous apprenions à voir les requins différemment ? D'autres pays l'ont fait ! Je n'ai relevé que deux liens mais il en existe beaucoup d'autres....
Si nous transformions ce qui semble être un handicap au tourisme, selon l'idée reçue et exploitée à fond par les incapables cités, par un avantage certain : considérer que les requins sont une attraction ! Il ne s'agit peut-être pas tout de suite d'aller plonger et nager avec eux... mais pourquoi pas se munir de bateaux permettant l'observation... voire d'équiper les lieux dangereux pour la baignade et les sports nautiques... d'observatoires situés en hauteur.... même s'il faut pour cela les appâter comme cela se fait ailleurs.
Cela signifie bien sûr, plus aucun filet et plus personne dans l'eau à ces endroits ! Mais je rêve sûrement... tetlement la guéguerre semble être un filon....      Boa Bill

www.ipreunion.com - 30/08/2016 - Boucan Canot: Un requin bouledogue de 2m90 prélevé hier soir, selon linfo.re

Après l'attaque d'un bodyboardeur ce samedi, un requin bouledogue a été prélevé hier soir aux alentours de 22h30 en face de Boucan Canot, selon linfo.re.
Le squale, 2,90m et environ 200 kilos selon nos confrères, a été pêché dans le cadre du dispositif mis en place suite à l’attaque survenue samedi 27 août à Boucan Canot.

www.ipreunion.com - 30/08/2016 - 9h20 - Après l'attaque du squale qui a grièvement blessé un bodyboarder - Boucan Canot - Un drone à la recherche des requins

Depuis tôt ce mardi matin 30 août 2016, un drone survole la mer au-dessus de Boucan Canot à la recherche des requins. Ce survol vient compléter le dispositif post attaque déclenché par la préfecture ce samedi à la suite du drame où un surfeur de 21 ans a eu un bras et une cheville arrachés par un squale. En milieu de matinée aucun requin n'avait été repéré par le drone. Dans la nuit de lundi à mardi une femelle bouledogue de 200 kg a été capturée
L'enjeu de ces survols est de repérer la présence éventuelle de requins, pour savoir si oui ou non les équipes peuvent plonger afin d'intervenir sur les filets endommagés.
En milieu de matinée, quatre vols, à 150 mètres et 75 mètres de hauteur, avaient déjà été effectués avec un drone par les équipes de Skylab et Seanergie, et s'arrêteront une fois que toute la zone de Boucan Canot aura été balayée par le drone. L'engin, qui a une autonomie d'environ 15 à 20 minutes en vol, a été équipé d'un filtre spécial pour examiner les fonds marins. Pour l'heure, aucun survol n'avait permis d'observer de requin. "On n'a pas vu de requin à l'intérieur des filets, même si on ne peut tirer de conclusion qu'à partir de cette vidéo", observe Romain Pinel, de Skylab.
"Les images vont ensuite être analysées pour voir si le requin est encore à l'intérieur ou pas, précise Emannuel Ebby, directeur d'exploitation chez Seanergie. Si les équipes ont la certitude qu'aucun requin ne se trouve dans la zone, elles plongeront demain. "Mais si on n'a pas de visibilité, l'intervention sera reportée à la semaine prochaine parce qu'on a une nouvelle houle qui arrive à partir de jeudi", conclut Emmanuel Eby.

Zinfos974.com - Mardi 30 Août 2016 - 18:12 - Marine Abat-Bérénice Alaterre - Société - Maître-nageur sauveteur, Vincent raconte sa 3ème intervention sur une attaque de requin

Maître-nageur sauveteur depuis 14 ans, Vincent Rzepecki était en poste lors de l’attaque de requin survenue ce samedi. Le trentenaire était sur le jet-ski qui est parti en mer pour récupérer la victime. C'est lui qui remontera le surfeur sur le scooter. Une intervention difficile qui fait suite à deux autres opérations du même type pour cet amoureux de la mer. Entretien.

Zinfos974 : Comment le sauvetage s’est-il déroulé ?
J’étais chef de poste ce jour-là. On avait fait des préventions à destination des surfeurs. A 17h05, il y a eu un mouvement de panique sur le spot de surf au niveau de la gauche : on a vu des jeunes sortir et crier. Ayant déjà eu affaire à des attaques de requins, j’ai tout de suite compris qu’il s’agissait de ça.
On a immédiatement mis le jet-ski à l’eau et je suis parti avec mon collègue Bertrand Babef sur l’intervention. Malheureusement, il y avait des grosses séries de vagues au même moment qui nous ont retardés, il y avait une bonne houle de trois mètres. On est tombé et mon collègue s'est cassé la cheville et le tibia. On a ensuite pu remonter sur le jet-ski et atteindre la victime. A ce moment-là, je l’ai récupéré sur le sled (la planche à l’arrière du scooter, je l’ai sécurisé et on a rejoint le spot de secours.
Là-bas les collègues attendaient avec les garrots. Il y avait aussi quelques personnes qui sont venues nous assister. On a mis les garrots aux membres touchés. La victime est restée consciente durant toute l’intervention jusqu’à ce que le Smur et les pompiers prennent le relais et le placent sous anesthésie.

Vous connaissez la victime ?
Il me semble l’avoir déjà aperçue puisque moi-même je suis surfeur, depuis très longtemps. Mais je le connaissais pas personnellement. Je lui souhaite tout le courage du monde pour les épreuves qui l'attendent, il a toute ma compassion.

Vous n'en étiez pas à votre première intervention en situation d'attaque de requin ?
Non malheureusement, j’étais déjà intervenu pour l’attaque de Mathieu Schiller et d'Arnaud Dussel. Pour le premier, c'était un très bon ami à moi depuis plusieurs années et, malheureusement, ça s’est mal passé. Pour Arnaud, grâce au jet-ski, on avait réussi à le sortir indemne.

Cette attaque a donc ravivé des souvenirs douloureux ?
C’est surtout qu’on pensait qu’on était sorti de l’enfer de la crise requin, et avec ce nouveau coup dur (après avoir cru que le cauchemar était terminé à travers les solutions apportées) on voit qu’il n’en est rien. Et on ne sait pas ce qu’il va se passer par la suite. Ça fait peur de perdre l’océan à tout jamais.

Une aide psychologique vous a-t-elle été proposée pour affronter cette épreuve ?
Oui, la mairie de Saint-Paul m’a proposé une aide psychologique. Pour l’instant je n’en ressens pas encore le besoin, mais si le besoin s’en fait sentir, je les contacterai.

Malgré ces événements difficiles, vous voulez continuer ce métier de MNS ?
C’est une passion, j’ai grandi dans la mer, j’ai passé toute ma vie dans l’eau, c’est mon équilibre. C’est comme demander à un poisson de vivre sur la terre : c’est pas possible. C’est un élément qui me permet d’avoir un équilibre dans ma vie, qui me fait du bien, qui fait partie de ma personnalité, qui fait ce que je suis. Quand on nous dit que l’eau n’est pas notre élément, pour moi, ça l’est plus que la terre. Je ne suis pas dans le débat de quoique ce soit, sur la pêche ou autre chose, mais de dire que l’homme n’a pas sa place dans la mer, je ne suis pas d’accord.

Par ailleurs, je tire mon chapeau à tous mes collègues qui étaient là samedi. Et je voudrais qu’on revalorise ce corps de métier. On est pas juste assis à regarder les jolies filles, notre métier c’est aussi ça, des noyades, des attaques de requins, on est là pour ça.

Que pensez-vous d'une verbalisation pour les contrevenants ?
Je pense que le problème ne va plus trop se poser, car avec cet accident, tout ce qu’on pensait est remis en cause. Même si c’était rouge, les chances d’une attaque étaient limitées avec ce trou dans le filet, personne ne pensait que ça aurait pu arriver. Il y a quand même eu un fait extraordinaire, je pense qu’on a franchi un cap. Pour moi, le requin est entré intentionnellement dans la zone. Il me semble que la prise de conscience est bien là et que tout le monde écoutera désormais les consignes et les respectera.

Un message pour les surfeurs ?
D’être prudents, et de respecter toutes les interdictions.

Zinfos974.com - Mardi 30 Août 2016 - 19:43 - Société - Fin du dispositif post-attaque à Boucan Canot

Le dispositif post-attaque a été enclenché le 27 août, après la grave attaque de requin dont a été victime un surfeur de 21 ans à Boucan Canot. La préfecture fait le bilan après 72 heures de mobilisation.
Peu de résultats dans la zone malgré la participation - comme le veut la procédure mis en place depuis juillet 2013 - du comité régional des pêches qui a mobilisé depuis samedi soir deux navires de pêche professionnelle qui se sont relayés sur le secteur. Des dispositifs de capture, à l’intérieur et à l’extérieur des filets de la zone d’expérimentation de Boucan-Canot ont été mis en place.
Pour rappel, le dispositif prévoit la réalisation d’opérations de pêche ciblées aux alentours immédiats du lieu de l’attaque. L’opération a abouti au prélèvement d’un requin bouledogue de 2,96 m, le lundi 29 août vers 21h sur une palangre verticale avec alerte de capture.
La préfecture insiste sur l'exposition de La Réunion au risque requin : "Chacun d’entre nous doit prendre conscience de la réalité du danger et ne pas s’exposer au risque encouru".
Un arrêté préfectoral est en vigueur afin d’interdire les activités les plus exposées au risque requin, dans la bande des 300 mètres du littoral du département de La Réunion, sauf dans le lagon et, en dehors du lagon, dans les espaces aménagés et les zones surveillées définies par arrêté municipal.
Dans ces zones d’expérimentation, la pratique des activités nautiques est permise seulement si les conditions opérationnelles le permettent et sont signalées par les services municipaux.

www.ipreunion.com - 31 aout 2016 _ 07h20_ Projet "Cap Requins 2" - Un requin tigre de 3 mètres pêché dans la baie de Saint-Paul

Ce mercredi 31 août 2016, un requin tigre de 3 mètres a été pêché dans la baie de Saint-Paul à 7h20 ce matin. Il s'agit d'un mâle.
Le prélèvement s'inscrit dans le cadre du projet "Cap Requins 2". Le squale a été pêché sur la drumline du Cap de Marianne.
Pour rappel, une attaque de squale a eu lieu à Boucan-Canot ce samedi 27 juillet 2016. Un bodyboardeur a été mordu par un requin. Le dispositif post-attaque a immédiatement été déclenché et a pris fin ce mardi soir. Un requin bouledogue de 2 mètres 90 a été prélevé à Boucan, hors des filets de protection.

Mercredi 31/08/2015 - JIR - Le requin pêché n'est pas celui qui a attaqué
SAINT-PAUL. On a appris hier qu'un requin a été pêché lundi soir au large de Boucan Canot, dans le cadre du dispositif post-attaque déclenché samedi soir.
Il s'agit de la première prise réalisée depuis l'attaque qui a valu à un surfeur de 21 ans la perte de son bras droit et de sa jambe droite, mordu à deux reprises par un squale. Si le requin attrapé lundi vers 21h face à Boucan par une palangre verticale avec alerte de capture est bien un requin bouledogue semblable à celui impliqué dans l'accident, cette femelle de 2,96 m n'est pas l'animal responsable.
LES GENDARMES VONT PLONGER
Une autopsie réalisée hier midi a permis en effet de conclure qu'il ne s'agissait pas du spécimen ayant causé les graves blessures de Laurent Chardard, un Étang-saléen de 21 ans. Le dispositif post-attaque a été levé hier soir à 18h. Toujours hier, les équipes de Seanergie chargées de la maintenance du filet anti-requin ont fait survoler la zone de baignade et d'activités nautiques par un drone équipé en vidéo. Objectif : s'assurer qu'aucun squale ne se trouvait encore dans le secteur, afin de sécuriser au maximum l'intervention des scaphandriers qui devront inspecter le filet et réparer notamment la déchirure de 2X3 m à l'origine de l'interdiction de baignade prononcée samedi matin, le jour de l'attaque. Une inspection à laquelle pourraient se joindre les plongeurs de la brigade nautique de la gendarmerie, qui envisagent de plonger au niveau du filet pour dresser les constatations nécessaires à l'enquête en cours.
L'inspection pourrait avoir lieu dès aujourd'hui, sous réserve de conditions de mer et de météo favorables, mais il faudra encore patienter pour connaître la nature et la durée des travaux nécessaires. Les prévisions optimistes n'évoquent pas de réouverture de la zone de baignades avant la semaine prochaine.
Le dispositif post-attaque, d'une durée prévue de 72 heures, a été levé hier à 18h. Deux navires de pêche professionnelle mobilisés pour l'opération se sont relayés sur le secteur, tandis que des dispositifs de capture, à l'intérieur et à l'extérieur des filets de la zone d'expérimentation de Boucan-Canot ont été mis en place.
La préfecture invite chacun à "la prise de conscience du danger" et appelle au respect de son arrêté interdisant la baignade et les activités nautiques dans la bande des 300 m, hors lagon et zones d'expérimentation lorsque celles-ci sont opérationnelles.
S. G.


Filets anti-requin : 20 000 euros pour les baisser et les relever
Le requin qui a attaqué le jeune surfeur samedi à Boucan-Canot a-t-il pu passer par-dessus le filet et non à travers le trou de deux mètres constaté le matin même ? La question taraude de nombreux habitués de cette plage, surfeur, bodyboarders et baigneurs (lire notre édition d'hier). Pour des raisons évidentes, on ne saura jamais comment le squale est entré et sorti dans la zone protégée.
Le débat qui a surgi depuis ce drame est aussi de savoir pourquoi avoir maintenu le filet en place alors qu'une interdiction d'activités nautiques était en vigueur. Et pourquoi le filet des Roches-Noires était baissé et pas celui de Boucan-Canot. Pour certains usagers, il conviendrait de « clarifier les règles d'interdiction ».
Face à ces questions, la mairie de Saint-Paul, gestionnaire des installations, rappelle que le drapeau rouge reste la seule indication régissant les activités nautiques. L'interdiction était donc très clairement signalée samedi après-midi. Et les MNS avaient répété à plusieurs reprises le danger de se mettre à l'eau.
S'agissant des filets, la mairie de Saint-Paul explique que les conditions n'étaient pas requises pour qu'ils soient baissés à Boucan Canot : « Météo France annonçait un train de houle de 3 mètres à Boucan. Or la décision de baisser les filets intervient à partir d'une houle de 4 mètres ». Pour la commune, l'opération de baisser et de remonter les filets est loin d'être anodine. Elle dure trois jours et coûte 20 000 euros sur le site de Boucan, et la même somme aux Roches-Noires. Ce qui explique que la décision n'est prise qu'à partir d'une houle de 4 mètres. Face à de telles conditions météo, les assurances ne prennent plus en charge les dégâts causés par les vagues si les filets ne sont pas baissés.
Autre point d'interrogation : pourquoi les filets étaient baissés aux Roches-Noires et pas à Boucan. « Aux Roches-Noires, Météo-France avait annoncé un train de houle de 4,5 à 5,5 mètres, indique la mairie. La décision a été donc été prise. Elle ne s'imposait pas pour la plage de Boucan qui était plus protégée ».

clicanoo - Samedi 3 septembre 2016 - 05:47 Faits-Divers - Procédure contre des surfeurs : le restaurateur victime de menaces

Le restaurateur de Boucan qui avait annoncé une procédure contre les surfeurs qui s'étaient mis à l'eau, samedi, au moment de l'attaque de requin, va renoncer à son action. Depuis, il fait l'objet de menaces et d'intimidations.
La pression, les menaces et les insultes l'ont contraint à renoncer. En début de semaine, Pierre Bodereau, le patron saint-gillois des restaurants Ti-Boucan et Bodega 974, avait annoncé la création d'un collectif de commerçants et de restaurateurs afin d’initier une procédure civile contre les surfeurs qui se trouvaient dans l'eau, samedi dernier au moment de l'attaque de requin, malgré l'interdiction en vigueur.
En colère, le chef d'entreprise dénonçait le comportement intolérable « d'hurluberlus qui prennent tous les risques » (lire le JIR de jeudi). Avec des conséquences « inadmissibles ». Pour le jeune surfeur très grièvement. Il a été amputé de la jambe et du bras droit et mordu à la main gauche et jambe gauche. Mais aussi pour toute l'économie locale. Selon lui, ce nouveau drame va replonger les établissements de Boucan dans le marasme de la crise de 2011. Avec la clé des licenciements. « Regardez, aujourd'hui à midi, la plage est vide. Les restaurants sont vides, nous déclarait-il mercredi dernier. Depuis dimanche, le chiffre d'affaires des commerces est divisé par deux ».
Précisant qu'il compatissait à la douleur du jeune surfeur, Pierre Bodereau avait expliqué aussi que cette procédure civile était « symbolique ». Avec pour toute demande, l'euro symbolique.
Cette prise de position publique a été vécue comme une déclaration de guerre et un manque de respect de la jeune victime par une partie des pratiquants du surf. Depuis Pierre Bodereau est victime d'une campagne de dénigrement sur les réseaux sociaux, de boycott, et de harcèlement. En quelques clics, on peut tomber sur des torrents d'insultes et de promesses de vengeance. Les messages les plus virulents, postés sous des pseudos, contiennent des menaces de violences, des intimidations ou des injonctions à quitter la Réunion.
                             Campagne de dénigrement sur Tripadvisor
Le restaurateur et ses deux établissements sont également la cible d’attaques sur le site très populaire de conseils aux voyageurs Tripadvisor. Une avalanche de commentaires calomnieux ont été publiés en quelques heures.
Enfin, certains ont choisi de nuire aux deux restaurants en passant plusieurs réservations bidon pour la même soirée afin de faire plonger leur chiffre d'affaires.
Face à un tel climat, le restaurateur se trouve bien seul aujourd'hui. Les soutiens de son collectif embryonnaire ont disparu. Contacté par téléphone, Pierre Bodereau a refusé de nous répondre sur ces menaces et ces intimidations. « Aujourd'hui, je veux calmer les choses », indique-t-il. Face à un climat aussi délétère, il renonce à sa procédure. Pierre Bodereau dit avoir agi sous le coup de la colère. Et considère que ses propos ont pu heurter le jeune surfeur et sa famille. « Je leur présente mes excuses ». Une association, Océan Prévention Réunion, a même exigé de lui des excuses publiques. Devant une telle pression, le restaurateur va bien devoir se plier à l'exercice.                            Jérôme Talpin

par www.ipreunion.com - le 3 septembre 2016 à 15:00 - Attaque de requin : Sa colère passée, le propriétaire du Ti Boucan présente ses excuses

Après avoir fait la Une des médias, Pierre Bodereau propriétaire du restaurant le Ti Boucan à Boucan Canot (Saint-Paul), tient à présenter des excuses publiques. Après l’attaque de requin survenue le 27 août dernier, l’homme avait passé un coup de gueule, et voulait porter plainte contre la jeune victime amputée d’un bras. Sa colère était nourrie par le retour de la crise requin et la baisse significative de l’activité juste après l’attaque. Lors du point presse tenu dans son établissement ce samedi 3 septembre, les terrasses du front de mer de Boucan, à l’instar de la plage, étaient désespérément vides.
"Je regrette du fond du coeur ce que j’ai dit". Tels ont été les propos de Pierre Bodereau, le propriétaire du restaurant le Ti Boucan situé à deux pas de la plage de Boucan Canot. Ce dernier, "sous le coup de la colère" avait menacé de porter plainte contre la victime de la dernière attaque de requin, attaque qui a ravivé les blessures causées par 5 ans de crise requin dont ont beaucoup soufferts les commerces aux abords des plages de l’Ouest.
"Je présente toutes mes excuses à la famille et à son entourage" a-t-il exprimé lors d’une conférence de presse tenu ce samedi. Son "coup de gueule" lui a valu la Une jusque sur les médias nationaux, "polémique" qu’il n’avait pas vu venir.

Zinfos974.com - Jeudi 8 Septembre 2016 - 10:46 - Société - Eric Dargent, amputé après une attaque de requin, crée une prothèse pour les sports de glisse

Eric Dargent, amputé après une attaque de requin, crée une prothèse pour les sports de glisse
Il a été attaqué par un requin en 2011 à Grand-Fond puis amputé de la jambe gauche. Aujourd’hui, le voilà qui présente une nouvelle prothèse lors des 4e Rencontres du progrès médical organisées à l’institut Pasteur. Eric Dargent, champion de surf, a créé une prothèse de genou adaptée aux sports de glisse.
Il avait compris qu’il y avait un trou dans le marché des prothèses lorsque les médecins lui avaient annoncé la fin de sa carrière sportive en 2011 et que celles qu’il portait ne lui convenaient pas sur la planche de surf.
Ce père de famille de 39 ans a donc conçu, avec l’aide du snowboardeur Patrick Barattero, lui aussi amputé, une prothèse ne pesant que 1,2 kilo, avec un amortisseur et des tendons flexibles. Le coût de la prothèse : 3.500 euros contre les 10.000 euros pour les modèles classiques.
Il continue ainsi à poursuivre sa passion. L’année dernière, il a remporté les Championnats de France handisurf.

www.ipreunon.com - 09/09/2016 - 6h30 - Le centre de ressources et d'appui a tenu son deuxième conseil d'administration- Risque requin - Augmentation des amendes et gendarmes à jet-skis

Ce jeudi 8 septembre 2016, le centre de ressources et d'appui sur le risque requin a tenu son conseil d'administration. C'est le second depuis la création de l'association. Lors de cette réunion, Olivier Bielen a été nommé directeur et de nouvelles pistes de travail ont été évoquées. Une augmentation des amendes envers les contrevenants ainsi que la mise en place de gendarmes à jet-skis pourraient ainsi entrer en vigueur.
C'est en présence du sous-préfet de Saint-Paul, Frédéric Carre, que de nouvelles pistes de travail concernant le risque squale ont été abordées. Le centre de ressources et d'appui, qui accompagne les projets de sécurisation des collectivités, compte renforcer les mesures mises en place. Car l'île n'est pas encore sortie de la crise requin : la dernière attaque a eu lieu à la fin du mois d'août dernier. Un bodyboardeur a été happé par un squale alors qu'il était dans l'eau avec des amis. Le drapeau rouge était alors levé, le filet étant endommagé par un trou.
Après retour d'expérience, le filet présentait quelques jours après trois trous supplémentaires, selon les informations de Patrick Floèrs, adjoint au maire de Saint-Paul. Si le dispositif n'est pas prêt d'être abandonné, celui-ci doit s'améliorer, notamment sur la question de la houle. "C'est à l'entreprise Synergie - qui fabrique les filets - de trouver une solution", estime Patrick Florès. Ce dernier souhaiterait voir un agent assermenté sur la plage le jour où la flamme rouge est hissée.
Lors de ce conseil d'administration, le centre de ressources et d'appui du risque requin a notamment évoqué ces filets anti-requins dressés à Boucan et aux Roches Noires. Un dispositif semblable pourrait être mis en place sur le spot des Trois Bassins, bien que le relief du site soit différent de celui de Saint-Paul. Si le projet vient à se concrétiser, l'association pourrait mutualiser les moyens afin d'en réduire les coûts.
Désormais à la tête du centre, Olivier Bielen compte explorer davantage de "dispositifs innovants". Ballon à l'hélium, sonar, caméras sous-marines, autres types de filets... "On dispose d'une enveloppe dédiée de 200 000 euros pour faire ces tests et valider ou pas ces dispositifs" précise le directeur. Son objectif est de se coordonner le mieux possible avec les partenaires publics et de "construire une expertise pour réduire le risque requin à La Réunion".
La question de la pêche en zone de protection renforcée a également été posée sur la table lors de ce conseil d'administration. Le CRA pourrait en effet solliciter une nouvelle fois la Réserve marine après que l'arrêté pris par le Préfet, autorisant le prélèvement de squales dans la zone ait été suspendu.
Autres mesures qui pourraient entrer en vigueur : la mise en place de gendarmes à jet-skis ainsi que la possibilité d'assermenter un membre des forces de l'ordre en cas de drapeau rouge. Les amendes envers les contrevenants, fixées à 38 euros, pourraient également connaître une augmentation.
Côté administratif, la structure a été enrichie par deux nouveaux membres, provenant de l'Université et de la mairie de Saint-Pierre qui seront à disposition des besoins de l'association. Deux salariés intègreront l'équipe ce jour. Une commission innovation et une autre scientifique, encadreront les différents travaux. En tout, 17 membres actifs constituent le centre de ressources.

www.ipreunon.com - 09/09/2016 - 6h30 -Tribune libre de Arnaud Berziou - Méthologie de la désinformation de la crise requin

Le collectif de Jean-Bernard Galves n'est pas content ! Fâché qu'on ne les écoute pas, qu'on ne les écoute plus, eux et les scientifiques de la réserve dont ils sont si proche. Pourtant si l'on suit leur prose tout est clair comme de l'eau de roche.
L'état en pêchant dans les zones récifales mettrait les citoyens en danger ? C’est pourtant grâce a l'action des associations environnementales qu’aucun moyen de pêche n'a pu être déployé dans les zones de protection renforcées de la réserve marine suite aux recours présenté en mai 2016. Il n’y a donc aucune pêche dans les ZPR de la réserve marine qui englobe la totalité des zones d’activité humaine dans l’ouest.
Qu'importe que les drumlines ne soient appatées que la nuit, 4 jours seulement en semaine et a 8 kms de la zone de la dernière attaque! Q'uimporte que les attaques aient commencé 4 ans et demi avant leprogramme cap requin 2 lancé en septembre 2015 Qu'importe que le porte parole de ce collectif ai lui même vanté les mérites de ces drumlines comme étant des engins de pêche respectueux de l'environnement et permettant de protéger les usagers nautiques !
Jean bernard Galves et les associations qu’il représente sont fâché ! Est ce parce qu’à force de dire tout et son contraire plus personne n'écoute leurs cris d’orfraie ? Si les drumlines sont si dangereuses pourquoi l'IRD principal fournisseur des conseillers scientifiques de la réserve et de ses directeurs(trices) l'a t-il utilisé largement lors du programme CHARC, programme pourtant salué par ces associations environnementales ? N’y a t-il pas un défaut dans leur logique ?
Ce porte parole qui reproche au préfet, au CRPMEM et aux association de protection des usagers leur manque de méthode est pourtant un expert : plongeur bouteille , scientifique autoproclamé , pêcheur de requin , l'homme se découvre une vocation : la protection des requins
Pour se faire il propose en 2013 des méthodes de protection des spots à partir d'ondes sonores. La méthode est prouvée empiriquement ! Sont elles approuvées par une quelconque méthode ? Pas de soucis les Réunionnais pourront le tester à grande échelle ! Dans un article paru le 15 avril 2013 le journaliste cite Jean-Bernard Galves : "Dans ses cartons, Jean-Bernard Galvès a une solution, même si elle reste à expérimenter "à une grande échelle" de son propre aveu, qui consiste à utiliser des ondes sonores pour éloigner les requins."
Bel méthodologie en effet ! Il s’avère que justement ce type de répulsif a été testé récemment aux Bahamas avec des résultats pour le moins peu probant les squales étant d’abord repoussé pour ensuite s’habituer au signal.
Quelques mois plus tard suite aux recommandations des associations écologistes le concept de drumlines intelligentes est conçu par les ''acteurs de prévention du risque requin. D'une simple bouée équipée d'un hameçon et d'un corps mort , l'engin inventé intègre une balise GPS et un système d'appel GSM afin de permettre la relâche rapide de toutes les prises accessoires . L'équipement est couteux et lourd a mettre en œuvre mais au regard du bénéfice écologique ce cout est, sans le moindre doute, acceptable !
Les tests effectués en baie de St Paul sous le contrôle de balise CHARC et de caméras posés par l'IRD démontre la non attractivité de ces engins de peche (on ne constate aucune différence de fréquentation des sites que les drumlines soient appatées ou non). Cela n’empêchera pas ce collectif d’arguer depuis des mois que ces dispositifs seraient la principal cause d’attractivité des requins. Pourtant ces engins de pêches n’ont été déployés sur la cote ouest que depuis septembre 2015 !
Dans un courrier de ce collectif du 15/04/2013 les fameuses drumlines deviennent soudain inefficaces et couteuses. La méthodologie d'alors n'avait elle pas été conclu avec les scientifiques dans le cadre des CO4R ? N’est ce pas dans le cadre d'un consensus avec ces mêmes associations écologistes que ces drumlines ont été inventés pour protéger la faune ?
Pire nos associations nous apprennent en aout 2014 que les drumlines seraient susceptibles de tuer des baleines, propos que confirme M.Galves.
La photo d'une baleine accrochée à une bouée fait le buzz pendant quelques jours. Qu'importe qu'aucune des 4 drumlines en test en baie de st paul ne soient manquantes et que la bouée de la photo ne ressemble absolument pas aux bouées de Caprequin! Qu’importe que depuis lors aucune baleine n’est été blessée ou tuée depuis lors par une drumline : Caprequin est coupable sans aucun doute !
Depuis l’interdiction préfectorale de juillet 2013 plus besoin de chercher de cause aux attaques ! Le non respect d’une interdiction se suffit à lui-même pour porter l’opprobre sur les victimes. On n’attend plus désormais que l’opinion s’habitue à la situation en détournant son regard.
Comment ce collectif et ces scientifiques de la réserve marine peuvent il avoir le culot de mettre en cause des drumlines dont ils ont eux même refusé récemment la pose en face du spot de boucan . Pourquoi avoir créé des zones de protection renforcée dans les seules zones où il y avait des activités humaines ? Qu'importe que la méthodologie ne soit pas le fort de Mr Galves, de son collectif ni des scientifiques qui les soutiennent. Pour le coup c’est leur logique qui m'échappe !
On constate avec le recul que ce collectif qui a systématiquement dit tout et son contraire , exagéré des faits , menti sur d’autres avec pour seul but de contredire toute tentative de sécurisation en stigmatisant aupassage une catégorie de population soit disant responsable de tout les maux est toujours avide de polémiques et de contre vérités divisant, attisant l’opinion sans jamais proposer de solutions. On en vient à reprocher aux victimes la baisse du tourisme, un comble d’hypocrisie venant de gens qui au mieux n’ont rien fait !
Comment ce collectif justifie t’il leur inaction dans la situation exceptionnelle que nous vivons ? Toutes ces associations environnementales n’ont-elles pas d’autres intérêts cachés en soutenant systématiquement les avis du conseil scientifique de la réserve marine malgré les morts et le manque de solution concrète proposé par ce dernier ? Bernard Seret et l’IRD ont vendu cette réserve comme un formidable outil pour le tourisme réunionnais ! 10 ans plus tard le bilan est sombre, entaché par le sang des victimes de l’expérimentation de nos apprentis sorciers pays !  Arnaud Berziou

Zinfos974.com - Vendredi 9 Septembre 2016 - 13:22 - Faits-divers - Deux requins prélevés ces trois derniers jours

Ce mercredi à 1h40 au large de Trois Bassins, un requin bouledogue a été pêché. Le spécimen est un mâle mesure 2m20. Le deuxième est un requin tigre mâle de 2m60 et il a été prélevé dans la baie de Saint-Paul, ce vendredi à 00h19. Les deux squales ont été prélevés dans le cadre du projet "Cap Requins 2".

Zinfos974.com - Jeudi 13 Octobre 2016 - 16:06 - Société - Talon Bishop: Le Procureur classe la plainte sans suite

La mère de Talon Bishop, décédée à l'Etang-Salé le 14 février 2015 suite à une attaque de requin, a décidé de porter plainte "contre la commune de l'Etang-Salé, son Maire en exercice, Jean-Claude Lacouture, ainsi que tout autre personne que l'enquête pourrait révéler". Le Procureur a finalement décidé de classer la plainte sans suite:
Après examen de la plainte déposée pour mise en danger de la vie d'autrui et homicide involontaire suite au décès de Mlle Talon Bishop le 14 février 2015, il a été décidé de la classer sans suite dans la mesure où les infractions dénoncées n'apparaissent pas suffisamment caractérisées.
En effet, l'accident est survenu :
1. Dans une zone : où la baignade était interdite en vertu de l'arrêté préfectoral du 28/08/2014 (référencé AP 4299-2014 et qui reconduisait les trois précédents pris depuis le 26/07/2013) qui interdisait notamment la baignade dans la bande des 300 mètres du 15/09/2014 au 15/02/2015 sauf dans le lagon et dans les zones aménagées et surveillées définies par arrêté municipal ; cet arrêté préfectoral a été reconduit par un autre arrêté du 13/02/2015 (AP 187-2015) qui a prolongé l'interdiction du 15/02/2015 au 15/02/2016 ; non aménagée et non surveillée, le poste de secours de la plage de l'Etang Salé les Bains étant distant d'environ 2 kilomètres et en tout état de cause non occupé à l'heure où les faits se sont produits ;
2. Alors que l'interdiction de baignade et le danger lié à la présence de requins étaient : signalisés de façon visible et explicite par plusieurs panneaux à la Ravine Mulla (parking et plage), fortement et régulièrement médiatisés, en particulier à l'occasion de la reconduction des arrêtés préfectoraux interdisant la baignade, annoncés depuis plusieurs mois à l'arrivée à la Réunion par les compagnies aériennes desservant l'île (Talon Bishop était revenue à la Réunion le 09/11/2014.
3. Dans un lieu réputé pour être dangereux, une attaque étant survenue à proximité le 26/10/2013.

Zinfos974.com - Vendredi 14 Octobre 2016 - 14:21 - Laurence Gilibert - Société - Boucan Canot: "Il serait irresponsable d'autoriser la baignade avec les filets en l'état"

Les filets ne sont toujours pas opérationnels à Boucan Canot et la baignade et les activités nautiques restent interdites jusqu’à nouvel ordre a annoncé la mairie de Saint-Paul ce vendredi.
"Nous ne voulons pas mettre en danger les usagers"
"Prendre une telle décision (de réouverture, ndlr) aurait été irresponsable. Nous ne voulons pas mettre en danger les usagers", précise Patrick Florès, conseiller municipal en charge du dossier requins.
Pour rappel, suite à la dernière attaque du 27 août, une phase d’enquête réglementaire avait été amorcée.
L’entreprise missionnée par la ville pour l’entretien des filets, Seanergy, n’a pu procéder aux travaux d’usage et au renforcement du dispositif avant le 10 septembre. Il a alors été constaté que le dispositif était déchiré au niveau de l’hôtel Saint-Alexis. Les dégâts s’étaient aggravés sur les filets depuis l’attaque, des câbles ayant cédé à plusieurs endroits.
Des travaux nécessaires sur les filets
Le 8 octobre, premier jour des vacances et après pas moins de 19 plongées, Seanergy annonce la fin des travaux et laisse la main à la cellule d’inspection des filets et de surveillance des activités nautiques (Cisan) relevant de la municipalité et composée de 16 plongeurs. À ce moment, la rumeur de réouverture du site au public circule.
Mais suite à une inspection poussée, le Cisan fait part de ses réserves concernant la piscine de Boucan Canot et du Saint-Alexis. Pour l’équipe, des travaux supplémentaires sont nécessaires.
"On ne peut pas admettre de l'approximation sur la tenue de ces filets" ajoute Jean-Louis Nativel, le Directeur Général des Services.Par mesure de précaution, la mairie préfère donc pour le moment maintenir l'interdiction. Les plongeurs ne pouvant pas intervenir avant mardi prochain à cause de l’épisode de houle en cours, il ne sera possible d’établir un rétro-planning qu’à ce moment.
"Ce n’est évident ni pour les commerçants qui doivent faire face à une plage parfois déserte, ni pour les usagers de la mer, frustrés de ne pas pouvoir entrer dans l’eau, surtout en période de vacances scolaires. Mais prendre la décision d’ouvrir l’espace aux usagers est irresponsable. Nous ne voulons pas alléger le dispositif" explique Patrick Florès.
Des moyens supplémentaires
La mairie annonce d’ores et déjà que lorsque la réouverture du site sera décidée, des mesures complémentaires seront mises en place au fur et à mesure. Un drone sera ainsi mis à disposition pendant une quinzaine de jours afin de mesurer l’efficacité de cet appui technologique. La cellule de surveillance doublera ses sorties de vérification des filets au cours de la journée. Actuellement, la vérification des filets ne s’opère que le matin. Une deuxième ronde, dans l’après-midi, sera effectuée pour s’assurer que les filets ne se sont pas dégradés ou déchirés. L’effectif du personnel d’observation et d’alerte sera également renforcé. Enfin, une caméra permettant de vérifier les conditions de mer sera installée.
"Il y a des intérêts trop importants en jeu pour avoir une politique comptable. La commune a le budget nécessaire" conclut Jean-Louis Nativel. L'enveloppe dédiée au contrat d'entretien s'élève à 600.000 euros, dont 300.000 euros de subventions accordées par la Région.

par www.ipreunion.com - le 14 octobre 2016 à 14:19 - Boucan-Canot - Roches Noires : baignade et activités nautiques restent interdites

Pas de chance pour les vacanciers amateurs des plages de l’ouest. La baignade et les activités nautiques sont toujours interdites à Boucan Canot : les filets sont toujours non opérationnels. Pour cause de forte houle, l’entreprise spécialisée ne pourra pas intervenir avant mardi prochain.
Si l’espoir était permis après que Synergie, l’entreprise fabricante des filets de protection ait effectué des réparations après l’attaque du mois d’août dernier, le cellule d’intervention et de surveillance des activités nautiques en a décidé autrement.
En effet, après inspection, certaines mailles du filet (devant à l’origine mesurer 40 centimètres sur 40) sont anormalement plus grandes, atteignant parfois 80cm sur 40. Si pour l’entreprise, ces défauts sont des problèmes mineurs, la mairie de Saint-Paul ne veut prendre aucun risque et attend l’intervention de la société mandatée. Cette dernière ne devrait pas intervenir avant mardi 18 octobre, en raison de la houle annoncée.
De son côté, Patrick Florès est visiblement déçu. Il aimerait un peu plus de réactivité de la part de Synergie. A noter que les réparations, qui s’élèvent à 600 000 euros, sont comprises dans le contrat de maintenance passé avec la mairie, renouvelé en septembre dernier.
Et si, on se demandait pourquoi le contrat entre la commune et Synergie avait été reconduit malgré les défaillances constatées, c’est parce qu’il a été signé 3 mois avant la date butoir, soit en juillet, un mois avant la dernière attaque de squale.
Pour l’heure, les filets de Boucan Canot sont non-opérationnels, tout comme ceux des Roches Noires, qui avaient bénéficié d’une attention moindre après l’accident. Il manque aujourd’hui un gros morceau du dispositif, notamment la partie qui revient vers la plage.
Aucun calendrier d’intervention n’a été fourni par Synergie, et dans ce cadre, aucun calendrier permettant de programmer un retour à la baignade, et aux activités nautiques.
Par ailleurs, dès l’ouverture de la plage, une nouvelle surveillance devrait être mise en place, à l’aide de drones, caméras et sonars, dans le cadre de la zone d’expérimentation (ZONEX).
Pour rappel, la dernière attaque de requin a eu lieu à Boucan-Canot le samedi 27 août. Un trou de près de trois mètres dans les filets avait été constaté dans la matinée.

www.ipreunion.com - mardi 18 octobre 2016 - 11 h - Accueil - Actus Reunion - Un requin tigre de 3,95 mètres a été pêché ce lundi, à l'Etang-Salé

Un requin tigre mâle a été pêché, ce lundi 17 octobre 2016, à 5 heures du matin, dans les eaux de l'Etang-Salé. Le squale mesurait 3,95 mètres. Ce prélévement a été effectué dans le cadre du Projet "Cap Requins 2". (photo d'illustration)
C'est le quatrième squale prelevé depuis le début du mois d'octobre. Le dernier prélèvement datait du 13 octobre dernier, cette fois dans la Baie de Saint-Paul. Il s'agissait également d'un requin tigre, une femelle de 3,18 mètres.
Une femelle bouledogue de 3 mètres, a également été prélevée mardi 4 octobre à 20h50, au large de Sainte-Marie. Enfin, une femelle tigre de 3,90 mètres, a été capturée dans la nuit de mercredi à jeudi 6 octobre, devant les Roches Noires.A n
A noter qu'à ce jour, les filets anti-requins sont toujours abaissés sur les plages de Boucan Canot et Roches Noires.

Zinfos974.com - Mardi 18 Octobre 2016 - 12:15 - Société - Boucan Canot: Seanergy répond à la mairie sur la réparation des filets

Suite à la conférence de presse de la mairie de Saint-Paul vendredi dernier au sujet des filets de la plage de Boucan Canot, la société Seanergy, responsable des réparations, répond. La commune avait en effet jugé le niveau de sécurité insuffisant après les travaux de réparation.
La société tient aujourd’hui à apporter des précisions. Pour Dominique Thirel, fondateur et gérant de Seanergy, "tous les moyens prévus dans le cadre de la tranche ferme du contrat sur l’installation des filets ont été mis en place. Pour l’abaissement des filets, les équipements sont mobilisables sous douze heures maximum, à savoir deux navires et une barge équipée d’une grue ainsi qu’une douzaine de scaphandriers qui interviennent dans des conditions souvent dangereuses, le tout étant essentiel pour une maintenance rapide et efficace".
Selon la société, la mairie n’y serait pas pour rien dans cette affaire : "Malgré notre dernière recommandation du 22 août 2016, la mairie n’a pas jugé opportun d’ariser les filets de Boucan Canot malgré l’épisode prévisionnel de houle. Or, lorsque les filets sont utilisés comme il se doit, il n’y a pas de problèmes, comme le montrent les statistiques issues du logiciel de gestion commun, mairie/entreprise attestant que 93% des filets posés et entretenus par Seanergy sont opérationnels," précise-t-il.
                                   Du travail en plus pour Seanergy, non facturé à la mairie
Autre précision : 20% de surface de filet en plus, ce qui augmente la charge de travail. Un travail supplémentaire non facturé. "La commune nous a demandé d’ajouter 20% de surface au-delà du contrat initial, ce que Seanergy a réalisé. Néanmoins ce sont les frais de maintenances liés à ce volume de travail supplémentaire qui ne nous sont pas réglés créant un déséquilibre financier pour l’entreprise. Le volume de travaux lié à la maintenance correspondante nous amène parfois à tripler le nombre de jours d’intervention d’entretien et réparation, quatorze jours au lieu de cinq en septembre par exemple. Notre entreprise ne discute pas sur la sécurité comme peuvent le laisser entendre certaines allégations des services de la mairie parues dans la presse vendredi, puisque nous avons pris à notre charge ces coûts non prévus et non facturés à la collectivité, ce qui représente une part non négligeable pour notre activité," explique Dominique Thirel.
Il ajoute: "Les derniers travaux réalisés sur les filets et livrés le 8 octobre dernier ont permis de remettre à l’identique les équipements sous-marins tel que livrés à la mairie le 12 décembre 2015".
Seanergy précise enfin que la commune doit également lancer une tranche conditionnelle de travaux afin d’améliorer la sécurité : équipements de surveillance à distance et électronique sous-marine tels des sonars ou des caméras. La société se dit prête à deviser ces travaux supplémentaires.

par www.ipreunion.com - le 20 octobre 2016 à 15:19 - Étang-Salé : un squale observé, les drapeaux "rouge requin" et "orange baignade" hissés

Un requin a été aperçu ce jeudi 20 octobre 2016, sur la plage de l’Etang-Salé, lors de la patrouille matinale des Maîtres Nageurs Sauveteurs. Les drapeaux " rouge requin " et " orange baignade " sont donc en vigueur sur l’ensemble du site.

IPR - 20/10/2016- Accueil - Actus Reunion - Un requin bouledogue prélevé -

Le 18 octobre 2016, un requin bouledogue d'une taille de 2,60 mètres a été prélevé des eaux de Saint-Gilles les bains (Saint-Paul). Le squale était un mâle. La pêche a été effectuée dans le cadre du pal CapRequins 2.

www.ipreunion.com - 31/10/2016 - 12h- Accueil - Attaques de requins - Quatre requins prélevés au cours de la semaine derniere

Quatre requins ont été prélevés au cours de la semaine dernière, dans le cadre du projet Cap Requins. Les squales ont été pêchés à Sainte-Marie, Saint-Leu, Saint-Pierre et Saint-Paul. Ces captures portent à 9 le nombre de squales prélevés en octobre 2016
La dernière prise date d'hier soir, dimanche 30 octobre, à 19h45. Une femelle bouledogue de 3 mètres a été pêchée à Sainte-Marie, au large de l'aéroport Roland-Garros.
Les autres squales ont été prélevés sur la côte ouest et sud : une femelle bouledogue de 3 mètres à Saint-Leu, face au spot de la Torture, le jeudi 27 octobre à 22h25, un mâle bouledogue de 1,65 m, à peu près à la même heure (22h40), à Saint-Pierre, au Pic du Diable,
La semaine dernière avait débuté avec le prélèvement, mardi 25 octobre à 21 heures, d'un requin tigre mâle de 3,18 m à la Baie de Saint-Paul. La précédente capture datait du 18 octobre.
Au total, 9 squales ont été prélevés depuis le début du mois d'octobre 2016

www.ipreunion.com - 01/11/2016 - Accueil - Actus Reunion - Deux squales prélevés en deux jours

Ce lundi 31 octobre et ce mardi 1er novembre 2016, deux squales ont été pêchés dans le cadre du programme Cap Requins. Il s'agit d'un requin tigre en Baie de Saint-Paul ainsi que d'un requin bouledogue à Saint-Louis, en face de l'Étang du Gol.
Au cours de la semaine dernière, quatre requins avaient déjà été prélevés. Ce lundi 31 octobre, c'est un requin bouledogue d'1 mètre qui a été pêché à 00h30 face à l'Étang du Gol, à Saint-Louis. Aujoud'hui, un requin tigre a été pêché en baie de Saint-Paul, à 2h05. Le squale mâle mesurait 3 mètres 60.
Au mois d'octobre, 10 requins ont été prélevés au total.

www.ipreunion.com - 05/11/2016 - Accueil - Actus Reunion - Baie de Saint-Paul : 3 squales prélevés en une journée - Cap Requins - Baie de Saint-Paul : 3 squales prélevés en une journée

Ce jeudi 3 novembre 2016, trois requins ont été prélevés dans la baie de Saint-Paul. Cela porte à 4 le nombre de squales pêchés depuis le début du mois dans le cadre du projet Cap Requins.
Les trois squales ont été prélevés dans l'Ouest, sur la Baie de Saint-Paul, ce jeudi 3 novembre.
Le premier a été pêché au milieu de la nuit, à 00h50. Il s'agit d'un requin tigre femelle de 3 mètres 85. Quelques temps après, à 2h05, c'est un requin tigre mâle de 3 mètres 65 qui est également prélevé.
Une femelle bouledogue de 2 mètres 8 a ensuite été capturée vers 16h55.
Cela porte à 4 le nombre de squales pêchés depuis le début du mois de novembre. En octobre, ils étaient 10 au total.

Zinfos974.com - Lundi 7 Novembre 2016 - 19:15 - Marine Abat (marine.abat@zinfos974.com) - Politique - L'opposition de St-Paul prête à débattre avec Patrick Florès, "quand il veut, où il veut"

Scandalisés, les membres de l'opposition municipale de Saint-Paul ont donné une conférence de presse ce lundi pour dénoncer les propos insultants prononcés à leur égard par un élu de la majorité. L'occasion également de faire le point sur la gestion du risque requin par la commune.

Guylain Moutama, Emmanuel Séraphin et Charles Moyac

L’opposition municipale de Saint-Paul est remontée. La cause : des propos injurieux prononcés à l’égard de ses membres par un élu de la majorité lors du dernier conseil, à l'occasion des débats sur le risque requins. "Un comportement inacceptable" dénoncé ce lundi par Emmanuel Séraphin, Guylain Moutama et Charles Moyac.
"Un élu de la République utilise la grossièreté et l’injure pour fuir ses responsabilités" s’indigne Emmanuel Séraphin, désignant Patrick Florès, l’adjoint de quartier de Saint-Gilles. "Nous jouons notre rôle, en posant des questions sur le flou du dispositif actuel et en faisant des propositions d’amélioration. En nous insultant, ce sont les Saint-Paulois qu’il insulte" poursuit-il, appelant au respect de l’opposition. L’élu PLR explique avoir consulté un avocat pour décider des suites à donner.
"Sur les réseaux sociaux, cela continue...", précise-t-il. Charles Moyac (EELV) indique lui aussi avoir été victime d’attaques sur le net "de la part de Patrick Florès et de ses amis". "On me traite d’imbécile, de faux-cul… Nous sommes dans les eaux troubles de la politique !"
                              Des manquements dans la mise en place du dispositif ?
Pour les membres de l’opposition, les élus de la majorité perdent leur sang-froid alors qu’ils semblent découvrir la complexité du dossier. "S'ils avaient été si bons que ça, ils ne seraient pas si fébriles", tacle en effet l'élu PLR, rappelant au passage que les MNS ont joué un grand rôle dans la sécurisation, en proposant notamment la première version des filets, même si "beaucoup s'en attribuent le mérite".
Emmanuel Séraphin en profite ensuite pour évoquer une requête de la Région, demandant à ce que "tous les moyens soient mis en oeuvre pour une application stricte de la règlementation"."C'est surprenant car cela suppose qu'il pourrait y avoir des manquements dans la mise en place du dispositif", souligne-t-il.
Reprochant au maire de s'être détourné du dossier, il se questionne sur son absence de communication sur le sujet. "Pourquoi n'a-t-il fait qu'une intervention par voie de communiqué alors qu'une personne a été mutilée sur sa commune ? Qu'a-t-il à cacher ?".
                              "Il est urgent de se mettre au travail"
Sur les mesures à mettre en oeuvre, l'opposition juge important de revoir la hauteur des vagues qui doivent conduire à l'abaissement des filets, estimant qu'à un certain niveau, "les requins ont toute latitude pour passer". Une procédure de vérification après des fortes houles, pour s'assurer qu'un squale ne s'est pas introduit dans la zone, est aussi demandée.
Alors que le drapeau rouge est hissé depuis près de 2 mois, Guylain Moutama s'interroge lui sur la date de remise en place des filets. "Il faudrait que nous revenions à une plus petite zone de baignade", estime-il, tandis que Charles Moyac préconise pour sa part la création de bassins de baignade disséminés sur le territoire ouest.

"Le dispositif des filets présente des imperfections, il est urgent de se mettre au travail", revendiquent les membres de l'opposition. "Il faut mettre autour de la table tous les gens de la mer", conclut Guylain Moutama, qui en profite pour lancer un appel à Patrick Florès pour débattre sur le sujet. "Quand il veut, où il veut".

www.ipreunion.com -09/11/2016 - accueil - Actus Reunion - Un requin tigre prelevé cette nuit aux Roches Noires, un bouledogue hier à l'Etang-Salé

Un requin bouledogue femelle de 2,15 mètres a été capturé en face des Roches Noires, dans la nuit de mardi 8 à mercredi 9 novembre. Un autre, une femelle tigre de 4,15 mètres, avait été capturée dans la nuit de lundi à mardi, cette fois dans la zone de l'Etang-Salé. Depuis le début du mois de novembre, 6 squales ont été pêchés.
Selon Prevention Requin Réunion, en plus des captures, "une ligne a cassé cette nuit en face de St Leu. Beaucoup de femelles ont été prélevées ces dernières semaines dont certaines pleines de bébés requins", signale PRR, qui rappelle que l'été austral est une "période de reproduction et de mises bas" qui rendrait les squales plus agressifs.
Ces dernières captures portent à six le nombre de requins prélevés depuis le début du mois de novembre 2016. 10 requins ont été pêchés au cours du mois d'octobre.

www.ipreunion.com - 12/11/2016 - Accueil - Actus Reunion - Les filets anti-requins, vus d'en bas - La baignade et les activités à Boucan Canot et Roches Noires toujours interdites - [VIDEO]

Après plus de 200 jours de baignade autorisée dans les eaux de Boucan Canot et des Roches Noires, les plages, interdites aux activités nautiques, restent fermées depuis la dernière attaque de requin le 27 août dernier. Les filets anti-requins étaient, ce jour-là, défectueux, et ne permettaient pas la mise à l'eau. Depuis, des travaux ont été entrepris par l'entreprise créatrice Seanergy. Pour la cellule nautique de Saint-Paul, les points de sécurité n'étaient pas suffisants pour permettre au drapeau vert d'être hissé. Près de trois mois après l'attaque, l'océan est toujours inaccessible, et les filets endommagés.
C'est en raison de la forte houle que les filets anti-requins de Boucan Canot et des Roches Noires ne peuvent être réparés. Les vagues importantes endommagent les mailles, qui cèdent à certains endroits du filet. Ce sont d'ailleurs ces "trous" constatés le matin du 27 août dernier, qui avait forcé la cellule nautique de Saint-Paul d'hisser le drapeau rouge. C'est aussi ce jour-là que Laurent Chardard, 21 ans, a été gravement blessé par un squale.
Depuis, si le dispositif n'est pas remis en cause, il est en tout cas non-opérationnel, au grand désarroi des commerçant de la côtes, mais aussi des passionés des vagues.
Patrick Florès, adjoint au maire de Saint-Paul, en charge du dossier, avait souhaité l'accélération des travaux de la part de Seanergy, tandis que cette dernière, avait précisé "ne pas discuter sur la sécurité".
Aujourd'hui qu'en est-t-il ? Sur les images, quelques mailles sont visiblement abîmées, "quelques trous qui ne sont pas excelptionnels" selon un plongeur.
Pour l'heure, il semblerait que la forte houle empêche toute intervention sur le dispositif.

Zinfos974.com - Lundi 14 Novembre 2016 - 14:49 - Société - La page Facebook "contre la pêche des requins à La Réunion" réactivée

La guerre des mots entre anti et pro-pêche des requins n’est pas prête de se terminer sur les réseaux sociaux…
À en croire son créateur, la page "contre la pêche des requins à La Réunion", réactivée depuis moins d’une semaine, comptabilise déjà 8 500 likes. "Elle dépasse en quelques jours toutes les pages qui incitent au massacre des requins depuis des années", explique-t-il.
Ce dernier ajoute que les nouvelles publications de la page "rassemblent jusqu’à 1 500 j’aime" et est aimée "par plus de 800 nouveaux fans en moins d’une semaine".
Outre le nombre de like récoltés sur la page, l’auteur met en avant la possibilité offerte par sa page de rendre aux Réunionnais "privés de parole depuis 4 ans et qui refusent l’image ignoble qu’une petite minorité donne de leur île" la possibilité de s’exprimer sur cette crise requin.
"La voix des Réunionnais contre le massacre des requins voulue par quelques uns se fera prochainement entendre dans des actions d’envergure", termine-t-il.

IPRéunion - 18/11/2016 - Accueil - Courrier des lecteurs - Nouvelles menaces sur la réserve marine par la remise en cause de son zonage

Il est proposé par des associations impliquées dans la pratique du surf et soutenues par certains élus de modifier le zonage de la réserve marine. Dans un premier temps, la zone de protection renforcée allant des Brisants à Boucan Canot serait déclassée afin d'y autoriser la pêche aux requins bouledogues et tigres ainsi que la chasse sous-marine.
Pêcher les bouledogues et les tigres dans les zones de protection renforcée pour protéger certaines activités nautiques est-elle nécessaire ?
À l’échelle des déplacements d’un requin, quelle différence y a-t-il entre tenter de le pêcher devant ou derrière la limite de la réserve ? Car si certains bouledogues sont fidèles à un même lieu, cela ne veut pas dire qu’ils ne franchissent pas les quelques centaines de mètres entre l’intérieur et l’extérieur de la réserve. Un requin bouledogue est capable de parcourir 50 km par jour.
Rappelons, que la pêche aux requins est autorisée sur plus de la moitié du périmètre de la réserve marine.
Des drumlines sont déjà disposées à la sortie du Port de Saint Gilles, en baie de Saint Paul, et d’autres engins de pêche sont déployés régulièrement dans cette zone notamment dans le cadre du programme Caprequins 2. Les appâts frais et gras actuellement utilisés attirent les requins à plusieurs centaines de mètres. Aussi, pourquoi ces pêches dites de régulation ne pourraient–elles pas pour être efficaces, se pratiquer en dehors des zones de protection renforcée ? D’ailleurs, depuis le début de l’année ce sont plus de 35 bouledogues et 30 tigres qui ont été prélevés sur l’ensemble du littoral ouest. Notons que ces pêches sont pratiquées sans observateurs indépendants et que l’on a, à ce jour, aucune donnée objective sur les prises accessoires.
Introduire la chasse sous-marine dans une zone de protection renforcée permettra- t-elle de sécuriser la zone ?
Un autre point de la demande, et ceci expliquant probablement cela, est de réintroduire la chasse sous-marine dans cette zone de protection renforcée pour occuper la colonne d’eau et faire fuir les requins ou pour jouer le rôle de sentinelles. Pour ce dernier rôle, les vigies ont été formées pour cela et sont sollicitées pour sécuriser la pratique du surf. Occuper la colonne d’eau, les plongeurs le font régulièrement. Quant à faire fuir les requins, rapportons à titre d’exemple ce chasseur sous–marin qui, il y a quelques jours, s’est vu manger le thon qu’il avait capturé par un bouledogue sans parvenir à l’en dissuader. Les observations sont nombreuses pour confirmer que la pratique de la chasse sous-marine est bien attractive pour le requin. Un poisson fléché se débat et saigne pendant plusieurs minutes : c’est un excellent appât.
Pendant que les chasseurs sous-marins s’approprieront le milieu, d’autres occupants disparaîtront. Combien de temps les mérous de La Tour de Boucan survivront-ils ? Il a fallu près de 10 ans pour voir ces animaux fréquenter à nouveau ce site et montrer un petit début d’effet réserve tant nécessaire à la restauration des équilibres du milieu.
Ouvrir la chasse sous-marine dans les zones de protection renforcée, c’est anéantir ce travail de fond sans améliorer la sécurité des pratiques nautiques.
La demande ne s’arrête pas à la zone de Boucan Canot aux Roches Noires car déjà est évoqué le spot de Trois Bassins puis ce sera sans nul doute le spot de Saint Leu …
Les zones sanctuaires sont-elles des zones attractives pour les requins ?
Les zones sanctuaires sont également pointées du doigt et il est demandé que seules les parties côté lagon persistent. En effet, ces espaces qui ne représentent que 5% du périmètre de la réserve sont considérés comme des zones d’appâtage pour les requins. Bien que leur biomasse soient supérieure à celle des autres zones de la réserve, les études menées n’ont pas permis de montrer que ces sanctuaires étaient fréquentés par des requins bouledogues ou tigres, qu’ils soient juvéniles ou adultes. En revanche, le rôle des sanctuaires est crucial pour permettre la restauration des peuplements du récif en servant de pépinière à condition de maintenir la continuité écologique entre l’intérieur et l’extérieur de la barrière corallienne.
La réserve naturelle marine : un outil de gestion pour construire l’avenir
Si on accédait à cette demande de modification des zonages, que resterait-il de la Réserve Naturelle Marine ? Ce serait un retour en arrière inédit et sans avoir pour autant apporté une solution durable à la problématique " requins ".
La réserve naturelle marine a pour vocation de gérer les différents usages de façon équilibrée dans une perspective de préservation et de restauration de l’écosystème corallien. Des solutions existent pour concilier activités nautiques sécurisées et préservation de l’environnement : des filets opérationnels, des vigies, des caméras sous-marines ou tout autre système innovant… N’oublions pas que dans un contexte de changement climatique, la vitalité de la barrière corallienne joue un rôle important pour préserver le littoral et limiter son érosion. Rappelons enfin, que le récif corallien est une ressource pour l’économie réunionnaise car il rapporterait au moins 45 millions d’euros par an à La Réunion selon l’IFRECOR (Initiative Française pour les Récifs Coralliens, juillet 2016). Ne privez pas les réunionnais de cet outil qu’est la Réserve Marine de La Réunion et maintenez-là opérationnelle !             Vie Océane

IPRéunion - 22/11/2016 - Sept squales ont été pêchés depuis le début du mois - Un requin tigre capturé en baie de Saint-Paul cette nuit

Dans la nuit de ce lundi 22 novembre 2016, un requin tigre a été capturé en baie de Saint-Paul. Le squale de 2,90 mètres est le septième à être pêché depuis le début du mois. Ces captures s'inscrivent dans le cadre du projet Cap Requins.
Le requin tigre a été prélevé dans l'Ouest, en baie de Saint-Paul, à 00h45. Le spécimen est un mâle de 2,90 mètres.
Cela porte à sept le nombre de squales pêchés depuis le début du mois de novembre. Pour rappel, au début du mois, trois requins avaient été pêchés en l'espace d'une journée. Pour le mois d'octobre, ce sont dix squales qui ont été comptabilisées.
Cette série de captures intervient alors que les filets anti-requins sont toujours non opérationnels sur les plages de Boucan et des Roches Noires. La baignade et les activités nautiques sont, par conséquent, interdites.

imaz press reunion - 23/11/2016 - Accueil - Actus Reunion - Risque requin - Des projets pour se protéger des squales -

Le centre de ressources et d'appui sur le risque requin lance un appel à projets pour la réalisation de tests de dispositifs innovants. Les acteurs privés et associatifs sont invités à se manifester. À la clé : une enveloppe de co-financement d'un montant de 200 000 euros. Nous publions le communiqué du centre dans son intégralité ci-dessous.
"Le Centre de ressources et d’appui sur le risque requin lance un appel à projets pour la réalisation de tests de dispositifs innovants (nouveaux enclos de protection, systèmes de détection et d’alerte), sur des sites principalement répartis sur le littoral Ouest et Sud des communes membre-fondateurs du Centre. À l’issue de la mise en œuvre dès le début de l’année 2017 de protocoles de suivi, les dispositifs qui auront été validés seront proposés aux communes littorales de La Réunion en vue de leur déploiement.
Cet appel à projets est ouvert notamment au secteur privé et au monde associatif. Il est doté d’une enveloppe de co-financement d’un montant de 200 000 €. La remise d’un dossier technique par le porteur de projet est attendue pour le 16 décembre à minuit.
Les informations détaillées sont disponibles en téléchargement sur le site Internet : http://www.info-requin.re/appels-d-offres-et-appels-a-projets-r76.html.
La sécurité des usagers de la mer vis-à-vis du risque requin constitue une priorité pour les pouvoirs publics et les différents acteurs historiquement investis sur le sujet. Par ailleurs, le développement des activités nautiques sur le littoral réunionnais est important pour l'économie et le tourisme de l'île. Des initiatives communales et associatives ont permis une première mise en œuvre du renforcement de la sécurité de ces activités qu'il convient d'amplifier en innovant sur des sites dont l’équipement par des technologies classiques de protection apparaît comme difficile à réaliser (techniquement, économiquement, environnementalement).
Le Centre de ressources et d’appui sur le risque requin répond à la volonté collective à La Réunion de s’inscrire dans une démarche de professionnalisation croissante vis-à-vis de ce risque spécifique. Créé en avril 2016 et porté par une association loi 1901 qui regroupe l’État, le conseil régional, plusieurs communes littorales (Saint-Paul, Trois Bassins, Saint-Leu et Saint-Pierre) ainsi que des associations et organismes professionnels engagés, le Centre est un outil d’expertise à vocation opérationnelle et scientifique pour accompagner ses membres.
Après une première phase de structuration administrative, juridique et financière, il s’engage dans la mise en œuvre de son plan d’actions partenarial 2016/2017. Le soutien à des projets novateurs de prévention du risque requin est une de ses actions importantes".

Zinfos974.com -Vendredi 25 Novembre 2016 - 09:51 - Société - Deux requins capturés en baie de Saint-Paul

Deux prélèvements ont été effectués successivement les 22 et 23 novembre dans la baie de Saint-Paul.
Le premier est un requin tigre mâle, de 2,90 mètres. Il a été prélevé à 00h45.
Le deuxième requin prélevé est un requin bouledogue mâle de 2,15 mètres, prélevé à 21h45 le lendemain.
Les deux captures ont été effectuées dans le cadre du projet Cap Requin 2.

www.ipreunion.com - 25/11/2016 - Accueil - Actus Reunion - Un requin bouledogue prélevé en Baie de Saint-Paul

Un requin bouledogue a été pêché ce mercredi 23 novembre 2016, à 21h45. Il s'agit d'un mâle mesurant 2,15 mètres. C'est le 8e squale pêché depuis le début du mois de novembre. Un requin tigre avait été pêché au même endroit, le jour précédent. (photo d'illustration)
Le squale pêché mardi à 00h45, mesurait 2,90 mètres.
73 requins pêchés depuis le début de l'année
Ces deux captures consécutives en Baie de Saint-Paul portent à huit le nombre de squales pêchés depuis le début du mois de novembre. Pour rappel, au début du mois, trois requins avaient été pêchés en l'espace d'une journée. Pour le mois d'octobre, ce sont dix squales qui ont été prélevés. Depuis le début de l'année 2016, 73 captures ont été comptabilisées sur le site dédié, info-requin.re
Les filets toujours abaissés à Boucan et Roches Noires
Cette série de captures intervient alors que les filets anti-requins sont toujours non opérationnels sur les plages de Boucan et des Roches Noires. La baignade et les activités nautiques sont, par conséquent, interdites.

Posté par IPR le 30/11/2016 - Accueil - Actus Reunion - Quatre requins pêchés en une journée - À Sainte-Marie et à Saint-Pierre

Ce mardi 29 novembre 2016, quatre squales ont été pêchés dans le cadre du projet Cap Requins 2. Ils ont été capturés à Saint-Pierre et à Sainte-Marie. Depuis le début du mois de novembre, 12 captures ont été comptabilisées.
À Saint-Pierre, c'est un requin tigre qui a été pêché au niveau du Pic du diable à 00h20. La femelle mesurait 3 mètres 13.
À Sainte-Marie, trois squales ont été capturés : un requin tigre mâle de 3 mètres 60 à 6h48, un requin bouledogue femelle de 3 mètres 5 à 7h et un requin bouledogue femelle de 2 mètres 94 à 7h40.
12 captures en novembre
Ces quatre requins se rajoutent aux huit déjà pêchés depuis le début du mois de novembre. Ils ont été pêchés en l'espace de quelques heures ce mardi. Depuis le début de l'année 2016, 77 captures ont été comptabilisées.

Zinfos974.com - Jeudi 1 Décembre 2016 - 09:37 - Société - "Six ans, ça suffit": Le collectif Rend a nou la mer organise une manifestation le 11 décembre

Une mobilisation organisée par le collectif "Rend a nou la mer" est prévue le 11 décembre prochain, à partir de 10h30, entre Saint Gilles les Bains et l'Ermitage. Un événement baptisé "Six ans, ça suffit".
Objectifs, pour les organisateurs : "Montrer que la situation que nous vivons est inadmissible, peser dans les négociations (...)", "recentrer le débat médiatique sur les véritables causes de la crise requin (...) et les solutions à mettre en œuvre", et "exiger de l’État qu’il passe d’une logique de 'gestion' à une logique de 'résolution'".
Rappelant que "cette situation dure depuis presque 6 ans" et "a des conséquences sociales, économiques et humaines inacceptables", ils revendiquent notamment une accélération du processus d’assouplissement de la législation de la réserve, une "levée de l’interdiction de commercialisation, sous conditions, de la chair des requins bouledogue et tigre", le déploiement d’un effort de pêche significatif et localisé, une évolution du cadre juridique actuel, ainsi qu'une "information/signalisation plus claire et objective pour les personnes susceptibles d’être exposées au risque".

Posté par IPR - 01/12/2016 - 15h - À Boucan-Canot, un squale a été observé ce mercredi - Un requin tigre pêché dans la baie de Saint-Paul

Ce mercredi 30 novembre 2016, un requin tigre a été pêché dans la baie de Saint-Paul. Cela porte à 13 le nombre de captures pour ce mois-ci. Hier, en fin d'après-midi, un squale a également été aperçu dans le secteur de Boucan-Canot.
Après les quatres captures de ce mardi à Sainte-Marie et à Saint-Pierre, un requin tigre a été pêché dans la baie de Saint-Paul ce mercredi à 23h50. Il s'agit d'une femelle de 3 mètres. Cela porte à 13 le nombre de captures pour le mois de novembre.
Depuis le début de l'année 2016, 78 captures ont été comptabilisées.
                      Un bouledogue observé à Boucan-Canot
Le même jour, vers 17h00, un requin bouledogue d'1,50 mètres a été aperçu dans le secteur de Boucan-Canot. C'est un MNS (Maître nageur sauveteur) qui a donné l'alerte. Les filets dans la zone ne sont toujours pas opérationnels dans cette zone : la baignade et les activités nautiques sont par conséquent interdites.

Zinfos974.com - Samedi 3 Décembre 2016 - 14:27 - Société - Boucan et Roches Noires: Des caméras sous-marines pour inspecter les filets

C'était évoqué depuis plusieurs mois, ce sera bientôt chose faite. La municipalité de Saint-Paul va tester pendant une semaine des caméras sous-marines destinées à inspecter les filets et surveiller les zones de baignade, à Boucan Canot et aux Roches Noires, indique le JIR ce samedi.
Cette tâche sera assumée par les MNS de la cellule d'intervention et de surveillance des activités nautiques, la Cisan, qui seront à bord d'un zodiac et plongeront si nécessaire, précise le journal.

www.ipreunion.com - 2016/12/03 - Saint-Paul - Les filets anti-requins cibles de "sabotage"

Tandis que l'entreprise Seanergy procédait à la réparation des filets anti-requins du littoral Ouest, une photo, publiée sur Facebook, témoigne du dispositif qui visiblement, aurait été "saboté". Quelques mailles du filet sont en effet visiblement "coupées", comme le montre l'image publiée par Patrick Florès, élu de la mairie de Saint-Paul, en charge des filets au niveau de la municipalité. Très en colère, ce dernier signale via le réseau social qu'"une plainte a été déposée". (Photo : Facebook)
Les mailles du filet, coupées de cette façon ont été constatées "souvent depuis un an", selon la publication de Patrick Florès. L'entreprise Seanergy et la cellule nautique de Saint-Paul procédaient à des observations régulières, ainsi qu'aux réparations du filet endommagé depuis la dernière attaque de requin, le 27 août dernier, en vue "d'une réouverture la semaine prochaine".
Dans le même temps, la photo a été reprise par le collectif IrreverSEAbles, qui défend le droit à l'océan. Dans sa publication, ce dernier ne peut "croire qu'une houle de moins de 2M ait pu couper net le filet en sa hauteur", avançant le "sabotage" du dispositif.

"IrreverSEAbles
Hier, à 14:15 ·
Les irreverSEAbles sont sidérés d'apprendre qu'un SABOTAGE de filets non maillants pour la PROTECTION de la baignade a eu lieu récemment!
C'est un acte CRIMINEL!A savoir que ce fût le même scénario lors de la dernière attaque à boucan. Nous ne pouvons croire qu'une houle de moins de 2M ait pu couper net le filet en sa hauteur...
Ces gens-là ont du sang sur les mains et ça ne les a pas empêché pas de recommencer au péril de nos vies...
Que cherchent ils? Mettre à mal le travail de la mairie de Saint- Paul qui se donne à fond pour un accès à l'océan? Une interdiction de plongée? Des filets métalliques au détriment de la faune marine???Une plainte a été déposée,on arrivera à vous identifier et à vous faire payer ...Soyez vigilants, on vous avait prévenu, la "minorité hurlante" est bien présente !
Na un jour y appelle demain."


De son côté, Jean-Bernard Galvès, porte-parole d'un collectif d'associations environnementales, "condamne avec la plus extrême vigueur l'acte présumé de sabotage des filets de Boucan, si il devait être démontré".
"Nous rappelons que nous soutenons totalement le principe des filets non maillants de Boucan qui sont conçus non pas pour attraper des requins et autres animaux mais pour sécuriser un espace d'activités humaines en formant une barrière. Les seuls qui aient intérêt à jeter le discrédit sur ce filets, voire à les saboter, sont les tenants d'une pêche intensive et fort bien rémunérée du requin qu'ils veulent introduire jusque dans la réserve" écrit le responsable du groud'associations - ASPAS, Fondation Brigitte Bardot, Longitude 181, Requin Intégration, Sauvegarde des requins, Sea Shepherd ,Tendua, Vague.

www.ipreunion.com - 07/12/2016 - Accueil - Actus Reunion - Cap Requins - Deux nouvelles captures hier soir

Les prélèvements de requins se multiplient ces derniers jours. Ce mardi 6 décembre 2016, deux requins bouledogues ont été pêchés au large de Saint-Gilles-Les-Bains. En début de semaine, deux autres squales avaient été capturés, à Saint-Pierre et Saint-Leu. En moins d'une semaine, 5 squales ont été prélevés, ce qui porte à 83 le nombre de requins pêchés depuis le début de l'année 2016.
Les deux derniers spécimens ont été prélevés ce mardi 6 décembre au large de Saint-Gilles, en fin de journée, dans le cadre du Projet Cap Requins 2. Le premier, un mâle bouledogue de 2,7 mètres, a été prélevé à 18h40. Le second, un autre mâle bouledogue de 3 mètres, a été pêché juste après, à 19 heures. A noter que le matin, un squale avait été observé aux Roches Noires. Il s'agirait d'un requin bouledogue d'1,5 mètre
                            5 captures depuis le début du mois de décembre
Deux précédentes captures avaient été réalisées à Saint-Leu et Saint-Pierre. Mardi, à 3h15, c'est un requin tigre mâle de 2,7 mètres qui a été capturé. Peu avant, ce lundi, un requin bouledogue de 2 mètres a été pêché vers 21 heures, à Saint-Pierre, au niveau de la Pointe du Diable. Pour ce début du mois de décembre, cinq requins ont été pêchés au total.
                             83 captures depuis le début de l'année
Ces deux nouvelles captures portent à 83 le nombre de prélèvements opérés depuis le début de l'année 2016. Pour rappel, les filets ne sont toujours pas opérationnels. La baignade et les activités nautiques sont, par conséquent, toujours interdites.

Zinfos974.com - Dimanche 11 Décembre 2016 - 09:09 - Société - Crise requin: Un rassemblement à l'Ermitage

Un rassemblement organisé par le collectif Rend a nou la mer, Rend a nou la Réunion est organisé ce dimanche 11 décembre à l'Ermitage. Deux cortèges partiront de Trou d'Eau et Saint-Gilles nord à partir de 9 heures pour rejoindre la plage de l'Ermitage, ou le rassemblement est prévu pour 10 heures. Les organisateurs demandent aux manifestants de s'habiller en blanc.
Afin de marquer les 6 années de crise requin que traverse notre département, le collectif entend dénoncer une "situation inadmissible" et compte ainsi "peser dans les négociations actuelles" en montrant sa détermination.
Le groupe compte également "recentrer le débat médiatique sur les véritables causes de la crise requin (prolifération et désinhibition des squales) et les solutions à mettre en œuvre proportionnées à la gravité de notre situation", "exiger de l’État qu’il passe d’une logique de gestion à une logique de résolution".
                                 Les Revendications :
a. Accélérer le processus d’assouplissement de la législation de la réserve déjà engagé : nouveau zonage et modification de la règlementation des zones de protection renforcée de la Réserve Marine, seules perspectives afin de permettre une réoccupation réaliste de la colonne d’eau sur les zones d’activités nautiques. Arrêt définitif des oppositions scientifiques systématiques aux mesures et aménagements nécessaires dans le cadre de l’obligation de moyens pour faire face aux risques d’attaques de requins.
b. Levée de l’interdiction de commercialisation (sous conditions) de la chair des requins bouledogue et tigre.
c. Déploiement dans un premier temps d’un effort de pêche significatif et localisé, dans le but de réguler réellement la population des prédateurs, et accompagnement d’une reprise généralisée de l’effort de pêche traditionnel via les pêcheurs amateurs citoyens, ainsi que les pêcheurs professionnels.
d. Faire évoluer le cadre juridique actuel d’une interdiction de pratiques nautiques "provisoires", qui dure depuis trois ans et demi, et qui placent les usagers en tant que délinquants alors qu'ils ne sont que les victimes.
e- Une information/signalisation plus claire et objective pour les personnes susceptibles d’être exposées au risque.

Zinfos974.com - Lundi 12 Décembre 2016 - 14:41 - A la Une ... - Boucan Canot: Les filets devraient être opérationnels en milieu de semaine

Alors que les vacances de Noël approchent à grands pas, la plage de Boucan Canot devrait être autorisée à la baignade dès le milieu de semaine.
La société Seanergy OI, en charge des travaux lourds sur les filets anti-requins, a en effet indiqué avoir terminé le travail ce samedi. Elle a procédé à une fermeture totale de la zone de piscine, en posant une barrière de barres métalliques fixées dans les roches, et a réalisé un renforcement du côté de l'hôtel Saint-Alexis.
Reste désormais à la Cisan (Cellule d’intervention de surveillance des activités nautiques) de poursuivre les réparations plus légères. Tout devrait être près d'ici mercredi.

IMAZPRESSREUNION - Accueil - Actus Reunion - Boucan-Canot : La baignade de nouveau autorisée - Alors que débutent juste les vacances scolaires

Alors que débutent tout juste les vacances scolaires, la nouvelle de la réouverture de la baignade à Boucan-Canot devrait en réjouir plusieurs ! Après plus de quatre mois d'interdiction, le drapeau vert sera à nouveau hissé sur la plage de l'ouest. Les plongeurs ont inspecté les filets, qui sont maintenant opérationnels.
Après l'attaque survenue le 27 août dernier à Boucan-Canot et la découverte de trous dans les filets anti-requins, la baignade et les activités nautiques avaient été interdites. Plus de quatre mois plus tard, les dernières inspections ont permis d elever cette interdiction. Une bonne nouvelle qui signe le début des vacances scolaires.

Zinfos974.com - 19/12/2016 - Accueil - Actus Reunion - Baignade et activités nautiques - Rappel de la réglementation

Alors que la baignade vient juste d'être de nouveau autorisée à Boucan-Canot, la préfecture de la Réunion recommande aux usagers "la plus grande vigilance" aux abords des zones d'activités nautiques. Rappel de la réglementation, des dispositifs de prévention et de surveillance et conseils de prudence : nous publions le communiqué préfectoral dans son intégralité ci-dessous.
Plusieurs requins bouledogues et tigres ont été récemment capturés dans le cadre du programme Caprequin 2. Cela témoigne de la persistance de la présence de requins potentiellement dangereux aux abords des zones d’activités nautiques. À l’approche des vacances scolaires, le préfet de La Réunion recommande la plus grande vigilance aux usagers de la mer, et plus particulièrement aux pratiquants des activités les plus exposées au risque requin qui font l’objet d’une réglementation spécifique.
Réglementation en vigueur
L’arrêté préfectoral du 12 février 2016, portant réglementation temporaire de la baignade et de certaines activités nautiques, restreint dans la bande des 300 mètres du littoral du département de La Réunion, sauf dans le lagon et, en dehors du lagon, dans les espaces aménagés et les zones surveillées définies par arrêté municipal, les activités les plus exposées au risque requin, à savoir :
la baignade, y compris lorsqu’elle s’effectue à l’aide d’un équipement de type palmes, masque et tuba ;
les activités nautiques utilisant la force motrice des vagues (surf, bodyboard, bodysurf, longboard, paddleboard).
Les communes de Saint-Paul et de l’Étang-Salé ont défini des zones aménagées pour ouvrir des espaces de pratique surveillée hors lagon :
A Boucan-Canot : les filets protégeant les activités nautiques sont opérationnels.
Aux Roches noires : les travaux de remise en état du filet de protection se poursuivent. La municipalité informera les usagers des conditions de sa remise en service.
A Étang-Salé : les filets protégeant la baignade sont installés en face du poste des maîtres-nageurs sauveteurs (MNS).

Il est rappelé que la pratique de la baignade et des activités nautiques au sein de ces zones n’est possible que dans les conditions et aux créneaux horaires portés à la connaissance des usagers par les services municipaux sur site. La disponibilité des filets, qui ne peut être assurée de façon permanente en raison des conditions météorologiques de l’été austral (houle cyclonique), conditionne notamment l’ouverture effective de ces zones surveillées. En dehors des conditions et créneaux horaires précisés par les services municipaux, la pratique des activités nautiques est dangereuse et formellement interdite.

Les autres activités nautiques, notamment la plongée et la pêche sous-marine, demeurent possibles dans le cadre de la réglementation, aux risques et périls de leurs usagers.
Dispositifs de prévention et de surveillance en vigueur
D’une manière générale, la signalisation utilisée pour la baignade sur les plages surveillées est la suivante :
un drapeau rouge vif signifiant : " interdiction de se baigner " ;
un drapeau jaune orange signifiant " baignade dangereuse mais surveillée " ;
un drapeau vert signifiant " baignade surveillée et absence de danger particulier ".

Sur certaines plages, ce dispositif est complété par une signalétique spécifique relative au risque requins :
la flamme rouge représentant un requin indique que la présence d’un requin est signalée ;
la flamme orange représentant un requin indique que les conditions météorologiques sont propices à la présence de requins.

En l’absence de signalétique, la pratique des activités nautiques concernées par la réglementation préfectorale et communale est interdite.

Conseils de sécurité et de prudence
Le préfet invite l’ensemble des usagers de la mer à respecter les conseils de prudence suivants :
Avant de se mettre à l’eau
vérifier la couleur du drapeau hissé et consulter les panneaux d’informations ;
recueillir les informations utiles relatives aux mesures d’interdiction auprès des services compétents, les municipalités ou le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de La Réunion
se renseigner auprès des maîtres nageurs sauveteurs du poste de surveillance de la plage sur les dangers éventuels : courants, conditions météorologiques (forte houle, orage, intempéries), qualité de l’eau (eaux troubles, pollution) ;
ne jamais se mettre à l’eau dans une zone interdite ou signalée dangereuse.

Une fois à l’eau
ne pas relâcher sa vigilance : le risque "zéro" n’existe pas, y compris lorsque l’on pratique une activité nautique dans un espace aménagé et surveillé ;
ne pas se baigner en cas de blessure ;
privilégier la pratique collective des activités nautiques, sous l’encadrement et la responsabilité des professionnels de la mer ;
en cas de pêche sous marine, ne pas conserver ses prises sur soi : les déposer le plus rapidement possible sur sa bouée ou dans son bateau.

Il est demandé de rapporter toute observation de requin auprès d’un poste de surveillance ou du CROSS Réunion : 02 62 43 43 43
Toutes les informations relatives aux démarches de réduction du risque requin à La Réunion, dans l’ensemble des domaines, sont disponibles sur le site Internet dédié : www.info-requin.re

par www.ipreunion.com - le 20 décembre 2016 à 10:24 - Le filet anti-requins de Boucan Canot aurait été saboté une seconde fois

Le filet anti-requins de Boucan Canot aurait été saboté une seconde fois, dès le lendemain de la réouverture de la plage à la baignade, ce week-end, rapporte le Quotidien, dans son édition de mardi 20 décembre 2016.
Dimanche 18 décembre, soit à peine une journée après l’annonce de la réouverture de la plage à la baignade, "les plongeurs de la Cisan ont détecté une coupure nette sur trois mailles du filet, près de la surface. Une observation déjà faite en tout début de mois à un autre endroit du filet. Les hommes de la Cisan ont rapiécé le filet sur place dimanche, afin que les baigneurs puissent continuer à profiter de la mer", rapporte Le Quotidien, qui précise qu’une nouvelle plainte sera déposée par la municipalité. La mairie se constituera cette fois partie civile, "pour dégradation et mise en danger de la vie d’autrui", et prévoit également de renforcer la surveillance, pour tenter de repérer l’auteur des faits.
Au vu de ces actes, la municipalité s’interroge sur les causes de la dernière attaque de requin, le 27 août dernier. Laurent Chardard, un jeune homme de 21 ans est attaqué par un requin à Boucan Canot, vers 17 heures, alors qu’il surfait avec un groupe d’une dizaine d’autres surfers. Le squale, vraisemblablement un requin bouledogue, lui a arraché le bras droit et l’a sévèrement mordu à la cheville droite. Le drame s’est produit alors que le drapeau rouge interdisant la baignade et les activités nautiques était hissé. Les maîtres nageurs sauveteurs (MNS) avaient pris cette décision le matin même après avoir constaté que le filet anti requin avait été troué. A l’époque, la ville pensait que le trou était du à la forte houle, mais aujourd’hui, le doute s’installe. Est-ce la houle qui a troué le filet, ou bien était-ce également un sabotage ?
Les mailles du filet, coupées de cette façon ont été constatées "souvent depuis un an", selon une publication de Patrick Florès, sur sa page Facebook. Début décembre, la photo du filet endommagé a été reprise par le collectif IrreverSEAbles, qui défend le droit à l’océan. Dans sa publication, ce dernier ne peut "croire qu’une houle de moins de 2M ait pu couper net le filet en sa hauteur", parle de "sabotage" du dispositif et annonce qu’"une plainte a été déposée".
De son côté, Jean-Bernard Galvès, porte-parole d’un collectif d’associations environnementales, "condamne avec la plus extrême vigueur l’acte présumé de sabotage des filets de Boucan, si il devait être démontré".
"Nous rappelons que nous soutenons totalement le principe des filets non maillants de Boucan qui sont conçus non pas pour attraper des requins et autres animaux mais pour sécuriser un espace d’activités humaines en formant une barrière. Les seuls qui aient intérêt à jeter le discrédit sur ce filets, voire à les saboter, sont les tenants d’une pêche intensive et fort bien rémunérée du requin qu’ils veulent introduire jusque dans la réserve" écrivait le responsable du groud’associations - ASPAS, Fondation Brigitte Bardot, Longitude 181, Requin Intégration, Sauvegarde des requins, Sea Shepherd ,Tendua, Vague.                  www.ipreunion.com

www.ipreunion.com - 21/12/2016 - Boucan Canot: baignade strictement interdite avant 10 heures

Ce mercredi 21 décembre 2016, aux alentours de 9 heures, les maitres nageurs sauveteurs (MNS) de la plage de Boucan Canot ont fait sortir plusieurs baigneurs et surfeurs qui étaient à l'eau. La raison: une simple application de l'arrêté préfectoral, qui prévoit que la baignade est interdite tant que la flamme n'est pas hissée, aux alentours de 10 heures.
Il n'y avait donc aucun danger particulier à signaler donc, juste un respect strict de la réglementation. Pour rappel, cette dernière prévoit que "la récente installation de filets sur les plages de Boucan-Canot (...) au sein de zones expérimentales opérationnelles (ZONEX) ouvre de nouveaux espaces de pratique surveillée hors lagon, dans les conditions et aux créneaux horaires portés à la connaissance des usagers par les services municipaux et la signalétique sur site".
Concrètement, tant que la flamme n'est pas levée et que les vérifications, des filets notamment, n'ont pas été faites, personne ne doit être à l'eau. Une vérification que les autorités prennent d'autant plus à coeur que le filet de Boucan Canot aurait déjà été endommagé au moins à deux reprises. Le dernier sabotage supposé aurait eu lieu dimanche 18 décembre, soit un jour à peine après que la baignade a été de nouveau autorisée. Des gendarmes ont d'ailleurs été aperçus sur place ce matin, une enquête étant en cours.
Pas de baignade matinale pour les lêve-tôt donc, il faudra attendre 10 heures pour pouvoir profiter des joies de l'océan, en toute sécurité.

retour à risque requins 2013