La vie du port de St. Gilles en 2007
Dans la soirée du 12 mai et la journée du 13 mai 2007, la houle a ravagé le port de St Gilles. "Vers 21 heures, hier soir, les vagues ont commencé à frapper, à la surprise générale, tout le Sud-Ouest de l’île, jusqu’à Saint-Gilles. Aux Brisants, le Club nautique de Bourbon a subi la houle de plein fouet. Une vingtaine de hobbies cat a été emportée par des vagues déferlantes sur le parking voisin des brisants, charriant avec elles sable et rochers. Les petits voiliers ont été entraînés jusque dans le port. Certains se sont enchevêtrés les uns sur les autres, bloqués par le ponton. Les dirigeants du club ont tenté de sauver quelques bateaux épargnés, en les remontant jusqu’à la route. Les gendarmes ont immédiatement fermé l’accès aux Brisants où la rondavelle menaçait d’être emportée par les flots, ainsi que celui de Roches Noires, où la rue était déjà remplie de sable, ramené par la houle..." ( JIR - 13/05/07 )

Merci à tous ceux qui ont aidé à préserver les embarcations du pire. Merci tout particulièrement à Bernard FONTAINE le maître de Port et à Guylain MOUTAMA le président
de l'AAPSt.Gilles qui se sont dépensés sans compter. Merci aussi à ceux dont je ne connais pas les noms.

LE QUOTIDIEN DE LA REUNION le 15 mai 2007 - 240 000 € de dégâts au port de St Gilles
La chambre de commerce et d'industrie de la Réunion a estimé à 240 000 € le montant des dégâts dans le port de Saint-Gilles suite à la forte houle de ce week-end. ...
…«A Saint-Gilles, des vagues de 12 mètres ont été observées, relate Eric Magamootoo, président de la CCIR. Elles ont comblé le trou de 2 mètres situé devant la digue et ainsi modelé un toboggan. 50 bateaux du club nautique ont été totalement emportés et retrouvés dans le port de Saint-Gilles où six autres bateaux ont été abîmés. Les pontons ont été détruits et le port de Saint-Gilles est ensablé. Le tirant d'eau n'est plus que de 70 centimètres contre 2 mètres habituellement».
Conséquence : les bateaux ne pourront plus sortir en mer durant au moins une semaine. Les entreprises de loisirs nautiques sont donc contraintes au chômage technique. Dur, dur pour des sociétés déjà mises à mal par le chikungunya l'an dernier. Autre souci ; la station de pompage d'eau de mer alimentant l'aquarium de Saint-Gilles a été éventrée. Ce dernier ne pouvant tenir que quelques jours, « il faut trouver une solution», indique le président de la CCIR. Tous ces événements font dire à Eric Magamootoo que la construction d'un port sec est indispensable : « en cas d'informations inquiétantes. cela permettrait de prendre les bateaux et de les mettre en sécurité. Tout dépendra de la volonté du TCO et de la préfecture». Une première réunion a eu lieu dès hier après-midi entre la CCIR et la mairie de Saint-Paul. Un terrain de 3 200 m2 propriété de l'Etat a déjà été identifié. «Il appartient à la Jeunesse et sport qui ne s'en sert pas», décrit Eric Magamootoo. Le président de la CCIR annonce par ailleurs que des études vont être menées afin d'empêcher la pénétration du sable dans le port de Saint-Gilles. : Fin: mars, lors du vote du budget 2007 de la chambre consulaire, Eric Magamootoo avait annoncé l'intention de son institution de renoncer à la concession du port de Saint-Gilles parce qu'elle lui coûte trop cher et se révèle déficitaire. La houle de ce week-end ne va rien arranger... CB

Les barreurs et les pêcheurs la tête sous l’eau.
Extraits
« L'air dépité, Jean Dumont, le président du club nautique Bourbon, profite d'une période d'accalmie pour comptabiliser les pertes de son association avant la visite du Préfet et du maire de Saint-Paul hier. Entre les propriétaires de bateaux et le matériel du club, plusieurs centaines de milliers d'euros auraient été engloutis lors du passage de la déferlante.
«En moins de six mois, cela fait trois fois que nous sommes victimes des intempéries, mettez en place un système d'alerte pour qu'on puisse éviter un tel désastre», réclame le bénévole devant le représentant de l'Etat et Alain Bénard.
« Nous aurions eu le temps d'évacuer les bateaux et nos catamarans auraient pu être sauvés ». Le dirigeant doit maintenant faire appel à la fédération pour faire venir une dizaine de catas de métropole et poursuivre ses activités. Le Préfet conseille au responsable de déposer un dossier d'indemnisation, le maire promet le déblaiement des tonnes de sable qui encombre le parc à embarcations du club avant de réfléchir à un plan d'évacuation avec la CCIR…
La délégation s'apprête à traverser le port pour aller à la rencontre de pêcheurs mécontents. « On ne peut pas travailler, si personne ne nous aide avant dix jours, on crèvera», s'exclame l'un d'entre eux. Le préfet écoute sans pour autant pouvoir apporter de solutions : « c’est vers la région et la municipalité que vous devez vous tourner ». Réponse d’Alain Bénard : « tout au plus une aide sociale pour aider à passer le cap » propose le maire… »

L’aquarium peut tenir huit jours
extraits
Reconstruite après l'énorme vague de septembre dernier la station de pompage de l'aquarium a à nouveau, été détruite samedi : local détruit et pompes noyées. L'établissement doit fonctionner en circuit fermé en attendant la mise en place" d'un pompage d'eau de mer provisoire qui doit ntervenir sous huit jours. Au-delà, la vie des pensionnaires est en jeu.
L'aquarium a en effet un besoin quotidien de 100 000 litres d'eau de mer pour régénérer ses bassins. Il se sert le long de la digue du port. L'eau parcourt 500 mètres avant d'être filtrée à l'intérieur de l'aquarium. Sans cet apport, il doit fonctionner en circuit fermé en veillant à ne pas perdre d'eau et à ne pas troubler les bassins.
- « On arrête totalement de nourrir les gros poissons, qui peuvent tenir quinze jours sans manger. Les petits ont eux, besoin de manger tous les jours. Mais si ça dure trop longtemps, on pourrait avoir des problèmes de prédation dans certains bacs ». Par contre, vu la faible densité de poissons dans. les bassins, aucun problème sanitaire n'est à craindre.
L'aquarium espère réorganiser un pompage provisoire d'ici la fin de la semaine. Et une solution définitive sous trois semaines. L'armoire électrique, l'installation la plus coûteuse, devrait désormais être installée à l'intérieur de l'aquarium. Après la vague de septembre dernier, la facture des réparations s'était élevée à 14 000 €. Elle devrait être sensiblement équivalente après cette nouvelle destruction des installations. R.O.

Le sauvetage en mer entre deux eaux.
Extraits
"...Les bénévoles de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM), qui interviennent généralement au-delà de la bande des 300 mètres, font face à leurs propres difficultés. Depuis 1995, la SNSM est montée en. puissance : elle dispose aujourd'hui de trois stations situées à Saint- Pierre, Sainte-Marie et Saint-Gilles, et de trois vedettes, le « Commandant-Peverelly», le «Moïse-Bègue » et le « Guelma», prêté par le propriétaire du Club nautique de Bourbon.
«Mais cela devient compliqué, car nous avons aussi de plus en plus de frais», soupire Patrick Bouteiller, délégué départemental de la SNSM. «Le Commandant-Pevérelly a quinze ans. C'est un navire qui nécessite beaucoup d'entretien. Et le budget de fonctionnement d'une vedette, c'est 15 000 € par an».
Or, contrairement à ce qui se passe en Bretagne, en Guadeloupe ou même à Mayotte, ni la Région ni le Département ne subventionnent la SNSM, qui s'est même vu refuser l'exonéra tion d'octroi de mer sur l'importation de matériel de sauvetage.
Ses seules aides publiques proviennent de la Cinor (10 000€), du Syndicat mixte de Pierrefonds (4500 € par an dans le cadre d'une convention) et de quelques communes qui lui allouent entre 750 et 1000€ par an.
A la Réunion, la SNSM vit donc essentiellement de l'aide de sponsors privés. Son rôle dans de récentes opérations de sauvetage, comme, la périlleuse recherche de deux touristes belges emportés en mer à Sainte-Rose, incitera peut-être les collectivités à lui porter davantage d'attention à l'avenir. Edouard MARCHAL    

Merci à Gérard MICHEL de m'avoir envoyé ces trois photos. Elles traduisent les moments de solitude mais aussi d'entr'aide et de camaraderie que nous avons vécus en ce dimanche 13 mai 2007. Quand la houle se retire les bougs sont toujours debout!

Hier soir, le 18 mai 2007, la pelle mécanique qui servira à désensabler le port a été conduite à pied d'oeuvre. La traversée de St Gilles, de la rue Général de Gaulle à la plage des Roches Noires par la rue de la Poste et la rue de l'école a été spectaculaire. Une Daewoo DX520LC, c'est gros, té! M. MERLO de la CCIR a juré que ce serait bien la dernière fois. Le chantier démarre lundi 21 à 7h00.

CLICANOO / JIR / samedi 19 mai 2007 - Le port de plaisance au ralenti
Cloués à quai, nombre de plaisanciers de Saint-Gilles devront eux s’armer d’un peu de patience avant la remise en état du chenal d’accès. Le port tourne encore au ralenti. En tout cas, les bateaux du Grand Bleu ne sont plus sortis depuis une semaine. Au chômage technique, les membres d’équipage ne pourront pas reprendre leur activité avant lundi, voire mardi. C’est en effet en début de semaine prochaine que seront entrepris les travaux de dragage du port de plaisance. Le chenal d’accès a été sérieusement ensablé pendant l’épisode de houle qui a déferlé sur l’ouest le week-end dernier. La machine était attendue hier soir. En attendant, la société qui propose, suivant plusieurs formules, la découverte du milieu marin est complètement paralysée. À raison de 500 passagers pris en charge en moyenne chaque jour pour un tarif (adulte) d’environ 20 euros, le manque à gagner est considérable. “Nous sommes généralement très sollicités durant le week-end de l’Ascension. Forcément, ne pas pouvoir sortir ce week-end sera très préjudiciable”, regrette cette hôtesse de permanence hier. Le Grand Bleu doit aussi gérer l’annulation de plusieurs sorties pour des scolaires... Si les petits pêcheurs canotiers tirent leur épingle du jeu et peuvent à nouveau sortir taquiner les poissons, nombre de plaisanciers dont les embarcations ont un tirant d’eau important sont également “privés de sortie”. “On peut essayer de manœuvrer et soulever les moteurs hors-bord au niveau du chenal, mais ce n’est pas évident pour tout le monde”, explique l’un d’eux. Pénalisés, les usagers du port attendent beaucoup de la réunion programmée en début de semaine prochaine à la préfecture. “On espère qu’une solution sera trouvée pour la question d’indemnisation”, expliquent-ils.

Lundi matin, 21 mai 2007, comme prévu, la pelle mécanique entrait en action sous les yeux vigilants de M.MERLO et du Maître de Port de service.

Le chenal du port dragué ce matin (23/05/07)
Le chenal offre normalement une profondeur de l m50 en marée zéro . Après la période de houle de la semaine passée la profondeur n'est plus que de 60 cm. Bon nombre de bateaux dont les deux «Grand Bleu» sont immobilisés à quai. Après avoir curé le bord de la digue côté Roches Noires, la pelle a été transférée cette nuit du côté des Brisants.
Ce matin, avec sa flèche de 18m l'engin a commencé a reprendre les enrochements intérieurs qui ont été désorganisés. A marée basse il doit enlever le sable et les rochers obstruant le chenal d'entrée.
« II pourrait y en avoir pour deux ou trois jours de travail », prévient Alain Merlo le directeur du port.

La grosse pelle mécanique a finalement terminé son travail vendredi 1er juin 2007...
Ouf, le port a retrouvé sa profondeur même si le club nautique est encore encombré d'une montagne de sable impressionnante.

 

Article paru dans l'ARCHIPEL ( Magazine de Saint-Paul) N° 38 juin 2007

Port de Saint-Gilles
250 000 euros de dégâts
Les fortes houles du 12 mai ont frappé de plein fouet le port de Saint-Gilles.
Ensablement du port, encombrements multiples, désorganisation des enrochements, digues fragilisées, bateaux coulés, structures endommagées ( quais, supports de quais, pontons… ), taquets d’amarrage fendus ou arrachés, local de pompage de l’aquarium éventré… Les dégâts se chiffrent au total à 250 000 enros.
Priorité numéro 1 : désensabler le port.
« Le sable est entré dans le port par la plage des Brisants, au niveau de la passe d’entrée et le long de la digue qui sépare la plage des Roches Noires du port » explique Alain MERLO, Directeur du port de Saint-Gilles. Les fortes houles ont charrié près de 1600 m3 de sable. Ajouté au sable apporté par Gamède ( 800 m3 environ ) , il était devenu impossible , pour les bateaux d’un tirant d’eau supérieur à 60 cm, d’entrer et de sortir du port. « le Président de la Chambre de Commerce ( ndrl : patrimoine communal, le port de Saint-Gilles est géré par la CCIR) avait pris l’engagement de mettre le maximum sur le désensablement » explique Alain MERLO ; « 2000 m3 de sable ont été retirés dans les 10 à 15 jours qui ont suivi. »
La puissance de la houle a également ramené dans le port de nombreux déchets (végétaux et ménagers) émanant de la ravine Saint-Gilles. « La mer est passée au-dessus du cordon lagunaire qui s’est formé. La ravine a débordé à l’intérieur du port. Après la houle, nous avons dû sortir 90 m3 de déchets, sans compter la boue qui s’est décantée au fond du bassin ».
Réparer la casse.
Les vagues sont passées au-dessus de la digue sud-ouest et sont venues désorganiser les enrochements à l’intérieur du port, ramenant certains blocs jusque dans la passe d’accès. « Depuis nous avons dégagé ces rochers et remis en état les enrochements ».
« La fréquence et la force des vagues ont aussi occasionné des dégâts sur la maçonnerie des digues. Renforcer ces digues figure parmi les travaux qu’il nous reste à faire… » poursuit le Directeur du Port. Quais, pontons, « cat-ways » (pontons perpendiculaires aux quais ou aux pontons plus importants, le long desquels peuvent s’amarrer les bateaux), sont actuellement en cours de réfection.
D’autres dégâts ont été décelés peu après le phénomène de forte houle : trous sous l’un des quais entraînant une fuite de sable et un effondrement partiel de la structure, potences de soutien arrachées, désolidarisées du quai ou voilées…
Les réparations sont nombreuses et coûteuses et exigent, non seulement un gros travail de main d’œuvre, mais aussi, à chaque chantier, toute une organisation à mettre en place au niveau du fonctionnement et de la disposition du port.

La journée Animation du 29 juillet 2007

Tout a commencé par une sympathique sortie en mer entre amis : 12 bateaux ont joué le jeu et ont donné à l’association la moitié de leur pêche ce qui a permis d’organiser un sympathique barbecue le soir même.

Classement du concours amical:
1. Azy Francin 28 kg de poissons de fond (canote)
2. Maurice 31 kg fond et traine
3. Pascal 10 kg
4. Gérard 7 kg
5. David 6 kg
6. Tonton 4 kg
7. Georges 4 kg
8. La lune II 3 kg ( seule féminine )
9. Petit Théo 2 kgs
10. Nono 2 kgs

Nous remercions Ralph Nautic, le DCP, Nono, Georges Chaussalet pour les lots offerts aux participants.


photos MICHEL Gérard

En début d'après-midi, encore à l’initiative de l’Association des Amodiataires du Port de Saint-Gilles les Bains, des bénévoles de la Société des sauveteurs en mer (SNSM) et sept militaires de la gendarmerie nationale de la section aérienne et la brigade nautique côtière ont réalisé devant le port de Saint-Gilles un exercice de sauvetage en mer.
Devant des dizaines de spectateurs, l'hélicoptère de la gendarmerie a hélitreuillé un plongeur embarqué sur la vedette le Saint-Alexis pour ensuite le « droper » sur un « nageur en difficulté ». Ensuite l’hélico a largué un canot de sauvetage auto-gonflable, destiné à plusieurs naufragés.
Les sauveteurs de la SNSM ont effectué la récupération des "hommes à la mer" avant de leur administrer les premiers soins grâce aux moyens médicaux embarqués dont dispose le Moïse Bègue, la vedette habituellement amarrée à Sainte-Marie.
Rappelons que cet exercice intervient quelques jours seulement après la disparition en mer de deux pilotes de jet-ski, Grégory Guichard et son beau-frère Anthony Hoareau. Ce dernier a été retrouvé et repêché lundi dernier par un pêcheur saint-gillois.
D’après M.B. ( Le Quotidien de la Réunion – lundi 30 juillet 2007 ).

A noter que la SNSM tenait un stand près du Club Nautique de Bourbon. Celui-ci organisait une journée portes ouvertes.

Les clubs de plongée ont animé la matinée en faisant connaître au public le travail effectué tout au long de l’année pour maintenir propre la barrière de corail.

Les commerçants du port ont aussi participé à leur manière: La Case à Pain offrait à ses clients une dégustation gratuite à l’occasion de son anniversaire ( merci à David pour sa participation au pot du soir) , chez Maëva dégustation de poisson, au Glacier : cafés gratuits et remises chez Billabong.

Merci à tous. Votre participation a rendu possible une soirée qui restera longtemps dans les mémoires.
Toutes nos pensées admiratives à Vivien, découpeur de poissons et cuisinier hors-pair. Bravo, président Guilain, une vraie réussite! Pardon à tous ceux qui se sont "décarcassés" et que nous avons oublié de citer.
Quelques photos de la soirée grillades. ( Le format a été réduit pour des raisons de poids, mais les photos sont disponibles en format original sur simple demande. )
Photos Alain Somniaque 

Devant le port de Saint-Gilles il y avait madame la baleine le 15 août 2007...
et Gérard était là avec son appareil photo; Merci pour le cliché.
Encore une fois, pile, devant le port, le 30 août 2007.
On connaissait la plage qui fait rêver, la musique qui fait danser, l'oignon qui fait pleurer et maintenant, tout nouveau, tout chaud, voici la photo qui fait tousser...

DES TRAVAUX SUR LE PORT ! ? le 09 septembre 2007

Fernand qui était à la réunion du 27.08.07 nous communique quelques infos:
début des travaux le 28.08.07.
Locaux poubelles: 3 ramassages par semaine.
Fin des travaux: voierie novembre , plots décembre.
Rénovation de l'éclairage.

LE PLAN "arrière port"

Réunion d’information sur les travaux en cours. (compte-rendu)

Un représentant de l’AAPSGB était convié le 10 septembre à 15 heures à une réunion d’information relative aux travaux en cours sur le site du port de Saint-Gilles.
M. MERLO a tout d’abord procédé à un rappel de la réunion du 27 août 2007.
- Le port de Saint-Gilles a été divisé géographiquement en trois zones ; l’arrière port, l’îlot et l’avant port.
- L’objectif principal est de réguler et de sécuriser les accès par l’installation de bornes mobiles interdisant la libre circulation afin de rendre au port de Saint-Gilles son caractère de lieu de promenade. Ce souci est d’autant plus d’actualité que depuis peu des automobilistes tentent d’éviter une partie des embouteillages du matin, en passant par les quais, en sens interdit et à grande vitesse!
- Autre souci au moins aussi important, il s’agit d’attribuer et de répartir les divers parkings aux différents utilisateurs de manière cohérente autant que faire se peut.

- L’installation de box destinés à masquer les poubelles fermant à clef ( 2 pour l’arrière port, 1 pour l’îlot et 2 pour l’avant port - voir plan) et l’embellissement du site et les aménagements des accès pour les personnes handicapées constituent le troisième volet de ce chantier.

Le point sur la situation.
- Les travaux d’élargissement, réfection des parkings et installation sur l’arrière port sont en cours. Le terrassement destiné à recevoir le mur entre les bâtiments et le pont de l’église est réalisé. Un escalier sera bâti à la place du « passage sauvage » contre le pont.

 

- Pour l’îlot, seule l’installation de la borne à badge magnétique est prévue ( voir plan). Le nombre des badges distribués aux commerçants sera fonction de leur impact commercial sur le port. Nous espérons que, sauf raison majeure, les personnels travaillant en journée seront invités à garer leurs véhicules hors du site afin d’éviter la saturation car le nombre de places de parking ne sera pas modifié.

Réponses aux questions soulevées en fin de présentation :
- Les travaux en cours ont été décidés et remis depuis plusieurs années sur demande du Conseil Portuaire, seule instance qui gérait le port. A l’avenir une commission des usagers sera créée pour décider des aménagements futurs. Des membres de chaque secteur d’activité seront invités à participer aux concertations.
- Le montant des travaux actuels s’élève à 220 000 € . Ce montant est financé à 60% par le FEDER et 40% par la CCIR. La commune de Saint-Paul ne participe pas.
- La prise en main de la gestion du port par la mairie de Saint-Paul n’est pas d’actualité. Un audit a mis en relief le montant exorbitant des charges et le caractère obsolète du contrat. Une réflexion est en cours jusqu’à la fin 2008.
- Le montant élevé des charges s’explique en partie par le fait que ce n’est plus la DDE ( donc l’Etat) qui intervient pour les dégâts sur les plans d’eau et que les compagnies d’assurances ne prennent pas ce risque en compte. C’est donc la CCI qui a supporté le coût du désensablage qui a suivi l’épisode de houle de juillet 2007. La déclaration de « catastrophe naturelle » n’a permis à la CCI de récupérer auprès de l’état qu’une somme dérisoire.

A. LOUBET

Madame ALBANY, secrétaire de M. MERLO nous a fait parvenir le compte-rendu de la dernière réunion concernant les travaux. Lire le compte-rendu.

12/09/07 21:23 - Séisme en Indonésie: au moins deux morts, alertes au tsunami levées

« L 'Indonésie a été secouée mercredi par un très puissant séisme de magnitude 8,2 qui a fait au moins deux morts et semé la panique dans l'archipel, où il a ravivé la crainte d'un tsunami près de trois ans après celui du 26 décembre 2004 qui avait dévasté l'archipel.

La secousse s'est produite à 18H10 (11H10 GMT). Son épicentre a été localisé en mer à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Bengkulu, à environ 30 km de profondeur.

Une alerte au tsunami avait été lancée avant d'être levée quelques heures plus tard. Mais l'Agence météorologique indonésienne était revenue sur sa décision en émettant un second avertissement, cette fois-ci pour une réplique de 6,6 enregistrée près de quatre heures après le principal séisme.

Le Kenya, l'île Maurice, la Réunion et la Tanzanie ont émis mercredi des avis d'alerte au tsunami le long de leurs côtes.
A la Réunion les effets du phénomène étaient attendus à partir de 22 heures. Vers minuit, à Saint-Gilles, nous avons pu constater un courant montant et descendant inhabituel dans le port. Nous avons estimé le marnage à environ cinquante centimètres. Pas de quoi fouetter une bonite !
Sur les quais, nous avons croisé nos habituels « anges gardiens », messieurs MERLO, FONTAINE et HOAREAU qui veillaient au grain en compagnie de notre irremplaçable président Guylain ! Merci à vous.
(d'après dépêche AFP - Orange)

15/09/07 - Blocage du port de Saint-Gilles par les pêcheurs traditionnels.
Ce samedi matin, il valait mieux ne pas prévoir de sortie en bateau!
Les "pêcheurs à la gaulette" de l'Etang-Salé, Saint-Leu, La Saline et l'Hermitage ont bloqué le port de Saint-Gilles. Deux cordages et hop, on passe plus!
Pour les revendications des manifestants il fallait lire les panneaux ou plutôt les articles de presse qui ne vont pas tarder à relayer l'info. Par contre, du côté des professionnels du port de Saint-Gilles, on pouvait entendre que la mauvaise humeur était générale.
UNE REACTION:
FRANCK: 15/09/2007 - 13h04
-
oui super la manif des pécheurs !!! bravo mes clients n' ont pas pu sortir du port
il sont venu de st pierre pour rien !! qui me rembourse le prix de la location loupée ??

Dimanche 16 septembre -
Saint-Gilles : Les pêcheurs bloquent le port
Après une première opération coup-de-poing menée en août dernier à Saint-Leu, une soixantaine de pêcheurs traditionnels a bloqué, hier matin, l’accès du port de Saint-Gilles. Ils entendaient une nouvelle fois manifester leur mécontentement en réclamant la suspension du décret ministériel réglementant la réserve marine.

Dès 5 h 30, hier matin, une soixantaine de pêcheurs traditionnels s’est réunie sur les pontons du port de Saint-Gilles. La colère gronde toujours chez les opposants au décret réglementant la réserve marine. Ils ne perdent pas une minute pour mettre en place un blocus en empêchant toute sortie d’embarcation. Un grillage est disposé en travers du chenal. En ce début de week-end, les manifestants comptent bien faire entendre leur désapprobation : “On nous empêche de pratiquer notre activité. Il n’y a aucune raison pour que les autres usagers du lagon puissent aller et venir comme ils le souhaitent”, martèle l’un d’entre eux. “Cette semaine, j’ai reçu une amende de 75 euros et je suis obligé de suivre un stage de sensibilisation alors que je me contente de pêcher pour nourrir ma famille.” Déterminés, les pêcheurs demandent rapidement à voir le maire de Saint-Paul, Alain Bénard. C’est finalement un de ses adjoints qui fera le déplacement. Mais les esprits s’échauffent quand trois jet-skieurs franchissent le barrage. Copieusement insultés, ils échappent à la fureur des manifestants en s’éloignant vers le large. La présence de la gendarmerie et le sang-froid des responsables d’association de pêcheurs parviennent à ramener le calme. Yoland Velleyen, l’émissaire de la mairie, accepte de recevoir les porte-parole du mouvement.
Direction : la capitainerie du port de Saint-Gilles. “La ville a démontré sa volonté de soutenir les pêcheurs traditionnels. Nous ne devons pas abandonner ce pan important de la culture réunionnaise. C’est dans ce sens que nous avons fait passer une motion demandant au préfet la poursuite de cette activité sous certaines conditions.” Cette motion fait suite à un rapport établi par un commissaire enquêteur entre mai et juin dernier qui préconisait un recensement exhaustif des pêcheurs et leur participation à des actions de sensibilisation et de protection du lagon. Un accord est finalement trouvé. Soulagement des autorités portuaires : le déblocage se fait finalement en fin de matinée. En contrepartie, les pêcheurs sont assurés d’assister la semaine prochaine à une réunion, “avec la participation de parlementaires et de responsables de la Diren. Nous avons le soutien de la mairie de Saint-Paul mais il faut rester vigilants et rien n’est encore acquis, prévient Georges Sery, président de l’Association des pêcheurs traditionnels de l’Ouest. Vendredi au plus tard, nous saurons si une solution acceptable existe. Dans le cas contraire, nous durcirons le mouvement.”
B.M. ( CLICANOO - JIR )

En face, des associations tentent de faire comprendre leur conception de la Réserve Marine.

Jannie SOLESSE prenait la parole le 18 septembre 2007
et proposait un compte-rendu de la réunion du 17 septembre dans la foulée ( au-dessous ).

Bonjour,
J'ai participé avec notre cher président de l'AAPSGB à la réunion du 17 septembre à la capitainerie du port de Saint-Gilles en présence de la CCIR ( M. Merlot et M. Velellien) et de certains usagers invités.
Je ne vais pas faire ici le compte rendu détaillé de cette réunion car il sera fait par le président mais je tiens à vous donner mon avis sur le principe de cette réunion.
Le but de la réunion était de présenter les travaux prévus - déjà commencés d'ailleurs - dans l'avant port.
1-J'ai été étonnée de voir que tous les usagers concernés par cette partie du port n'avaient pas été invités. J'y ai moi même participé à la demande du président de notre association en tant que membre et secrétaire adjointe mais à aucun moment je n'ai été informée de cette réunion par la Ccir alors que ma société de location de bateaux "Bleu indien" a 2 bateaux dans cette partie du port. Je ne suis pas la seule dans ce cas.
2- La Ccir nous a présenté les travaux et les changements prévus . C'était un bon début sauf que tous ces travaux avaient déjà été acceptés et votés par le conseil portuaire. Ce conseil portuaire -qui est sensé nous représenter tous- ne nous a pas demandé notre avis avant de voter et n' a même pas communiquer sur ces changements à ce que je sache.
Je trouve personnellement incorrect de réunir une minorité d'usagers en commençant par soi disant leur demander leur avis et, devant la désapprobation de certains d'entre nous, de conclure en disant que de toute façon "il n'y a plus rien a faire car les projets ont été votés et acceptés par le conseil portuaire".
Je pense que nous ne sommes pas là pour faire de la figuration et pour entériner les décisions de la CCIR qui continue à le faire sans concertation.
Je vous rappelle le but de notre association auquel nous avons adhéré en approuvant ses statuts :

Article 2 : Objet
Cette association a pour but :
1) De regrouper en son sein les amodiataires du Port de SAINT GILLES LES BAINS.
2) La défense des droits et intérêts de ses adhérents dans la pratique de leurs activités ;
3) L'information des membres de l'association sur toute disposition à venir concernant leurs, droits, devoirs et intérêts ;
4) L'organisation de manifestations ;
5) Le dialogue et la collaboration avec toutes autorités compétentes ainsi qu'avec les autres associations et clubs du Port et tous partenaires susceptibles d'avoir un lien avec le Port de SAINT GILLES.

A ce jour, le dialogue avec la CCIR n'est pas très productif et ne permet pas en tout cas de défendre les droits et intérêts de tous les adhérents. Quand à la collaboration avec les autorités nous avons vu ce que cela a donné lors de l'organisation de la dernière manifestation de l'AAPSGB: la CCIR et la mairie ont tout fait pour que cela ne se fasse pas!
Nous leur avons montré que même sans eux , il nous a été possible de mobiliser des moyens importants (hélicoptère de la section aérienne de gendarmerie, vedette de la marine, SNSM etc...) et de finir par un retour de concours de pêche qui a permis une fête très réussie avec la participation de tous.
Je crois que la CCIR fait semblant de ne pas comprendre que nous souhaitons être informés des mesures qui peuvent avoir une influence sur l'activité professionnelle ou le loisir de chacun d'entre nous avant que les décisions soient prises. Nous avons Guilain et moi même insisté sur ce point lors de la réunion.
Je pense personnellement que nous ne devons pas nous laisser berner par des invitations à des réunions nous faisant croire en une "pseudo-concertation" qui n'existe pas du tout. .............................................Jannie Solesse

Société Bleu Indien
tel: 0692 853 753
bleu_indien@hotmail.com

moi j'ai noté :
*emplacement des locaux poubelles (côté Glacier et côté maison de M.Maurice) Guilain a été très virulent à ce sujet d'ailleurs (bravo!)
* mécontentement des usagers et notamment restaurateurs sur la "gestion" des poubelles
* fermeture totale de l'accès aux véhicules même amodiataire du côté du parking de la plage des brisants (portail au lieu de plot initialement prévus) (il faut faire le tour par le parking souterrain et passer tout le long du quai devant les resto etc. avec le risque de se retrouver face à un quad+jet qui sera autorisé dans les deux sens
* mise à l'eau complètement interdite de ce côté sauf pour le club de voile
* problème du stockage des remorques de jet sur cette zone + du transport de carburant et stockage
* la pose du portail risque de dissuader les gens de faire un tour du port après la plage (retombées commerciales désastreuses)
* pas de signalitique pour les activités professionnelles notamment pour les loueurs de bateaux du ponton A
* problème pour faire respecter le réglementation en place (parking limité et réservé etc...)
*éclairage de cette partie du port
*maintenance des équipements existants (bornes lumineuses sur les pontons...)
*portail du ponton A toujours ouvert
* demande de point d'eau supplémentaire sur le ponton A pour les loueurs de bateaux
* déplacement du parking amodiataires derrière "la case à pain"

J'en ai peut-être oublié.

Le président de l'AAPSGB fait une mise au point le 22 septembre 2007

Chers amodiataires du port de Saint Gilles les Bains.

En tant que président de l’AAPSGB les circonstances et les récentes prises de parole (voir ci-dessous) m’obligent à effectuer la mise au point suivante.
Depuis la création de notre association nous travaillons en partenariat étroit avec les services de la CCIR. Nous nous sommes portés mutuellement assistance dans les moments difficiles comme les cyclones, les fortes houles et dernièrement lors de la manifestation des pêcheurs traditionnels où nous avons participé ensemble aux négociations.
De son côté, la CCIR nous a soutenus pour l’organisation de rencontres amicales sur le site du port même si ce n’est pas exactement son rôle.
Au sujet des travaux d’aménagement actuellement en cours je souhaite rappeler que les réunions d’information sont tout autant à l’initiative de notre association qu’à celle de la CCIR.
C’est le Conseil Portuaire qui vote les décisions. Tous les secteurs d’activités ( pêche professionnelle, plaisance, plongée, tourisme, etc…) y ont leur représentant et on peut regretter l’absence de retour d’information vers les utilisateurs.
Pour l’avenir, les dirigeants de la CCIR nous proposent de réunir une fois par trimestre des représentants de chaque secteur d’activités du port pour faire en sorte que les décisions du Conseil Portuaire ne soient votées que lorsque chacun aura été informé et en aura débattu. Il va de soi que la participation à ces réunions ne saurait avoir pour cadre que l’intérêt collectif.

tél: 06 92 07 68 21

Mise au point du Webmestre bénévole de l'AAPSGB le 22 septembre 2007
Dans son message, Jannie met en doute la volonté de la CCIR de coopérer honnêtement avec notre association. M. MERLO directeur du port de Saint-Gilles a souhaité nous rencontrer pour une mise au point cordiale. Nous l'avons assuré de notre confiance et de notre souhait d'oeuvrer en étroite collaboration dans l'objectif de faire évoluer la situation du port.
La nécessité de préserver la liberté d'expression rend impossible une quelconque censure sur le site de l'Association. On peut accepter que certains s'expriment sur un ton vif mais on doit aussi admettre que la personne mise en cause en éprouve du ressentiment. A l'avenir, toute prise de position s'adressant et nommant une personne ou une instance sera transmise à cette personne ou instance avant d'être placée sur le site, afin de préserver un légitime droit de réponse.
A chacun de se demander, avant d'envoyer un message, s'il souhaite passer par ce "filtre de courtoisie" ou transmettre directement et brutalement son message à tous les amodiataires inscrits sur la liste de diffusion ...
Alain LOUBET alias "Alain Somniaque"

Compte rendu réunion du 24 août 2007
Paroisse - Association des Amodiataires du Port de Saint Gilles les Bains
(A.A.P.S.G.B)

Réunion de préparation de la messe des pêcheurs du samedi 13 octobre avec la paroisse.
Le père TORPOS rappelle que la messe est dite en l’honneur des pêcheurs, de leurs familles, des disparus en mer.

Déroulement :

1. Messe à 15h : 10 pêcheurs équipés de leur gilet de sauvetage apportent du matériel de pêche lors de la procession d’offrande. Bernard FONTAINE, maître de port, accepte de faire la lecture.
2. Procession de 16h à 16h30 jusqu’à l’esplanade devant l’aquarium (penser à sécuriser les ex-emplacements à fleurs) : grande vierge portée par 4 hommes puis les 6 petites vierges pèlerines et les enfants, le prêtre fermant la procession. Monsieur VITAL est chargé de l’animation esplanade.
3. Embarquement de 16h30 à 17h : la grande vierge avec le père sur le Grand Bleu, les 6 petites vierges sur des canotes pour un dépôt de gerbes en mer.
4. Retour à 18h : le père bénit les bateaux avant de remonter en procession à l’église.
5. Début des agapes à 19h.

Responsabilités

La décoration de la salle est confiée à Antoine, Jean-Claude, François et Gérard avec le concours actif des membres de l’association.
Pour le pot de l’amitié, Vivien assure samoussas, bonbons piment, David quiches, pizzas et patisseries, l’association, les boissons sans alcool et la bière, la paroisse, les autres boissons.
Guylain recherche les pêcheurs pour la messe et pour la sortie en mer. Penser aux gerbes et à décorer les canotes dès le samedi matin.

Les participants se donnent rendez-vous le 14 septembre et se promettent d’organiser un concours de pêche un samedi de décembre avec vente du poisson à la sortie de la messe au bénéfice des sauveteurs en mer et de la paroisse.

Le samedi 13 octobre LA MESSE DES PECHEURS a été célébrée en l’Eglise de ST GILLES LES BAINS. La cérémonie a été suivie d'une procession. Ensuite les canotes précédés du Grand Bleu sont allés jeter des gerbes de fleurs à la mémoire des disparus en mer. A leur retour, les embarcations ont été bénies. A 18 heures, un vin d’honneur a réuni les pêcheurs et les membres de la paroisse.
Organisation exemplaire, convivialité, ferveur et émotion étaient au rendez-vous. Merci à tous.
Ici, ce sont les photos de Gérard MICHEL, que je remercie.
Si vous voulez la série des photos complète ( environ 50 ), contactez-moi.
16/10/2007 - Gérard PATOUX de la SNSM nous fait parvenir un courrier

photos : Gérard MICHEL

Bonjour,
Merci, de nous ouvrir votre site.
Nous avons apprécié de pouvoir participer à la cérémonie qui a suivi la messe des pêcheurs. Ceci permet de faire connaître notre station toute nouvelle dans le paysage St GILLOIS, nous en avons besoin.
La SNSM à St GILLES crée administrativement depuis un an, est opérationnelle depuis Avril cette année. La station indépendante et complémentaire, des stations de ST MARIE et de ST PIERRE, existe avec un petit moyen matériel le GUELMA. Ce navire privé mis à disposition de la SNSM par M. Jean DUMONT, est armé par des équipages qui assurent des astreintes, pour être prêts à appareiller dans les plus brefs délais, afin d’intervenir dans la partie Ouest de l’île, soit sur initiative, soit sous la direction du CROSSRU.
Au sujet des personnes, le cercle n'est pas fermé, toutes les bonnes volontés peuvent faire partie de notre station, qui ne vit que grâce à ses bénévoles, cotisations et dons, et subventions.
Dans une station SNSM, le but à atteindre, c'est intervenir auprès des personnes en difficulté. Il y a également, comme dans toute autre association,des besoins annexes: entretien de bateau, administration, publicité, recherche de budget, ect... nous avons donc besoin de marins qualifiés, mais également de toutes autres personnes de bonne volonté, voulant s’investir.
A noter que parmi les équipages peu de marins professionnels font partie de nos équipages, contrairement à l'origine de notre association qui à ses débuts se composait que de pêcheurs professionnels .... Alors la porte est ouverte.
En ce qui concerne notre navire, il est loin d'être un navire spécialisé dans le sauvetage. Mais il nous a permis de répondre à une dizaine d’interventions demandées par le CROSSRU, et de ramener bateau et personnes en difficulté, de démontrer ainsi que dans notre région Ouest où l’activité nautique est en pleine expansion le besoin se fait sentir.
Notre problème actuel est le remplacement du GUELMA, car son propriétaire devrait, en fin d’année, reprendre son bien. Depuis le début de l’année, nous recherchons des fonds pour acquérir un navire spécialisé dans le sauvetage, adapté au besoin du secteur et à la configuration de la zone. Actuellement, nous nous heurtons aux
instances de la région, du département ainsi qu’aux autres collectivités qui se refusent de nous aider, contrairement à ce qui se fait dans toutes les régions maritimes de métropole et d’outre- mer. Il n’y a qu’à la REUNION, une île en plein milieu de l’Océan Indien, où les responsables locaux se disent non compétents à aider leurs sauveteurs en mer !!!
Gérard PATOUX

16/10/2007 - La CCI a affiché un plan du port qui présente les aménagements récents, en cours et à venir. Il est visible près du pont de l'îlot à côté du panneau d'affichage. Allez vite le voir parce que ce genre de déco semble avoir le pouvoir d'énerver certains excités ( si vous voyez ce que je veux dire!)

photo disponible en grand format sur demande

Le 30 octobre 2007 - Des couleurs éclatantes pour cette jolie image du port de Saint-Gilles...

(lamba sur marché forain de Saint-Paul)

Mise en sommeil du site jusqu'à la fin du mois de novembre 2007, mais je reçois toujours les mails... Merci.

Le mardi 18 décembre 2007 s’est tenu le « CONSEIL PORTUAIRE » à la mairie de Saint-Paul.
Notre association était invitée à écouter les débats et vous propose un compte-rendu résumé réalisé à partir de l’ordre du jour en 6 points.
1 Consultation permanente sur le plan de réception et de traitement des déchets du port de St Gilles
        Le principe de la tarification de l’enlèvement et du traitement des déchets ayant été approuvé par arrêté du Conseil Municipal du 29 août 2007, le montant des redevances s’établit comme suit :
5 € par semaine pour tout navire occupant le terre plein de carénage.
150 € par mois par entreprise de réparation navale.
Mise en place au bureau des maîtres de port d’un registre afin de relever les éventuelles insuffisances constatées. Réponse écrite dans un délai de 1 mois du Directeur du port.
2 Présentation des comptes de résultat 2006 par type d’activité et approbation des membres du Conseil Portuaire du principe d’évolution de certaines redevances portuaires.
Résumé du document joint qui fait état d’un important déficit, pour information :
                    1. Plan d’eau et infrastructures portuaires.
                              Produits : 302.20 K€ - Charges : 386.37 K€
                     2. Gestion des superstructures (locaux)
                               Produits : 871.65 K€ - Charges : 1136.89 K€
                     3 . Terre-plein (terrains et espaces communs)
                               Produits : 1258.85 K€ - Charges : 1704.70 K€
          Quatre mesures sont proposées pour lutter contre ce déficit :
a) Mise à l’eau des engins nautiques à partir de la cale de halage selon un forfait de 100 € pour 12 mises à l’eau. MESURE ADOPTEE
b) Subvention accordée par la mairie et versée directement à la CCI afin de ramener les pêcheurs professionnels au même niveau de tarification que les plaisanciers. MESURE AJOURNEE
c) Si un commerce oublie de transmettre son chiffre d’affaire servant à calculer sa redevance il devra régler deux fois le minimum de perception de base. MESURE ADOPTEE moins deux voix.
d) Aménagement d’un parking à bateaux sur remorques de 10 places au voisinage du portail de l’aire de carénage. Le tarif : 35 € / m2 / an ( minimum requis 10 m2 ). MESURE ADOPTEE
3 Présentation du dossier sinistre suite au passage du cyclone « GAMEDE » et des fortes houles des 12, 13 et 15 mai 2007.
         La DDE aurait eu pour consigne de la préfecture de « déboucher » la ravine préventivement avant annonce de fortes pluies pour éviter le déversement dans le port.
L’aide de l’état pour les fortes houles est toujours en attente.
4 Présentation du projet du plan « TSUNAMI » pour le port.
       Mise en place d’une graduation des différents niveaux d’alertes ( jaune, orange, rouge)
       Mise en place d’un plan téléphonique d’alerte.
5 Point sur les travaux en cours.
6 Questions diverses.
       Pour ces deux derniers points, nous vous invitons à consulter le compte-rendu officiel qui ne devrait pas tarder à nous être remis.
Le 20 décembre 2007
La ravine a débordé !

Et voilà, c'était prévu, c'était annoncé, on était en alerte "fortes pluies", et pourtant, encore une fois la ravine a débordé dans le port... Un engin est venu creuser un exutoire au milieu de la plage mais il a été insuffisant. Pour l'instant nous ne savons pas qui a pris la responsabilité de ce chantier d'urgence. Lisez le paragraphe 3 du compte-rendu ci-dessous.
Le "Port miniature" a eu chaud aux fesses! Ils ont retouvé leurs bateaux éparpillés. L'un d'eux a même basculé dans le port.
Jean Claude nous répond : Je suis passé au port... l'eau est bien chargée... Attention aux crépines lors de la mise en route du moteur !!! Merci Jean-Claude

Jacques Soulard nous prie de transmettre un message: La direction et l'équipe de "Captain Marmailles" adressent leurs remerciements sincères à tous ceux qui sont venus spontanément aider à la mise en sécurité des embarcations à la suite de la montée des eaux de la ravine le 20 décembre 2007.

retour en haut de la page